[brochure] Témoignages de prisonnièr.es enfermé.e.s en CRA pendant l’état d’urgence sanitaire

On publie une petite brochure avec quelques témoignages de prisonnier.es enfermé.e.s en CRA pendant la pandemie et l’état d’urgence sanitaire.

Iels racontent des conditions pourris dans lesquelles iels se sont retrouvé.e.s, de comment les keufs et de la préfecture, qui n’avaient rien à foutre de faire tomber malades les prisonnier.es, les ont délibérément mis.e.s en danger. Mais iels parlent aussi des solidarités et des luttes qui ont eu lieu, malgré la peur et l’isolement, encore plus forts que d’habitude.

Aujourd’hui, les personnes sans-papiers continuent d’etre emprisonné.e.s, les rafles reprennent, les frontières vont bientot rouvrir et les déportations aussi… mais à l’extérieur, de plus en plus de gens s’organisent contre le racisme et les violences policières, et révendiquent des papiers pour tout le monde. Dans les rues et partout, soyons solidaires avec les prisonnier.es, luttons pour l’abolition immédiate des CRA !

« Ils ont trouvé deux personnes contaminées hier » : des nouvelles du CRA de Lille

Dans le CRA de Lille la situation est explosive. Après le premier cas de Coronavirus trouvé la semaine dernière, après l’interdiction des parloirs ( ICI audio ) et après cinq jours de grève de la faim et de lutte ( ICI article ), une partie des prisonniers (moitié environ) a été testée ce mardi. Résultat : au moins deux nouveaux cas de prisonniers malades.
Malgré ça, aucune nouvelle mesure sanitaire a été prise. Apparemment l’Ordre de Malte, l’asso qui intervient dans le centre, va déposer une demande de mise en liberté, faudra voir si ça marche.

Un prisonnier rapidement la situation à l’intérieur, voici son témoignage :

 
« Ils ont trouvé deux personnes contaminées hier, mais beaucoup ont pas fait le test. Ça veut dire que quelqu’un dans ta chambre peut être malade et tu sais pas, peut être s’ils vont tester tout le monde ils vont trouver d’autres. Ils ont fait le test du nez, du coup certains ont refusé parce qu’ils disent que ça marche pas. Moi je l’ai fait quand même, il faut pas rigoler avec cette maladie.
Dans le centre ça sent mauvais, personne fait le ménage pour peur du virus, ça pue dans les cellules. C’est grave, on a peur pour la santé. »

Les prisonniers sont vénèrs et demandent de faire circuler au maximum les infos

à l’extérieur, la solidarité s’organise : ce samedi (27 juin), le Comité sans papiers de Lille (https://www.facebook.com/CSP59/ ) appelle à une manif en solidarité :
IL FAUT LIBÉRER TOUS LES SANS PAPIERS – SAMEDI 27 JUIN A 14H, MARCHONS DE PORTE DE DOUAI A CRA DE LESQUIN

Virus ou pas, abolition des CRA !

 

[radio] Témoignages de prisonniers à Mesnil, Vincennes, Oissel, Lille

Les paroles des prisonniers de plusieurs CRA dans deux émissions récentes de l’Envolée. Bonne écoute !

29 mai : Vincennes et Mesnil

 

  • Nouvelles des Centre de rétention administrative: une nouvelle grève de la faim au Mesnil-Amelot ; des jugements sans visio en absence des prévenus.
  • Interview de trois prisonniers du CRA de Vincennes.

 

ÉMISSION DU 29 MAI 2020 : les prisonnier.es face au (dé)confinement

12 juin : Oissel

Appel : un prisonnier de la prison pour étranger de Oissel, qui nous raconte les violences policières ainsi que les conditions de vie et sanitaire dans les CRA

Emission du 12 juin 2020 : Les prisons toujours confinées, meurtres policiers et violences policières en CRA

19 juin : Lille

Contamination au CRA de Lille déjà plein : des masques et des tests que pour les keufs, les 80 prisonniers refusent les repas depuis jeudi : appel de l’intérieur

EMISSION DU 19 JUIN 2020 – Gilets Jaunes face à la justice // COVID et mouvement collectif au CRA de Lille

« Les 80 personnes, on est en grève de la faim » : communiqué des prisonniers du CRA de Lille en lutte !

