RE-CONFINEMENT, BLINDAGE DE CRA, CLUSTER ET GRÈVE DE LA FAIM : L’EXEMPLE DU CRA DE VINCENNES

Si on retourne un peu en arrière, on se souvient que les centres de rétention en France s’étaient presque tous progressivement désemplis pendant le premier confinement. Certains étaient même complètement vides (sans pour autant avoir fermé définitivement, ça aurait été trop beau). C‘était le cas notamment des CRA de Plaisir, Palaiseau, Bordeaux, Guadeloupe, Hendaye, Nice, Rennes et Strasbourg.
Alors que cette nouvelle vague de pandémie est encore plus violente et meurtrière que la première, les CRA se sont soudainement remplis au maximum juste avant le second confinement. Plusieurs témoignages nous sont parvenus des personnes enfermées pour nous expliquer la recrudescence des rafles mercredi 28 et jeudi 29 octobre et pendant les jours qui ont suivi :
C’est comme sils savaient que ça serait plus dur de nous arrêter pendant le confinement, comme il y aurait moins de gens dans les rues. C’est comme sils faisaient le plein., nous a dit un retenu.
Les conditions sanitaires sont toujours désastreuses, et les clusters se multiplient. Ce n’est pas étonnant, vu que les CRA sont blindés. Les flics et les jugent continuent à jouer avec la vie des gens : les personnes qui sont testées positives sont parfois mises à l’isolement total et privées de soins, parfois enfermées avec des prisonnier.e.s non malades qui risquent donc de choper le virus. Les vols cachés continuent à destination de certains pays (surtout enEurope mais pas seulement), tandis que d’autres exigent que les personnes expulsées soient testées négatives. Mais si les prisonnier.e.s refusent le test pour résister à la déportation, ils.elles font généralement face à la garde à vue et à des peines de prison ferme – comme on le disait dans l’article précédent, https://abaslescra.noblogs.org/contre-le-confinement-et-lenfermement-appelons-les-cabines-des-cra/
Au CRA de Vincennes les autorités tentaient, jusqu‘à fin octobre, de mettre en place un semblant de protocole face au Covid-19. Les bâtiments 2A et 2B servaient de “bâtiments d’arrivée” où étaient placés les nouveaux arrivants qui faisaient immédiatement un test Covid. Sils étaient négatifs, ils étaient placés dans le bâtiment 1. Sils étaient positifs, ils étaient placés soit en hôtel, soit dans l’un des deux autres bâtiments qui servaient pour enfermer les personnes testées positives et/ou pour mettre en septaine les personnes ayant été en contact avec une personne porteuse du virus.
Cette organisation de façade a complètement été abandonnée depuis le reconfinement. Le bâtiment 1, déjà presque plein, est aujourd’hui plus que plein. Les personnes retenues nous informent que les chambres ne pouvant accueillir pas plus de quatre personnes sont dorénavant occupées par cinq à six personnes. Enfin, les bâtiments 2A et 2B se sont eux aussi remplis rapidement. Les tests d’arrivée ont été abandonnés. Résultat : 7 personnes ont été testées positives au Covid-19 la semaine dernière dans le bâtiment 2A (suite à la déclaration de symptômes chez plusieurs d’entre eux). Les personnes testées négatives ont été transférées dans le bâtiment 2B. Deux jours plus tard, dans ce même bâtiment 2B, on amenait une personne présentant de graves symptômes (les flics sont venus la récupérer 3 heures plus tard, on espère qu’elle est allée à l’hôpital). Le bâtiment est lui aussi en quarantaine, en attendant les résultats des tests. Actuellement, 138 personnes sont enfermées dans ce CRA !
On se fout de la santé des personnes sans-papiers, on se fout de mettre leur vie en danger. Aujourd’hui comme tous les jours, la seule solution c’est la destruction de tous les centres de rétention ! A bas les CRA et les frontières !

Continue reading “RE-CONFINEMENT, BLINDAGE DE CRA, CLUSTER ET GRÈVE DE LA FAIM : L’EXEMPLE DU CRA DE VINCENNES”

Témoignage de X, prisonnier au CRA de Lyon

Lecture et republication du site crametoncralyon.noblogs.org

« voilà comment on traite les gens. on est isolés. c’est vrai qu’il y a des caméras mais dans les chambres il y en a pas. dans les chambres il y a que des agressions »

Je raconte en détail depuis le début. Ils m’ont emmené à l’isolement à cause du monsieur qu’ils disent qu’il a le corona, il est positif. ce monsieur il est venu de prison. il a passé une semaine avec moi dans le centre, avec tout le monde. et là du coup ce monsieur il a une grippe ou quoi. après il est parti faire le test. ils disent qu’il faut mettre ce monsieur à l’isolement. ils font exprès de me mettre avec lui pour me mettre aussi à l’isolement.

ils m’ont emmené à l’isolement hier, j’ai demandé le matin des cigarettes comme tout le monde. j’ai donné 20 euros au guichet pour qu’ils m’achètent un paquet. ça coûte 10,40 euros, j’ai pas de monnaie j’ai donné 20 euros. du coup après quand ils m’ont emmené à l’isolement j’ai parlé à la personne, « j’ai besoin de cigarettes ». normalement à 11 heures ils emmènent les cigarettes. j’ai appelé à 11 heures, midi, midi trente… il vient pas. Le gars il fait exprès pour que je fume pas. moi je suis en colère, je dis « comment, ils m’emmènent quelqu’un qui a le virus corona, il habite avec moi, après ils m’emmènent à l’isolement, il n’y a aucune protection dans cette chambre… ». Voilà. Et quand ils m’ont emmené les cigarettes, j’ai vu la monnaie, il m’a rendu que 5 euros. 5 euros et un paquet. J’ai dit « comment ça se fait, normalement c’est 10,40 euros ». Là il m’a dit « Ferme ta gueule », je sais pas quoi. Il m’a parlé méchamment. J’ai dit « on s’en fout », j’ai fumé une cigarette. Et là ils sont partis.

