Contre la construction d’un nouveau centre de rétention administrative à Lyon, assemblée publique le samedi 20 juin

On diffuse l'appel des copaines de Lyon contre la construction d'un nouveau CRA. Si vous etes dans le coin, assemblée publique demain 20 juin à Lyon ! (Plus d'infos sur le CRA de Lyon ici : https://crametoncralyon.noblogs.org)

https://rebellyon.info/Contre-la-construction-d-un-nouveau-22386?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Le gouvernement a annoncé la construction de trois nouveaux centres de rétention administrative en France, dont un à Lyon, à côté de l’actuel dans la zone de l’aéroport Saint-Exupéry. Le début des travaux était annoncé pour mai 2020, mais le chantier n’a pas encore commencé. Mobilisons-nous contre la construction de cette nouvelle prison, pour que ce CRA ne voie jamais le jour. Ni expulsions, ni prisons.

Assemblée publique le samedi 20 juin à 18 heures place Guichard

Les centres de rétention administrative sont des prisons. Bien qu’ils ne soient pas désignés comme tels officiellement, ce sont des lieux d’enfermement où les violences policières, les menaces et les humiliations sont quotidiennes. L’État y enferme les personnes qu’il considère en situation irrégulière sur le territoire français. Les prisonnièr·es peuvent y être détenuEs jusqu’à 90 jours, à l’issue desquels iels sont soit déportéEs, soit incarcéréEs en maison d’arrêt, soit relâchéEs (tout en restant sous la menace constante d’une nouvelle arrestation).

En 2018, plus de 45 000 personnes ont été enfermées dans les 24 centres de rétention de France métropolitaine et outre mer. Cette année-là, 480 nouvelles places ont été créées, en aménageant les CRA existants, mais aussi en les agrandissant comme à Nîmes, Vincennes, Coquelles ou Lyon. En novembre 2019, le gouvernement a annoncé la construction de trois nouveaux CRA à Olivet, Bordeaux et Lyon, avec pour objectif d’augmenter toujours plus les capacités d’enfermement. Ce sont les premières constructions de CRA depuis près de dix ans. L’État s’emploie à criminaliser, enfermer, torturer et expulser toujours plus les personnes étrangèr.es. Et il ne lésine pas dans la guerre qu’il mène contre les personnes qui n’ont pas les “bons” papiers.

Le CRA actuel de Lyon se trouve à Colombier Saugnieu, juste à côté de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry. Il a été créé en 1995 dans un ancien hôtel Formule 1. Il a été agrandi en 2019, pour arriver à une capacité de 140 places. Il est “géré” par la Police aux Frontières et par Forum Réfugié, association à laquelle l’Etat sous-traite un prétendu “accompagnement juridique”, mais dont le rôle réel est de collaborer à la machine à enfermer et à expulser.

Le début des travaux de ce nouveau CRA de 140 places est annoncé pour mai 2020, et son ouverture pour 2022, mais à ce jour, rien n’a encore commencé. La construction est prévue à proximité immédiate du CRA actuel, sur un terrain de 15672 m2 appartenant à Vinci, comme toute la zone de l’aéroport. Le montant du marché s’élève à 22 855 millions d’euros.

Nombre d’entreprises privées collaborent avec l’État et travaillent à maintenir le système des CRA. Entre la réouverture des CRA de Hendaye et de Geispolsheim, l’extension de ceux de Nîmes et de Coquelles, et le lancement des nouvelles constructions, les appels à projets fleurissent sur les plateformes d’annonces de marchés publics, et les promoteurs immobiliers partent à la cueillette des contrats juteux. Une poignée d’entreprises se partagent le marché : Eiffage, Thémis – FM [filiale de Bouygues], Gepsa [filiale d’Engie], Sodexo, Spie Batignolles. À Lyon, la “réalisation” du nouveau CRA a été attribuée au groupe Eiffage, champion des constructeurs de taules, assisté par l’entreprise ICAMO, qui a déjà géré des chantiers pour la prison de Saint-Quentin Fallavier. Toute une clique d’autres boîtes se font aussi du fric dans l’affaire : RI2L pour l’architecture, Cogeci pour la structure, Artelia pour l’électricité, Gantha pour l’accoustique, Hogos pour le mobilier, Eiffage Energies Système pour l’exploitation maintenance, GSF pour “l’hôtellerie”, Eodd pour l’ingénierie.

Il y a bien des moyens de leur signifier notre opposition : soyons imaginatif.vEs !

À Olivet, près d’Orléans, l’ouverture est prévue pour 2023, et le coût total estimé à treize millions d’euros. Un collectif s’est monté, et une mobilisation a d’ores et déjà commencé. Le 4 avril, une manifestation devait avoir lieu à Orléans. Elle a été annulée à cause du confinement, mais la lutte continue.

À Lyon, une manifestation pour la régularisation des personnes sans-papieriséEs aura lieu le 20 juin à 15 heures, au départ de Bellecour. À l’issue de la manifestation, retrouvons-nous nombreux.sEs à 18 heures place Guichard pour nous mobiliser contre la construction de cette nouvelle prison.