Depuis jeudi, tous les prisonniers du centre de rétention de Lille Lesquin refusent les plateaux. Ils demandent la libération de tout le monde suite à la suspicion d’un cas de Covid que la direction veut masquer. Alors qu’au moins un cas de Covid avait été confirmé dans cette prison en mars, entre 40 et 50 personnes y étaient toujours enfermées pendant le confinement et plusieurs mouvements collectifs ont été violemment réprimés avec tabassages et transferts. Depuis quelques semaines le CRA est de nouveau plein, tellement que les flics ont déjà transféré plusieurs prisonniers vers Calais et d’autres centres. L’ordre de Malte, l’asso présente dans la prison, n’est toujours pas réapparue depuis le déconfinement.

Faisons tourner au max leur communiqué !

Tous les gens dans le centre, dans les quatre zones, les 80 personnes, on est en grève de la faim. Le centre il est plein. Il y a trop de monde. Ca fait 3 jours que personne est sorti pour manger. Aujourd’hui on a demandé le médecin et y a pas de médecin, comme tous les jours. Ca fait presque 5 jours que y a que l’infirmerie : les gens ici ils toussent, ils ont de la fièvre, ils ont mal à la tête. Les policiers disaient hier que les médecins viennent pas parce qu’ils ont peur. Ya que du doliprane en attendant. Lundi ou mardi les policiers ils vont se faire tester. Nous on sait même pas si on va se faire tester.

On est en grève parce qu’on a peur, parce que pendant deux semaines y avait quelqu’un ici au centre de Lille qui avait le Covid. Il a été transféré à Calais et il a été testé positif là-bas. Les policiers depuis trois jours ils ont des masques et des gants, nous on a aucun moyen, on a rien, même pas du gel. On peut même pas se laver les mains. Avant ça y avait aucun moyen de protection dans le centre, rien.

Ca fait aussi trois jours qu’ils ont arrêté les parloirs, en fait ils ont tout arrêté. Avant y avait les amis, les cousins qui ramenaient des gâteaux ou des clopes au parloir. Maintenant les gens ici ils fument une cigarette par jour, et pour le café, tout le monde partage le même gobelet.

Pourquoi est-ce qu’on reste ici ? En plus les frontières elles sont fermées. Ils ont aucun moyen pour expulser les gens. De toute façon ils cachent les choses : ils veulent pas faire sortir l’information comme quoi y a quelqu’un qui est contaminé ici. Quand les gens sont enfermés dans le CRA ils sont pas testés avant. On a peur, on est stressé, y a des malades, on a que du doliprane.

Chaque chambre, on est 3 ou 4 dedans, les toilettes sont dégueulasses, les robinets et les douches  ìmarchent pas, ça fait trois ou quatre jours que le ménage a pas été fait. Quand on arrive il nous donne un petit plastique de shampoing et c’est tout. Là y a des gens ça fait plus d’une semaine ils ont pas pris de douche. Ils ont aucun moyen pour se laver. Ici le temps il passe pas. Y a des policiers qui font de la torture morale. Y a pas de protection.

On demande la libération de tout le monde.

Les prisonniers du CRA de lille.

Solidarité avec les prisonniers
du cra de Lille en lutte !
Liberte pour tous et toutes !

Contre la construction d’un nouveau centre de rétention administrative à Lyon, assemblée publique le samedi 20 juin

On diffuse l'appel des copaines de Lyon contre la construction d'un nouveau CRA. Si vous etes dans le coin, assemblée publique demain 20 juin à Lyon ! (Plus d'infos sur le CRA de Lyon ici : https://crametoncralyon.noblogs.org)

https://rebellyon.info/Contre-la-construction-d-un-nouveau-22386?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Le gouvernement a annoncé la construction de trois nouveaux centres de rétention administrative en France, dont un à Lyon, à côté de l’actuel dans la zone de l’aéroport Saint-Exupéry. Le début des travaux était annoncé pour mai 2020, mais le chantier n’a pas encore commencé. Mobilisons-nous contre la construction de cette nouvelle prison, pour que ce CRA ne voie jamais le jour. Ni expulsions, ni prisons.