Après j’ai appelé pour mes vêtements. ils sont venus avec tout, les masques, les protections. ils sont entrés dans ma chambre, ils m’ont fait tomber par terre. ils ont cassé la puce de mon téléphone. moi j’ai rien compris. Pourquoi ils ont fait ça ? j’ai rien compris. après quand j’ai pensé dans ma tête je me suis dis c’est à cause de la préfecture. j’ai la pression sur moi pour que je fasse un test. parce que ce jour-là quand on m’a demandé de faire un test j’ai refusé (1). et voilà. et quand ils sont partis j’ai cassé la poignée de la porte et j’ai bloqué la porte à l’intérieur et j’ai dormi. j’ai dit je vais faire la grève de la faim, on s’en fout, l’essentiel c’est que ça se passe pas encore. et ils sont revenus, à 10 personnes, comme si ils avaient trouvé un terroriste ou quoi. ils sont entrés dans ma chambre, par terre, avec les bottes, ils me frappent… c’est pas la peine. J’ai demandé le médecin, ils veulent pas. le médecin il est venu me voir parce que comme j’ai un accident, une fracture au niveau du cou, ils m’ont bandé sur un tabouret fixe (?). c’est la même chose, la fracture elle est comme avant. j’ai demandé le médecin, il n’y a pas. j’ai demandé les secours, il n’y a rien. j’ai appelé la police, ils ont dit « tu peux pas te déplacer, tu es au centre de rétention ». j’ai appelé les pompiers et là… je sens qu’ils m’écoutent.

après ils m’ont emmené au mitard. parce que j’ai cassé cette poignée, ils m’ont foutu au mitard. j’ai passé la nuit, ils voulaient me mettre des ceintures sur le lit mais comme le garde du soir il me connaît car ça fait 75 jours que je suis là et j’ai aucun problème, je suis quelqu’un de correct, il leur a dit de me laisser libre. franchement je suis dégoûté. j’ai tapé ma tête sur la vitre incassable. je l’ai cassée. ils ont fait des photos comme quoi je suis un voyou. c’est toujours moi la victime et c’est toujours moi le voyou. demain normalement j’ai le tribunal. ils m’ont dit non tu vas pas voir le tribunal, dans trois ou quatre jours tu vas voir directement le procureur il t’envoie directement au tribunal. normalement moi demain matin c’est fini, 75 jours. comme je vais dépasser les 75 jours, après je vais voir le tribunal. c’est un peu bizarre, j’ai rien compris franchement. soit ils appliquent la loi correctement, soit ils l’appliquent pas… mais eux ils sont pas en train d’appliquer la loi.

comme il y a du terrorisme dehors, surtout à cause du Tunisien qui a fait l’attentat à Nice, un terroriste ou je sais pas c’est qui même, moi je paie la facture, parce que je suis Tunisien. Mais moi je dis non, je dis que j’ai rien fait, en France je vis tranquille. Au contraire, je suis professionnel de construction de bâtiment. et là aujourd’hui je paie la facture d’un fou, d’un terroriste. […] ils lâchent les terroristes et ils m’attrapent moi parce que j’ai la nationalité tunisienne.

moi tout ce qui m’inquiète c’est mon fils. quand je réfléchis, j’ai quitté mon fils, j’arrive pas à trouver une solution. je suis depuis dix ans ans en France, j’ai jamais fait de garde à vue. aujourd’hui ça fait 75 jours de prison, pire que la prison, parce que j’ai pas de carte de séjour. c’est pas ma faute si j’ai pas de carte de séjour. c’est la préfecture qui me donne pas de carte de séjour. c’est pas ma faute si je suis pas marié avec une Française pour avoir une carte de séjour, je suis marié avec une Italienne, c’est le destin. et là je peux rien changer. moi j’ai pas pensé aux papiers. J’ai pas cherché les moyens pour faire un mariage blanc et avoir des papiers, je cherche une femme pour avoir une famille.

voilà comment on traite les gens. on est isolés. c’est vrai qu’il y a des caméras mais dans les chambres il y en a pas. dans les chambres il y a que des agressions, ils parlent méchamment. Bon c’est pas tous, franchement. y’a des policiers qui comprennent. mais y’a des policiers qui travaillent avec la préfecture. Comme m’a dit un civil, « le préfet il gagne 30 000 euros, tu peux rien lui faire. Il peut t’envoyer même sans test en Tunisie ». Je me suis dit bah voilà, c’est pas la fin du monde. si je rentre, je rentre. je prends la mer et je reviens au moins en Italie, je vais voir ma femme et mon fils. j’ai pas le choix. j’ai travaillé 10 ans en France, je mérite pas ça moi. si j’ai un casier judiciaire sale ou si je suis un voyou ou quoi que ce soit, oui. mais là, j’ai des fiches de payes, je cotise chaque mois, j’ai eu aucune aide depuis que je suis venu sur le territoire français. ils m’ont pas payé la formation. et là aujourd’hui je suis professionnel.

moi je sais bien que la loi française est pas comme ça. j’ai un enfant, je connais bien la loi, c’est pour ça que j’attends, je vais me présenter devant un juge, je vais parler avec lui. si il me comprend il va me libérer, si il applique la loi … je sais pas d’après quelle loi c’est, je suis contre cette loi. comment un père de famille peut être emmené en prison parce qu’il rentre pas chez lui. si ils veulent m’expulser, j’ai l’Italie, j’ai mes papiers en Italie. pourquoi ils m’emmènent pas en Italie ? Normalement je devrais aller avec ma femme en Italie, pas en Tunisie. Parce qu’ils sont en colère contre les terroristes tunisiens ou je sais pas quoi… Mais c’est pas ma faute, le terrorisme. c’est partout le terrorisme ! même en Tunisie on a des terroristes.