À bas les CRA, à bas les frontières, soutien à tous·tes les prisonnièr·es !

Contre la construction d’un nouveau centre de rétention administrative à Lyon, mobilisons nous !

On fait tourner ici un article publié par les copaines de Crame ton CRA – Lyon au sujet de la construction d’un nouveau centre de rétention administrative à Lyon. C’est aussi un appel à se mobiliser !


Le centre de rétention adminisrative (CRA) actuel de Lyon se trouve à Colombier Saugnieu, juste à côté de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry. Il a été créé en 1995 dans un ancien hôtel Formule 1. Après un premier aggrandissement en 2019, il est prévu d’en ouvrir encore un autre en 2022…

Les centres de rétention administrative sont des prisons pour étrangèr·es. Bien qu’ils ne soient pas désignés comme tels officiellement, ce sont des lieux d’enfermement où les violences policières, les menaces et les humiliations sont quotidiennes. L’État y enferme les personnes qu’il considère comme en situation irrégulière sur le territoire français. Les prisonnièr·es peuvent y être détenu·es jusqu’à 90 jours, à l’issue desquels iels sont soit déporté·es soit incarcéré·es en maison d’arrêt, soit relâché·es (tout en restant sous la menace constante d’une nouvelle arrestation).

En 2018, plus de 45 000 personnes ont été enfermées dans les 24 centres de rétention de France métropolitaine et outre mer. Cette année-là, 480 nouvelles places ont été créées, en aménageant les CRA existants, mais aussi en les agrandissant comme à Nîmes, Vincennes, Coquelles ou Lyon. En novembre 2019, le gouvernement a annoncé la construction de trois nouveaux CRA à Olivet (proche d’Orléans), Bordeaux et Lyon, avec pour objectif d’augmenter toujours plus les capacités d’enfermement. Ce sont les premières constructions de CRA depuis près de dix ans. L’État s’emploie à enfermer, torturer et expulser toujours plus les étrangèr.es. Et il ne lésine pas dans la guerre qu’il mène contre les personnes qui n’ont pas les « bons » papiers.

Le CRA actuel de Lyon se trouve à Colombier Saugnieu, juste à côté de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry. Il a été créé en 1995 dans un ancien hôtel Formule 1. Il a été agrandi en 2019, pour arriver à une capacité de 140 places. Il est « géré » par la Police aux Frontières (PAF) et par Forum Réfugié, association à laquelle l’Etat sous-traite un prétendu « accompagnement juridique », mais dont le rôle réel est de collaborer à la machine à enfermer et à expulser. En 2018, 1 498 adultes et 2 enfants y ont été enfermés, dont 92% d’hommes et 8% de femmes, selon le rapport annuel des associations qui interviennent dans les centres de rétention.
 
Le début des travaux du nouveau CRA est annoncé pour mai 2020. L’ouverture est prévue pour 2022. Il devrait être construit à proximité immédiate du CRA actuel, sur un terrain appartenant à Vinci, comme toute la zone autour de l’aéroport. Le budget estimé est de 12,5 millions d’euros, sa surface de 3200 m2, et sa capacité de 140 places. 
 
Nombre d’entreprises privées collaborent avec l’État et travaillent à maintenir le système des CRA. Entre la réouverture des CRA de Hendaye et de Geispolsheim, l’extension des CRA de Nîmes et de Coquelles, et le lancement des nouvelles constructions, les appels à projets fleurissent sur les plateformes d’annonces de marchés publics, et les promoteurs immobiliers constructeurs de taules partent à la cueillette des contrats juteux. Une poignée d’entreprises se partagent le marché : Eiffage, Thémis – FM [filiale Bouygues], Gepsa [filiale d’Engie], Sodexo, Spie Batignolles. À Lyon, la “réalisation” du nouveau CRA a été attribuée à Eiffage, censée être assisté par l’entreprise ICAMO, qui sur son site internet place la construction d’un CRA dans la rubrique “Sureté”, et qui a déjà géré des chantiers pour la prison de Saint-Quentin Fallavier.
 
À Olivet, près d’Orléans, l’ouverture est prévue pour 2023, et le coût total estimé à treize millions d’euros. Un collectif s’est monté, et une mobilisation a d’ores et déjà commencé. Le 4 avril, une manifestation devait avoir lieu à Orléans. 
 
La pandémie de Covid-19 apporte de nouveaux éléments à la situation. Dans les centres de rétention, les conditions d’enfermement étaient déjà merdiques, elles se sont encore plus dégradées : aberration d’être enfermé·es – en temps normal – mais encore plus alors que les déportations ne peuvent plus avoir lieu (plus d’avions, frontières fermées); parloirs interdits accentuant l’isolement; impossibilité de respecter les « gestes-barrières » quand les cellules sont bondées; impossibilité de « se défendre » correctement face au système judiciaire répressif, audiences au tribunal se déroulant sans les prisonnièr·es; inquiétudes face aux incertitudes et tensions; flics de la PAF qui peuvent entrer/sortir et diffuser le virus…. La machine à expulser ne peut plus fonctionner le système CRA montre donc son vrai visage : celui d’enfermer/torturer les personnes qui n’ont pas les bons papiers, quand bien même l’Etat et la PAF ne peuvent plus les déporter. En clair, Il faut continuer à enfermer, tant pis pour elleux s’iels crèvent.