Assemblée publique le samedi 20 juin à 18 heures place Guichard

Les centres de rétention administrative sont des prisons. Bien qu’ils ne soient pas désignés comme tels officiellement, ce sont des lieux d’enfermement où les violences policières, les menaces et les humiliations sont quotidiennes. L’État y enferme les personnes qu’il considère en situation irrégulière sur le territoire français. Les prisonnièr·es peuvent y être détenuEs jusqu’à 90 jours, à l’issue desquels iels sont soit déportéEs, soit incarcéréEs en maison d’arrêt, soit relâchéEs (tout en restant sous la menace constante d’une nouvelle arrestation).

En 2018, plus de 45 000 personnes ont été enfermées dans les 24 centres de rétention de France métropolitaine et outre mer. Cette année-là, 480 nouvelles places ont été créées, en aménageant les CRA existants, mais aussi en les agrandissant comme à Nîmes, Vincennes, Coquelles ou Lyon. En novembre 2019, le gouvernement a annoncé la construction de trois nouveaux CRA à Olivet, Bordeaux et Lyon, avec pour objectif d’augmenter toujours plus les capacités d’enfermement. Ce sont les premières constructions de CRA depuis près de dix ans. L’État s’emploie à criminaliser, enfermer, torturer et expulser toujours plus les personnes étrangèr.es. Et il ne lésine pas dans la guerre qu’il mène contre les personnes qui n’ont pas les “bons” papiers.

Le CRA actuel de Lyon se trouve à Colombier Saugnieu, juste à côté de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry. Il a été créé en 1995 dans un ancien hôtel Formule 1. Il a été agrandi en 2019, pour arriver à une capacité de 140 places. Il est “géré” par la Police aux Frontières et par Forum Réfugié, association à laquelle l’Etat sous-traite un prétendu “accompagnement juridique”, mais dont le rôle réel est de collaborer à la machine à enfermer et à expulser.

Le début des travaux de ce nouveau CRA de 140 places est annoncé pour mai 2020, et son ouverture pour 2022, mais à ce jour, rien n’a encore commencé. La construction est prévue à proximité immédiate du CRA actuel, sur un terrain de 15672 m2 appartenant à Vinci, comme toute la zone de l’aéroport. Le montant du marché s’élève à 22 855 millions d’euros.

Nombre d’entreprises privées collaborent avec l’État et travaillent à maintenir le système des CRA. Entre la réouverture des CRA de Hendaye et de Geispolsheim, l’extension de ceux de Nîmes et de Coquelles, et le lancement des nouvelles constructions, les appels à projets fleurissent sur les plateformes d’annonces de marchés publics, et les promoteurs immobiliers partent à la cueillette des contrats juteux. Une poignée d’entreprises se partagent le marché : Eiffage, Thémis – FM [filiale de Bouygues], Gepsa [filiale d’Engie], Sodexo, Spie Batignolles. À Lyon, la “réalisation” du nouveau CRA a été attribuée au groupe Eiffage, champion des constructeurs de taules, assisté par l’entreprise ICAMO, qui a déjà géré des chantiers pour la prison de Saint-Quentin Fallavier. Toute une clique d’autres boîtes se font aussi du fric dans l’affaire : RI2L pour l’architecture, Cogeci pour la structure, Artelia pour l’électricité, Gantha pour l’accoustique, Hogos pour le mobilier, Eiffage Energies Système pour l’exploitation maintenance, GSF pour “l’hôtellerie”, Eodd pour l’ingénierie.

Il y a bien des moyens de leur signifier notre opposition : soyons imaginatif.vEs !

À Olivet, près d’Orléans, l’ouverture est prévue pour 2023, et le coût total estimé à treize millions d’euros. Un collectif s’est monté, et une mobilisation a d’ores et déjà commencé. Le 4 avril, une manifestation devait avoir lieu à Orléans. Elle a été annulée à cause du confinement, mais la lutte continue.

À Lyon, une manifestation pour la régularisation des personnes sans-papieriséEs aura lieu le 20 juin à 15 heures, au départ de Bellecour. À l’issue de la manifestation, retrouvons-nous nombreux.sEs à 18 heures place Guichard pour nous mobiliser contre la construction de cette nouvelle prison.

À bas les CRA, à bas les frontières, soutien à tous·tes les prisonnièr·es !