dans ma chambre il y a un gars ils disent qu’il est positif et il est toujours avec moi. ça veut dire quoi ? ils veulent m’emmener le virus ? j’ai rien compris franchement. on est deux personnes victimes d’une autre personne qui a fait le test, elle est positive et elle est toujours avec nous. il y a des personnes positives qui sont à l’isolement de l’autre côté. et il y a une personne positive qu’ils ont emmenée avec nous. ça se voit, le mec il tousse, il a le corona, c’est vrai. il a la gorge, la respiration, ça va pas… j’ai parlé avec le médecin il m’a dit bon on n’est pas sûr, on attend 7 jours après on va voir si il l’a ou il l’a pas. mais c’est quoi ça ? moi je prends le risque d’être là avec quelqu’un peut-être il l’a, peut-être il l’a pas. et après moi je vais être victime de qui ? de lui ! victime de la loi française ! c’est pas la loi française, c’est la loi administrative de la préfecture. Ils m’ont dit « le préfet il est responsable ». comment il a le pouvoir ce préfet qu’il m’emmène le corona, il détruit ma vie ? Mon travail ils m’appellent ils m’envoient des messages chaque jour, « viens travailler ». moi pendant le confinement quand toute la France ils étaient chez eux moi je travaillais sur le chantier. et maintenant ils m’emmènent ici.

c’est pas la peine, je raconte ma vie… de toute façon moi je vois que c’est le destin. même ma femme elle a dit, « tu demandes, on va y aller en Italie. Y’a pas beaucoup de travail mais ça va aller. » Mon fils chaque jour il m’appelle, « papa tu viens quand ? ». ça me fait mal. y’a une loi qui protège les enfants aussi en France, mais ils l’appliquent pas. […]

moi de quoi j’ai besoin? De ma femme, de mon fils, de ma vie tranquille. Soit riche, soit pauvre, on s’en fout, l’essentiel c’est qu’il y a une loi qui me protège moi, ma femme et mon fils.

(1) il souhaite refuser le test car légalement c’est une condition préalable à l’expulsion. Refuser le test est un moyen d’éviter l’expulsion. Mais le refus de test est considéré comme un refus d’embarquer, et donc passible de prison ferme.

Dans les CRA de Toulouse et de Marseille, les prisonnièr.e.s se révoltent !

Ces articles, d'abord publiés sur https://toulouseanticra.noblogs.org/ et https://mars-infos.org/ montrent que dans toute la France, les prisonnièr.e.s des CRA se révoltent - via une grève de la faim à Toulouse ou encore un communiqué collectif à Marseille. Iels protestent contre les conditions d'enfermement pourries, encore plus en temps de confinement. Soutien aux luttes des prisonniers et prisonnières ! Fermeture de toutes les prisons !

Continue reading “Dans les CRA de Toulouse et de Marseille, les prisonnièr.e.s se révoltent !”

“Même des animaux, ils peuvent pas vivre là” : vidéo et témoignage de l’enfermement dans le CRA de Vincennes

Dans le CRA de Vincennes comme dans toutes les autres prisons pour sans-papiers, les conditions de retention sont pourries et les humiliations et les violences sont quotidiennes. Si tous les témoignages des prisonniers-ères racontent ça, il est rare de voir des images de l'intérieur : les portables avec caméras sont interdits, pour isoler encore plus les retenu.e.s, et pour cacher toute la merde qui se passe dans ces taules.

Malgré ça, des prisonniers sont arrivés à faire sortir une vidéo, qu'on publie ici.
Après la vidéo, on publie le témoignage d'un autre prisonnier du meme CRA, qui raconte son histoire : comment il s'est retrouvé sans-papiers après des années passées en France, l'enfermement et les violences quotidiennes des keufs.

A Vincennes, à Mesnil et dans tous les CRA, les prisonniers et les prisonnières sont poussé.e.s au bout, mais comme le dit D., "les gens vont essayer tout pour leur liberté".

Ne laissons pas les retenu.e.s isolé.e.s, soutenons leur luttes !

« Je m’appelle D., je suis là depuis 2000. J’ai fait demande d’asile et tout ça, ils m’ont rien donné, j’ai attendu jusqu’à avoir des preuves de dix ans (de séjour), j’ai déposé mon dossier en 2014, mais par contre ils m’ont donné la carte de séjour en 2016 comme ça. Du coup je travaille depuis 2017, jusqu’à 2020. c’est la que mon patron m’a dit : la carte est périmée, arrête de travailler, je ne veux pas prendre de risques… c’est ça qui m’a empeché de renouveler, les grèves SNCF, les grèves, c’est ça qui m’a empeché. Tous les jours je regarde sur internet pour prendre rendez-vous, mais j’y arrive pas, c’est bloqué. Là ils m’ont bloqué, ils m’ont empeché mes droits, ils m’ont jugé comme une personne qui vient d’arriver.

Mais le fait est qu’on est là. On est traités pas bien, on est traités comme des animaux. T’as pas droit de parler, tu dois avoir peur d’eux. Moi une fois, ils m’ont tabassé, OK ? Pourquoi ils m’ont tapé ? Parce que j’ai crié. Ils m’ont mis dans l’isolement et j’ai crié : je suis rentré là-bas et ils ont essayé de me menotter avec la force, je me suis refusé, ils ont forcé forcé, après ils m’ont menotté et c’est passé. Le lendemain, on doit déménager (D. est transféré d’un bâtiment à l’autre du CRA), ils ont pas annoncé, ils ont dit ça à la fin de la cantine, Allez les gars, déménagez-vous. Moi j’ai dit ‘Attends, on a beaucoup d’affaires. Ils ont pas donné le temps. Là aussi, ils ont poussé, ils m’ont donné un coup de pied. J’ai rien dit. Ça c’est la deuxième fois qu’ils me tapent. La troisième fois c’était aujourd’hui.

Continue reading ““Même des animaux, ils peuvent pas vivre là” : vidéo et témoignage de l’enfermement dans le CRA de Vincennes”

« Il m’a descendu mon boxer et il a mis sa main, il était entrain de me frotter » K. prisonnier du Mesnil-Amelot

Pendant les manifestations contre les CRA et pour la régularisation de tout.e.s les sans-papiers, un mouvement collectif à été lancé par les prisonniers du Mesnil-Amelot le samedi 17 octobre. Après plusieurs jours de lutte et de grève de la faim, face au silence de la préfecture, les prisonniers ont décidé de suspendre leur mouvement. La répression a encore une fois été violente, avec des refus de traitements à l’infirmerie même pour des malades chroniques. dans le témoignage qui suit, K. raconte à L’Envolée comment deux flics de la PAF l’ont agressé pendant une fouille à nu.

