Les fêtes de fin d’année au JLD 

Pour les personnes enfermées au CRA de Vincennes, les audiences des juges des libertés et de la détention (JLD) se déroulent au tribunal judiciaire de Paris à Porte de Clichy. Ces audiences sont publiques et se déroulent tous les jours de l’année, même les dimanches et jours fériés. Pendant les fêtes de fin d’année, on a décidé d’aller y faire un tour et de vous raconter ce qu’on avait vu et ressenti.

Continuer la lecture de « Les fêtes de fin d’année au JLD  »

Lille (Nord) : Action contre ANAA Architectes : détruisons les C.R.A. !

Nous relayons un texte paru sur https://sansnom.noblogs.org/archives/9876
Bon Noël !

[reçu par mail, 22 décembre]

Dans la nuit du 21 décembre, on s’est rendu aux locaux d’ANAA Architectes, situés au 14 rue du quai à Lille. On a scellé leur porte d’entrée avec de la mousse expansive et laissé un petit message sur leur vitrine : « L’État assassine dans les CRA / ANAA complice ».

L’entreprise ANAA Architectes est chargée de réaliser les plans de l’agrandissement du Centre de Rétention Administrative de Lesquin. C’est déjà cette entreprise qui avait réalisé les plans lors de la création du centre (en 2006).

L’État souhaite construire 30 nouvelles places à Lesquin pour enfermer toujours plus de personnes, portant la capacité totale du CRA à 116 places, avec la collaboration de ces architectes. Dans la région, l’État veut aussi agrandir le CRA de Coquelles. Pour cela, il fait appel au cabinet Pierre Louis Carlier (18 rue Jean Moulin, Lille).

Ces architectes font le choix de participer à la répression et l’enfermement des personnes exilé-e-s. Ils sont complices d’un système qui tue et torture.

Tant qu’ils construiront des CRA, on les attaquera.

Force aux personnes enfermé-e-s qui se révoltent ces derniers jours dans les CRA du Mesnil-Amelot, de Oissel, de Vincennes…et force à tou-te-s les autres !

 

Dans les chiottes de la justice expéditive, on y trouve le JLD de la rétention 

Depuis que le Covid s’est de nouveau répandu au CRA du Mesnil-Amelot, les audiences JLD (Juge des Libertés et de la Détention) continuent en l’absence des retenu.es, qui n’ont donc même plus le droit d’y assister. Une situation qui explique notamment les révoltes de ces derniers jours. L’occasion de revenir sur le fontionnement du JLD, ou comment la justice marche main dans la main avec la préfecture.

Continuer la lecture de « Dans les chiottes de la justice expéditive, on y trouve le JLD de la rétention  »