“Soit disant la France, les droits de l’homme, nous on les a pas vu.” // Communiqué de prisonniers du CRA de Oissel (Rouen)

Les prisonniers racontent que le CRA de Oissel est désormais plein, qu’il y a des transferts punitifs avec celui du Mesnil-Amelot (CRA dans lequel ont eu lieu pas mal de révoltes les deux dernières semaines), que les juges baclent plus que jamais les procédures, que la prefecture enferme des mineurs.. Un groupe de prisonnier a décidé de nous faire parvenir un comuniqué pour raconter tout cela. Ils sont aussi au courant des luttes contre les violences policières et de sans-papiers qui ont court en ce moment à l’extérieur et expriment leur solidarité.

Il y a des gens qui savent pas dehors alors on va vous dire.

Au tribunal, la préfecture elle nous fait passer pour des SDF, des célibataires et des personnes qui ont fait des longues peines de prison, alors qu’on est mariés, qu’on a des adresses et qu’on sort de peines de 3 ou 6 mois. Il y a des gens qui ont des papiers encore valides en Espagne, en Italie, en Allemagne, ils ont des enfants en France, un domicile fixe, une famille, mais ils ils font passer pour des SDF. Les avocats nous conseillent de porter plainte quand on sortira. Soit disant on est tous des menaces pour la république, mais ils cherchent aucun motif pour justifier ça, même les avocats disent que c’est faux. Les juges ils cherchent pas à comprendre : c’est 28 jours [prolongation de la durée de rétention par le Juge des Libertés et de la Détention ou JLD]. Il y a quelques juges qui vérifient si c’est vrai ce que dit la préfecture mais vraiment pas tous, alors c’est 28 jours. Ça c’est pour les JLD et sinon les juges du TA [Tribunal Administratif] c’est OQTF [Obligation de Quitter le Territoire Français], IRTF [Interdiction de Retour sur le Territoire Français] sans chercher à comprendre comme ça interdiction de 5 ans, 3 ans, 5 ans, 3 ans… Ils mentent sur nos vie, le préfet il fait des courses avec nous ? Il dort entre nous et nos femmes pour pouvoir dire comme ca qu’on a pas une vie commune ? La préfecture et les juges administratif détruisent des vie, des couples. Non mais on a la haine là pourquoi ils mentent et ils font des trucs comme ca ? Il y a des quantité de vices de procédure mais seulement les avocats privées et payant arrivent parfois à les prouver.

Continue reading ““Soit disant la France, les droits de l’homme, nous on les a pas vu.” // Communiqué de prisonniers du CRA de Oissel (Rouen)”

Retour sur un week-end de luttes contre les CRA et de solidarité avec les sans-papiers !

Samedi 30, lors de la Marche des Solidarités, les sans-papiers en lutte ont encore affirmé leur volonté d’auto organisation et leur détermination en prenant la tête (mais aussi le reste) du cortège : une des plus belles et plus puissantes manif depuis bien longtemps ! 
 
La mobilisation massive a permis aux sans-papiers d‘imposer avec force leurs revendications : la régularisation de tous les sans papiers et la fermeture des CRA !
 
Nous avons été heureux-ses de participer à la marche et de voir la centralité quont eu les revendications contre les Centre de Rétention (CRA), l’enfermement et l’Etat policier. Se battre contre les CRA, c’est se battre contre les frontières, contre la machine à expulser dans son ensemble et contre le système des papiers en général, sans lequel les CRA n’existeraient pas. 
 

Continue reading “Retour sur un week-end de luttes contre les CRA et de solidarité avec les sans-papiers !”

” Ici on est solidaires ” : communiqué et témoignage des prisonniers en lutte au CRA de Mesnil

Au CRA du Mesnil-Amelot les prisonniers se sont à nouveaux mis en grève de la faim aux bâtiments 9, 10 et 11 à partir de vendredi et pendant 2 jours. Ils racontent les violences, humiliations, refus de soins de la PAF. Mais ils racontent aussi la solidarité entre prisonnier.ères.

Voici le communiqué des prisonnier.ères le 1 juin 2020 :

Nous sommes les prisonniers du centre de rétention Mesnil-Amelot. Hommes, femmes, tous les bâtiments : ici on est solidaires !

Car on se sent vraiment en prison.
Car ils nous traitent comme des chiens, ils nous parlent comme à des chiens.
Car en France ça n’existe pas la double peine alors qu’ici c’est est vraiment une 2e peine.
Car le centre c’est pire que la prison et qu’on préfère retourner en prison que de rester ici.