T’es un prisonnier du Mesnil-Amelot, tu nous appelles parce qu’il y a encore eu des violences de la part de la police là-bas. On sort d’un week-end (le 17-18 octobre) où quasiment tou·te·s les prisonnier·e·s ont lutté ensemble en se mettant en grève de la faim. On voulait revenir sur la répression qui a suivi ces luttes. Il y a déjà eu l’histoire des refus de traitement par l’infirmerie et, là, cette agression pendant la fouille. Tu veux nous raconter pourquoi tu nous appelles ?

Ouai, moi je vous appelle pour vous raconter mon histoire. Pour les violences qu’ils m’ont faites, les flics du CRA. Ça a été un cauchemar pour moi parce que ça ne m’est jamais arrivé comme ça. Et qu’en partant pour fouille ça fait vraiment mal. Ça fait vraiment mal de vivre ça en fait.

Du coup : j’ai été attrapé pour une fouille, je rentre pour la fouille et là les policiers, ils me fouillent. J’enlève déjà mes affaires, toutes mes affaires. Je reste juste en boxer pour qu’ils me fouillent. J’enlève même mes baskets et mes chaussettes. Le policier il met sa main, il touche et là, il trouve un briquet. Il me fait me tourner contre le mur comme si j’étais un criminel. Et là, ils me menottent, ils me serrent les menottes fort. Il y en a un d’eux qui m’a tourné contre le mur. Ils étaient deux. Il y en a un d’eux qui me tient avec son épaule contre le mur. Le deuxième qui me tient par mon boxer. C’est des trucs qui se font pas par des policiers, ou ca se fait par n’importe qui, en fait.

Il m’a enlevé mon boxer. J’étais serré contre le mur. Je ne pouvais pas bouger, j’ai pas 4 mains ou je sais pas quoi pour l’empêcher… je sais pas. Il m’a serré contre le mur, il m’a descendu mon boxer et il a mis sa main, il était entrain de me frotter, il était entrain de voir si j’ai fait rentré dans mon cul des trucs ou je sais pas quoi. Mais c’est vraiment un truc de fou. On se fait même pas respecter, on est comme des vaches ici ! Il y a tout le monde qui nous dit qu’on est des étrangers à chaque fois qu’on parle : « Allez, on va vous envoyer chez vous, vous allez rentrer chez vous » – avec des grots mots derrière. À chaque fois… à chaque fois… à chaque fois… Et c’est ça. Y a des trucs que je rajoute ?

Ouai, tu dis ce que tu veux. Pour expliquer un peu : c’est un de tes co-détenus qui nous a appelé juste après ta fouille pour nous prévenir. Je vais pas parler pour toi mais t’étais hyper mal juste après et c’est normal tu vois. Du coup c’est des prisonniers du Mesnil-Amelot qui ont fait l’effort de faire sortir cette info, pour pas que ça reste entre les murs. Et pour pas que les flics se permettent de continuer à faire ça. Si je dis pas de conneries t’as porté plainte direct ?

Oui j’ai déposé plainte contre le CRA du Mesnil-Amelot et j’attends la réponse, sur quoi il va leur arriver. Parce que je vais jamais me taire maintenant. Je suis pas une vache pour qu’on me frotte comme ça en fait. Il faut que les gens soient au courant que les policiers, ici, ils abusent avec les gens et qu’ils laissent personne tranquille. Alors même que t’es déjà retenu – tu réfléchis pas bien – eux, ils abusent encore sur toi. C’est pas logique. Et tout ça c’est le CRA du Mesnil Amelot à Charles-de-Gaulle (l’aéroport). J’espère que dans les jours qui viennent, tout se passe bien, parce qu’ils lâchent personne ici.

T’as porté plainte contre des flics en particulier ?

Ouai. J’ai pas donné les noms mais c’était une équipe de flics qui change tous les trois jours mais j’ai porté contre cette équipe.

Là, on donne pas ton nom, mais si la police essaye de te mettre la pression on rendra ton nom public. Et en attendant on va faire tourner ton témoignage un maximum. Déjà avant le CRA, t’avais eu des problèmes avec les keufs ?

Ouai je me suis fait arrêter sur la route, à Montreuil, vers Croix-de-Chavaux. Je me suis fait arrêter par trois policiers pour un contrôle d’identité. J’ai été sympa avec eux : « bonjour », tout ça. Je leur donne mon nom, prénom. Ils regardent sur leurs téléphones, je suis pas recherché par la police. Ils me disent on va aller au commissariat pour faire une petite vérif parce que le téléphone marche. En arrivant au commissariat, il y a le policier qui déjà dans la voiture arrêtait pas de me chauffer, mais que je calculais pas parce que je savais que c’était un simple contrôle, que ça allait pas tarder, et que j’allais rentrer chez moi. Le flic, il s’est énervé, il a cassé mon téléphone devant les caméras. Du coup, je l’ai insulté. Là, ils sont rentrés dans la cellule, ils m’ont tabassé, ils m’ont humilié. Ils ont mis ma tête par terre, et ils l’ont écrasée. J’ai vu avec le médecin et le psychiatre, et ma garde-à-vue a été levée parce que j’ai été tabassé par les policiers. Je me suis fait humilier devant les OPJ aussi. Il y a avait 2 OPJ qui étaient debout, et moi, j’avais la tête par terre écrasée par deux policiers.

Et ça c’était au commissariat de Montreuil ?

Ouai c’est ça. J’ai eu une ITT de 5 jours parce que les policiers m’ont tabassé. J’avais mal aux côtes, des bleus sur le visage et tout. Ce qui m’a beaucoup dérangé, c’est que le policier qui avait ses pieds sur ma tête quand j’étais humilié par terre, il a dit : « Je vais t’envoyer au bled et baiser ta femme ». C’est pas des trucs qu’on dit. Ça m’a vraiment touché, et je pouvais pas réagir, j’étais par terre humilié. Du coup comme je vous ai raconté j’ai une ITT de 5 jours. Je me suis fait arrêter le 2 octobre. 2 jours plus tard, je suis reparti au commissariat, le 4 octobre, pour leur demander pourquoi ils m’avaient humilié, et pour récupérer mes affaires. L’OPJ m’a monté dans son bureau, elle me donnait mes affaires… mais parce qu’elle a vu l’ITT de 5 jours, elle a changé d’avis, elle m’a mis en garde-à-vue pour ne pas que je porte plainte contre eux, pour que rien ne se voie.

Ouai, on t’envoie au CRA en espérant que tu te fasses expulser pour que tu fermes ta gueule.

Ouai. En arrivant au CRA, c’est une autre histoire. Je m’appelle avec un nom et un prénom. Et en arrivant au CRA, j’ai compris qu’ils avaient changé mon nom que j’avais pas donné au commissariat.

Ça t’a rajouté des galères administratives encore plus vénères, nan ?

Ouai, c’est exactement ça. Ils m’ont fait des galères administratives pour que je reste au CRA, en fait. Ils ont arrêté plein de trucs et ça, ça dérange.

Normal… Je voulais juste revenir vite fait sur l’agression que tu racontais pendant la fouille. Quand t’es allé porté plainte, c’était avec la Cimade ?

Ouai, je suis allé porter plainte avec la Cimade. Et quand j’y suis allé la première fois, elle m’a dit qu’elle pouvait rien faire pour moi. « Demain, il vient mon avocat » : je lui ai dit ça juste exprès pour qu’elle comprenne vraiment que j’étais victime, que j’étais pas entrain de mentir sur elle.

Ouai, pour la bouger quoi.

Ouai pour qu’elle bouge, parce qu’elle a pas réagi en fait. Au début, elle voulait pas me faire une plainte, elle voulait rien faire pour moi. Dès qu’elle a vu qu’il y aurait un avocat, elle a préparé une plainte et tout.

Et le psychiatre que j’ai vu ici au CRA, je lui ai expliqué que j’étais pas bien, que je dors pas bien, que je fais que réfléchir à ce que m’a fait ce policier – pardon de dire – ce policier de merde. Le psychiatre, il comprend pas que vraiment, ça m’a fait trop mal qu’un policier, il me fait ça. J’ai subi deux fois des violences, deux fois en même pas 20 jours. Au commissariat, et aussi au CRA. Du coup, jsuis mal et j’essaye de parler avec le psychiatre et il me comprend pas en fait. Il me dit tout le temps : « Non, il s’est rien passé, c’est juste une fouille. » D’un côté je lui raconte que je suis vraiment mal, et lui il me dit : « non c’est un simple contrôle » ! C’est un truc… c’est pas faisable.

Lui, c’est le psychiatre du CRA ? C’est pas son rôle de se mettre du côté des keufs (en théorie), ou de te parler de la loi. Mais bon… ils sont tous collègues en vrai, les keufs et les psychiatres.

Ouai, ils sont tous ensemble ici. Ils arrêtent pas de me déranger. À chaque fois, ils viennent ils mettent ma chambre… ils fouillent toute ma chambre. Ils me lâchent pas en fait. C’est les matons qui font rentrer tout ce qu’on reçoit ici, en fait, dans le centre de rétention. C’est eux qui ramènent tout ce qui rentre. Eux, ils viennent, ils nous dérangent. Surtout moi, je sais pas ce que je leur ai fait. Ils me la mettent à l’envers, vraiment, ils me la mettent à l’envers ma chambre.

Ils t’ont choisi comme bouc émissaire pour tout ce qui c’est passé au Mesnil-Amelot. Là, ça fait quelques semaine que c’est très tendu au CRA3 au Mesnil j’ai l’impression.

Ouai, très tendu. Nous, on a fait une grève de faim avec tout le monde, parce qu’il y a l’épidémie. Il y a le couvre-feu, et nous, on n’a pas de mesure de sécurité. On est plus de 30 personnes à la cantine en fait, il y a des gens qui sont à deux dans les cellules. Il y en a plein. C’est un truc de ouf que ça soit comme ça. Il n’y a pas de mesures de sécurité en fait.

La grève de la faim dont tu parles, c’est celle du week-end dernier ?

Ouai, on a fait la grève de la faim. Mais eux, ils ont rien dit. Ils ont pas fait remonter le message qu’on est en grève de la faim. Du coup, il y avait l’équipe des flics qui sont méchants. Ils ont rien dit, ils nous ont laissé comme des merdes en fait. Pour faire une grève de faim, tu peux faire un article 24 et envoyer ça. Nous on a fait des articles 24, mais ils ont rien dit qu’on avait fait des grèves de faims ou n’importe quoi.

Ouai je vais juste préciser, en centre de rétention l’article 24 c’est ce qui permet aux prisonnier·e·s d’exiger de voir le commandant ou un gradé.

Ouai c’est ça. Mais ils ont rien déclaré, on n’a rien eu. Du coup, on a arrêté, parce que nos feuilles elles étaient jetées. Ça se voit : on a reçu personne pour parler avec nous.

Du coup la fouille dont tu parles c’est à un moment où ils fouillent tout le monde ?

Non, non, ils m’ont pris de derrière ils m’ont ramené par la sortie de secours. Ils ont laissé tout le monde. D’habitude on se fait fouiller sur place. Mais moi ils m’ont pris de derrière le CRA, ils m’ont pris par une sortie de secours, ils m’ont fait faire tout le tour. Ils m’ont ramené par une chambre et direct au greffe en fait.