Car ici on mange pas bien et que dans la nourriture il y a des calmants.
Car on dort le ventre vide parce qu’on peu pas sortir même un morceau de pain de la cantine.
Car ici la nourriture c’est l’entreprise GEPSA qui a un long contrat avec le CRA et que même en prison c’est pas GEPSA.

Car chaque jour on se fait fouiller les cellules.
Car chaque jour on se fait agresser par les surveillants pour un morceau de pain de trop ou une carte oubliée.
Car on en a marre de la saleté et les agressions des policiers.

Car on paye des avocats très cher pour rien.
Car quand on demande à manger halal ils nous servent du porc.
Car ils agressent des personnes qui en ont encore des traces sur le visages et sur le corps.
Car on est coincé là alors qu’il y a pas d’avion.

Car la police ne respecte pas la santé des personnes, l’une d’entre nous est tombé ce matin parce qu’elle n’avais pas reçu son traitement.
Car on a porté plainte tous et toutes ensemble solidairement et qu’on a reçu aucune réponse, que personne nous écoute.

Pour toutes ces raisons on a fait plusieurs fois la grève de la faim ces dernières semaines mais sans solution. Ils nous disent : « même si on vous voit mourir devant nous on va rien faire. »

On peut pas rester ici si c’est pour vivre comme ça ! On veut la liberté !

Continue reading “” Ici on est solidaires ” : communiqué et témoignage des prisonniers en lutte au CRA de Mesnil”

“Bah en fait ils ont gazé tout le monde.” Témoignage d’un prisonnier de Lyon

M., en France depuis deux ans, jeune Tunisien, est retenu et « confiné » au CRA de Lyon depuis le 15 avril. Dans ce témoignage du 6 mai, il raconte le transfert de force des 15 Musulmans de la zone jaune à orange le 27 avril, soit trois jours après le début du Ramadan, la grève de la faim en plein Ramadan menée du 2 au 5 mai par les sept Musulmans restant à cause des conditions d’enfermement dégradées : nourriture périmée, hygiène inexistante malgré la pandémie de coronavirus et actes de torture au mitard (à l’isolement) contre deux Musulmans faisant le Ramadan, dont un asthmatique.

Un témoignage d’un autre prisonnier de Lyon plus récent à été relayé sur crametoncralyon.

J’étais côté jaune et ils sont venus pour nous changer la cellule. Nous on n’a pas accepté parce qu’on était dans la promenade, grande, et nous on fait le Ramadan, on sort un peu dehors dans la promenade. On était je pense 15. Et on n’a pas accepté, on a dit qu’on change pas. Après est venu le renfort, on est rentré tous dans une chambre, et on a décidé que personne sort de la chambre. Ils sont venus avec toute la police. Ils sont venus avec des bombes à gaz, des matraques, boucliers. Bah en fait ils ont gazé tout le monde. Tout le monde est tombé. Il y avait quelqu’un d’asthmatique avec nous, il était trop mal. Après ils nous ont sorti un par un et nous ont amené dans l’autre zone, orange.

Continue reading ““Bah en fait ils ont gazé tout le monde.” Témoignage d’un prisonnier de Lyon”

Solidarité avec les arreté.e.s en Italie ! l’unica sicurezza è la libertà !

Dans la ville de Bologna, en Italie, la fin du confinement a coïncidé, pour certaine.e.s, avec le début de l’enfermement. Suite à la grosse opération répressive du 13 mai, sept copaines anarchistes ont été arreté.e.s, et cinq autres ont l’interdiction de quitter la commune avec obligation de pointer une fois par jour au comico. L’accusation est celle d’associazione sovversiva con finalità di terrorismo.

Terroristes, parce qu’iels étaient devant la prison de Bologna pendant la révolte (mars 2020), en solidarité avec les prisonniers qui, là-bas comme partout ailleurs, se rebellaient pour ne pas crever de covid et d’enfermement. Terroristes, parce qu’iels n’ont jamais arrêté de lutter contre l’enfermement, contre les politiques migratoires et contre l’exploitation.

Continue reading “Solidarité avec les arreté.e.s en Italie ! l’unica sicurezza è la libertà !”