Mesnil : Greve de le Faim, Jour 3

Dans le CRA 3 du Mesnil Amelot, une grève de la faim est en cours depuis samedi. La grève a l’air d’être généralisée dans tous les bâtiments et les prisonniers sont solidaires entre eux. Les flics et la direction du centre ne sont pas contents et essaient de casser la grève, par exemple en empêchant aux grévistes de prendre leur traitement, comme l’expliquent deux prisonniers :

“Si tu vas à l’infirmerie prendre ton traitement ils te demandent si tu as mangé. Si tu dis que non, que tu fais la grève de la faim, ils refusent de te donner le traitement. C’est leur technique, ils utilisent ça contre la grève, pour mettre la pression pour que certains lâchent. C’est soit tu manges soit t’as pas ton traitement, t’imagines ? forcément des gens ils mangent. C’est arrivé même qu’il y ait des bagarres entre nous à cause de ça, des gens qui sont en manque de leur traitement, ils sont obligés de manger.”

“J’ai un ami malade, il a la main cassé, ils lui donnent rien ils veulent pas donner le doliprane. Ils disent “si tu manges pas je donne pas le doliprane”. Il y a beaucoup de gens malades ici.”

Malgré la répression la grève tient, un autre prisonnier rappelle :

“On continue la grève de la faim, notre seule demande c’est que quelqu’un vienne nous écouter.”

Dimanche en fin d’après-midi, plusieurs personnes sont allées derrière le CRA pour crier leur soutien aux grévistes, qui nous ont répondu par dessus les barbelés, en sortant en masse dans la promenade et en restant ensemble malgré les menaces des keufs. Un autre gréviste raconte :

“On vous entendait dehors crier ‘Liberté, liberté!’, nous aussi on a crié. Ça nous a fait beaucoup de bien !”

Comme d’habitude c’était un beau moment de rage, pour une fois on peut entendre les voix de ceux de l’intérieur pour de vrai et ensemble, sans le box du parloir qui isole des autres, sans le flic qui te fouille à l’entrée, sans l’intermédiaire du téléphone.
Cette fois-ci le groupe de solidaires n’a pas échappé au contrôle d’identité à la sortie… Dommage que la plupart n’avait pas leurs papiers sur eux.elles 😉

Les grévistes ont besoin de force, hésitez pas à appeler les cabines, à aller en visite, ou encore mieux à vous organiser collectivement pour aller gueuler dehors, devant le CRA ou ailleurs dans les rues !

La solidarité est une arme
Feu aux CRA, et nique la PAF

“Ici on est pas des esclaves” : GREVE DE LA FAIM EN COURS AU CRA DE MESNIL !

Quelques heures après la fin de la grande marche des sans-papiers, les prisonniers du CRA de Mensil-Amelot répondent en lançant une grève de la faim.

On était des milliers dans la rue aujourd’hui à Paris pour exiger la régularisation de toustes les sans-papiers et l’abolition des centres de rétention. A l’intérieur et à l’extérieur de ces prisons, la lutte continue : soyons solidaires avec les prisonniers et les prisonnières !

Voici le témoignaige d’un prisonnier en lutte, à faire tourner au max.

A BAS LES CRA !


” On fait une grève de la faim pour plusieurs raisons :
– les gens qui font 90 jours puis on les envoie en garde à vue, puis on les ramène pour 90 jours à nouveau. Par exemple les Tunisiens : pour un refus de test ils t’envoient en prison, tu te prends une condamnation de 3 ans ! Ou alors tu fais 90 jours, puis on te ramène en prison quelques temps, puis on te ramène au CRA encore 90 jours, ça c’est pas possible.
– les algériens : on les met en CRA alors que les frontières sont fermées. Pourquoi ? Ils disent “oui on te met en CRA parce que ça va bientôt réouvrir” mais c’est pas vrai on voit les informations on voit que partout il y a le Covid, ici il y a le couvre feu, en Tunisie par exemple encore pire il y a le couvre feu et les hôpitaux qui sont pleins.
– alors qu’il y a le Covid ici il ramènent des vieux, ils font pas de test, ils ramènent n’importe qui, chaque jour ils ramènent des gens. Un vieux a 79 ou 80 ans vous imaginez il a peut-être même vécu la guerre ?
– La nourriture est pas bonne, ils nous crient dessus, ils tabassent les gens. Il se passe des trucs de ouf ici, ils tabassent les gens, il y a pas de chauffage dans les cellules vous imaginez ? J’ai une seule couverture à l’heure où je vous parle.

C’est pour ça que les gens font la grève de la faim ici. Ils veulent que quelqu’un écoute, un magistrat, les journalistes. Ils veulent montrer, envoyer un message, que les gens nous voient. On est pas comme les autres centres ici c’est pire. Par exemple pour venir te voir au parloir, personne ne vient, c’est trop loin et trop compliqué pour venir, et le comportement des policiers fait que les gens ne reviennent pas. Imagine la personne fait un long chemin pour venir, il te ramène de la bouffe, et ici on leur dit que c’est pas possible et on jette la bouffe dans la poubelle !

Toutes les nationalités ici font la grève. Tout le monde fait la grève dans le bâtiment 3, 4, 5, 6, 7 et 8. On a envoyé le message au CRA 2 on va voir comment ça va se passer.

On va faire une grève de la faim jusqu’à ce que quelqu’un nous entende. Ici on est pas des esclaves, c’est fini l’esclavage, ici on vit comme des merdes. ”

“Tu chantes pas, tu manges pas !” // témoignage des prisonnières du CRA du Mesnil-Amelot

Au CRA du Mesnil-Amelot les prisonnières font face au harcèlement policier et à des conditions sanitaires insalubres. Alors qu’une prisonnière est tombée malade suite à une infection (dû au rationnement de serviettes hygiéniques), les prisonnières ont du lutter pour faire intervenir les pompiers. Elles dénoncent les multiples insultes et harcèlements – traitées notamment de « putes » par les flics- et aussi l’humiliation lorsque ils les forcent à chanter « joyeux anniversaire » au chef du centre sous peine de ne pas manger. Elle dénoncent aussi la nourriture périmée qui leur est donnée, qui s’ajoute au froid dans lequel elles vivent. Voici une retranscription de l’émission de l’Envolée du 9 octobre dans lequel une prisonnière raconte tout ça.

 

Bonjour madame

Bonjour, déjà merci de ton appel, est ce que tu vas bien ?

Oui ça va un peu malgré le stress et tout .

Tu voulais nous parler de choses précises aujourd’hui ?

Ouais ouais ce que je vis depuis 2 jours là, ça a commencé avant hier et ça m’a un peu bouleversée, ça ma’a rendue triste et donc c’est pourquoi je voulais le partager avec certaines personnes aussi.

N’hésite pas vas y on t’écoute.

En fait ici sur le CRA des filles, parce que nous sommes aussi avec des filles qui parlent pas français – il y a les albanaises et tout- nous vivons avec elles. Alors il y a de cela 2 jours, il y a une albanaise qui est venue me voir, comme elle parle pas français, elle, elle parle anglais… bah bien que je parle pas trop français je me débrouille quand même. Elle est venue me dire qu’elle avait ses règles et elle voulait avoir des bandes hygiéniques. Elle me dit si je peux l’accompagner à la police pour aller demander des bandes hygiéniques. Là je l’ai accompagnée, arrivées là bas on a trouvé une dame, je lui ai dit voilà, la demoiselle elle a ses règles elle voulait avoir les bandes hygiéniques et la police lui a remis juste 2 bandes. Elle a négocié elle a dit avec 2 bandes qu’est-ce que je vais faire avec ? Et la police l’a grondé. La fille elle a eu peur, on est rentrées. Après dans la journée elle a utilisé les 2 serviettes, ça n’a pas suffit. Donc elle est venue me voir elle a demandé si j’en avais aussi. Moi non plus j’en avais pas. Du coup elle a pris son habit, elle a pris sa blouse, elle l’a déchiré, elle a utilisé ça comme serviette. Sans se rendre compte qu’il y avait des problème avec ça. Et comme la femme, elle est trop fragile elle a attrapé des infections. Elle a commencé à avoir trop mal au niveau du bas ventre et au niveau de la hanche. Elle pleurait tellement fort, elle est venue me dire « je me sens pas bien, j’ai trop trop trop mal », du coup elle est tombée par terre elle a commencé a crier très fort et comme dans notre bâtiment, il y a un bouton là quand vous appuyez directement ça sonne chez la police. Moi j’ai sonné et on a essayé d’appeler la police. La police nous a répondu « nous ne sommes pas là pour vos conneries, donc démerdez vous là bas ». C’est la réponse qu’ils nous ont donnés. Et du coup la fille elle a commencé à pleurer. Au départ on croyait que non ça va passer, c’est juste une douleur, comme on avait pas aussi les antidouleurs rien du tout. Elle pleurait, elle pleurait et plus le temps avançait, la fille elle devenait pale et elle avait une forte fièvre je voyais aussi ses yeux commencer déjà à changer et tout le monde était paniqué. On savait plus quoi faire. Elle pleurai tellement, elle était par terre, elle a commencé à faire… comment appeler ça…

Continue reading ““Tu chantes pas, tu manges pas !” // témoignage des prisonnières du CRA du Mesnil-Amelot”

Nouveau cas de Covid à Vincennes : témoignages de personnes enfermées en quarantaine

A Vincennes, depuis début Septembre, le centre de rétention avait été réorganisé. Le bâtiment 2A servait de bâtiment d’arrivée, où chaque personne se voyait proposer un test PCR. En fonction des résultats, elles étaient ensuite transférées soit dans le bâtiment 1 pour les personnes négatives, soit le dans le bâtiment 2B, le bâtiment des personnes testées positives à la Covid-19.

Depuis quelques jours, il n’y avait plus de personnes porteuses du virus dans le CRA. Le bâtiment 2B a donc tout naturellement réouvert ses cellules (ça serait bête qu’elles restent vides) pour devenir un nouveau bâtiment d’arrivée, au même titre que le 2A.

Le dernier revirement date d’il y a quatre jours, où un prisonnier a été testé positif au Covid-19 au bâtiment 2A. Ce dernier a été transféré dans un hôtel formule 1, tandis que les autres ont été mis en quarantaine (ce qui, dans cette situation spécifique, signifie aucune nouvelle arrivée, visites interdites…). Le premier témoignage souligne la mise en danger des personnes arrêtées, de la rue jusqu’au centre de rétention, où rien n’est fait pour les protéger du risque de contamination au virus. Il semble également que pour faciliter les procédures, les personnes arrêtées sont encouragées à ne pas prendre d’avocat pour soit-disant accélérer leur remise en liberté. Sans défense adéquate, le copain s’est retrouvé au centre de rétention de Vincennes 24h plus tard.

Il nous ont enchaîné. Il nous ont soit-disant expliqué nos droits : avocat, interprète etc. Il nous a dit que si on prenait un avocat, ça allait allonger notre temps dans le commissariat. C’est une manipulation ! Comme les gens ne savent pas leurs droits. Moi aussi je ne voulais pas rester là-bas, je voulais sortir tout de suite. Alors on a pas pris d’avocats.

“J’étais dans le 10e arrondissement, j’étais avec un pote à moi. On prenait le métro, on prenait des billets. J’ai parlé et il ne m’a pas compris. J’ai enlevé le masque pour lui parler. Et il y avait un monsieur à côté qui m’a dit : “monsieur mettez le masque”, je lui ai dit “mais vous êtes qui ?”. Il m’a répondu que c’était la police. Il m’a demandé la carte. Je lui ai dit que je n’en avais pas. Que je circulais sans-papiers, sans titre de séjour. Il m’a ensuite emmené avec lui, dans
le mini-bus. On est restés 20 à 30min dans la bagnole, mais comme on était plusieurs, on arrivait pas à respirer. J’ai dit “monsieur, allumez l’aspirateur, car ça nous permet de prendre l’air”, il a dit qu’on allait partir bientôt. Mais on est restés quand même une demi-heure. Et il y avait un gars qui était malade à l’intérieur, il a des problèmes de tension. Il a dû enlever ses vêtements parce qu’il n’était pas bien. Finalement on est partis. On a tourné pas mal, ils semblaient chercher un commissariat vide. Finalement on est arrivés dans le commissariat de Bercy. Il nous ont enchaîné. Il nous ont soit-disant expliqué nos droits : avocat, interprète etc. Il nous a dit que si on prenait un avocat, ça allait allonger notre temps dans le commissariat. C’est une manipulation ! Comme les gens ne savent pas leurs droits. Moi aussi je ne voulais pas rester là-bas, je voulais sortir tout de suite. Alors on a pas pris d’avocats. Après ils nous ont mis dans une cellule de 5m² environ, on était presque 8 ou 9 ! J’ai dit au policier ” Monsieur j’ai le Covid”, après il a répété à son collègue “lui, il a le Covid…”. Après il s’est retourné, il est parti. Il nous ont appelé ensuite un par un pour savoir ce qu’on faisait en France, si on avait un travail régulier. Il m’a demandé si je connaissais mes droits, je lui ai dit non. il m’a expliqué que j’allais être obligé de quitter la France. Je lui ai dit que je ne voulais pas quitter la France, que j’étais étudiant, que je faisais un doctorat en philosophie. J’ai un travail régulier, je suis propriétaire, j’ai une maison. Ma mère, mon père et ma sœur, depuis des années habitent en France. Je ne peux pas partir. Il a dit qu’il allait transférer mon dossier à la préfecture. A 20h, certains ont été libérés. On est restés 3 ou 4 personnes dans la même cellule. La cellule était vraiment très sale. On était à l’intérieur sans masque. Personne n’en avait. La nourriture, je l’ai ouverte, mais je ne l’ai pas touchée, c’était dégueulasse, c’était de la nourriture pour les chiens. Le lit et la couette étaient hyper sales. Le lendemain, ils m’ont amené dans le centre, ils m’ont dit que j’allais être renvoyé, mais que je pouvais contester au tribunal administratif.

Quand je suis arrivé dans le centre, ils ne m’ont pas fait de test. Je pensais qu’ils allaient me confiner dans une chambre. Mais pas du tout. Ils m’ont donné la couette, la brosse à dent et je me suis installé dans une chambre. J’ai vu que tout le monde circulait partout dans le centre, certains portent le masque, d’autres pas. Je suis parti à l’accueil, j’ai demandé si j’allais faire le test ce soir. Ils m’ont dit “probablement”. Vers 20h, ils m’ont appelé, je suis parti aller voir l’infirmière, je lui ai demandé si j’allais faire le test. On m’a dit “ce soir on ne peut pas le faire, car on a un cas de Covid ici.” J’ai répondu : “Comment ça ? En fait, comment ça se fait qu’on ne fait pas de test avant de rentrer dans le centre ? En fait, là ça ne sert à rien. Imaginez que j’ai le Covid, et donc je contamine logiquement tout le monde. Qui prend cette responsabilité ?”. La personne qui avait le Covid a dormi dans le centre pendant plusieurs nuits. Elle m’a dit qu’ils allaient tous nous tester dans une semaine, pour voir si on l’avait attrapé. Celui qui a le covid, ils l’ont emmené dans un hôtel. Y’a un autre mec qui est passé au tribunal et ils l’ont laissé sortir sans l’avoir testé. Mais il a été en contact avec l’autre. Imaginez il l’a attrapé, il va contaminer tout le monde ! Mais ils s’en foutent. Pourquoi ils l’ont laissé sortir ? Mais ce n’est plus leur responsabilité car il est déjà parti.

La nourriture ? On se régale tous les jours ! Hahaha ! Le matin, on nous donne un beurre, avec une confiture, avec un café. Le midi, personne ne finit le repas. J’ai parlé avec une personne de l’accueil hier. Je ne peux pas manger, depuis le début j’ai perdu 4kg. Si vous voulez faire le régime, vous venez ici et vous perdez 10kg. Vraiment c’est pas mangeable le repas, je le jette tous les jours. J’achète toujours le chocolat. “C’est qui le responsable là du centre ?”, j’ai demandé à la dame. “Je veux parler avec lui, je veux l’inviter à venir manger avec nous le soir!”

Vos dirigeants, vos élus, ils parlent toujours à la télé des droits de l’Homme, de l’égalité, de la fraternité, de la solidarité. Dans un Etat il y a un autre Etat. Y’a un autre règlement, ils ferment tous les yeux. En fait je ne sais pas, peut-être qu’ils ne voient pas. Et la démocratie ? Le meilleurs pays qui protège les droits de l’homme… C’est juste des paroles à mon avis.”

Ils sont treize à avoir passé de quelques jours à quelques heures avec la personne porteuse du virus. Laissés dans l’incertitude de ce qui se passera ensuite, il semble qu’au moins un homme parmi eux fasse partie des personnes à risque.

“Je suis là depuis mardi passé. On est rentré avec un monsieur qui était positif au Corona. Comme on était les deux jours avec lui on était exposés au Corona et maintenant on est bloqués ici. Sans la famille, sans les enfants ni rien. Dans 7 jours ils vont nous faire un nouveau
test. Si quelqu’un est positif, alors on ne sait pas ce qu’il va se passer après. On était avec le monsieur toute la journée, on a fumé avec le même briquet on a touché aux même téléphones, on a parlé avec les mêmes téléphones. Je ne sais pas. On est traités comme des animaux ici vraiment. On est comme inexistants. Normalement tu fais un test, et ensuite tu mélanges les gens. Parmi, nous il y a une personne qui fait de l’hypertension. Vous imaginez si elle est contaminée ?”

 

Témoignage d’un retenu du CRA de Lyon

Ce témoignage, initialement publié sur https://crametoncralyon.noblogs.org/ fait suite au rassemblement devant le CRA de Lyon organisé le vendredi 2 octobre 2020 dans le cadre de la marche des sans-papiers.

——————————————————————————–

Nous on est ici comme des chiens. Est-ce que tu comprends ce que ça veut dire, comme des chiens ? La vie des chiens elle est plus belle que notre vie. Pourquoi y a tant de gens racistes en France ? C’est la première fois que j’ai vu des gens racistes comme eux, je te jure, oui en France, ça ne se fait pas de faire ça 

Continue reading “Témoignage d’un retenu du CRA de Lyon”