Dans de nombreux centres, des prisonnièr·es se sont mobilisé·es, parfois en entrant en grève de la faim, pour exiger leur libération immédiate; en faisant sortir leurs paroles à l’extérieur; en bloquant les cours et les promenades. Bien que des détenu·es aient été libéré·es au cas par cas, les arrestations ont continué et de nombreuses personnes ont continué d’être incarcérées.

Le confinement et les politiques répressives et sécuritaires qui l’accompagnent rendent très difficile toute forme de mobilisation collective. De nombreux chantiers sont à l’arrêt, mais d’autres continuent coûte que coûte, au mépris de la protection de le santé des travailleur·euses, et il y a de fortes chances que ce soit le cas pour la construction du nouveau CRA. Il nous faut donc informer au maximum sur la construction qui se prépare, commencer dès maintenant à nous organiser collectivement, et nous tenir prêt·es à nous mobiliser rapidement, dès que ce sera possible, pour que cette nouvelle prison ne voie par le jour.

À bas les cra, à bas les frontières, soutien à tous·tes les prisonnièr·es!

 


publié initialement sur Crame ton CRA – Lyon

Contre les lieux d’enfermement en France et ailleurs, attaquons Eiffage !

90 jours de rétention maximale, 481 nouvelles places en CRA dans les prochaines années en France hexagonale : l’État s’emploie à enfermer, torturer et expulser de plus en plus d’étranger.es. Et il ne lésine pas dans la guerre qu’il mène contre les personnes qui n’ont pas les bons papiers
 
Les CRA version eiffage et icamosource: icamo
 
Ainsi, entre la réouverture des CRA de Hendaye et de Geispolsheim,l’extension des CRA de Nîmes et de Coquelles, le lancement de la construction des CRA de l’Olivet, de Bordeaux et du second CRA de Lyon, les appels à projets fleurissent sur les plateformes d’annonces de marchés publics, et les promoteurs immobiliers constructeurs de taules partent à la cueillette. Les boîtes qui collaborent avec l’État dans l’industrie de l’expulsion lorgnent logiquement sur les dizaines de millions d’euros d’argent public qu’ils peuvent empocher !
 
Une poignée d’entreprises se partagent le marché (Thémis – FM [filiale Bouygues], Gepsa [filiale d’Engie], Sodexo, Spie Batignolles, Eiffage) ¹. Ciblons plus particulièrement Eiffage, groupe expert de la construction immobilière répressive et mortifère !
 
Eiffage gère 100 000 chantiers en France et à l’international ; parmi l’un d’eux, on compte la gestion de la “réalisation” du nouveau CRA de Lyon à Colombier-Saugnieu (69), dont les travaux vont s’étendre de mai 2020 à septembre 2021. Eiffage sera assisté par l’entreprise ICAMO, qui sur son site internet place la construction d’un CRA dans la rubrique “Sureté” ².
 
Eiffage, c’est des millions d’euros amassés sur le dos des sans-papiers qui subissent la violence de l’enfermement dans les CRA, tandis que l’entreprise redore son blason en prétendant avoir un discours écologiste ³ et être contre les discriminantions ⁴ et les besoins des populations. PDG dEiffage depuis 2016, Benoît de Ruffray ⁵ aurait perçu un salaire global de 1 515 416 € en 2016 quand son groupe présente un chiffre d’affaire pour l’année 2018 de 16.6 milliards d’euros. Faire trimer des ouvriers pour faire construire des taules, ça paie. L’entreprise reçoit de l’argent de l’État qui, lui, s’endette durablement (c’est le principe des fameux partenariats public-privés).
 
Les populations pauvres, racisées, sans papiers, construisent ces taules et risquent d’y être enfermées. 
 
De l’État aux entreprises, les acteurs de la machine à expulser participent à bâtir et entretenir ce monde d’exploitation et de domination qui a besoin de prisons et de frontières pour continuer d’exister.
 
Déclare ta flamme aux boîtes collabo !
Contre Eiffage, on s’organise !
À bas les CRA et les frontières !
 
 
 

L’Etat enferme, ses collabos s’engraissent… A bas l’enfermement et son marché !

Depuis deux ans l’Etat rénove des Centres de Rétention
Administrative (CRA = prisons pour étranger.es sans papier) pour créer des centaines de nouvelles places en rétention.

Aujourd’hui il s’apprête même à faire construire trois nouveaux centres ! Diverses entreprises se font de l’argent sur le dos des étranger.e.s en bâtissant et entretenant ces prisons labellisées “humaines” grâce à la caution fournie par des associations humanitaires.

Contre l’enfermement et son marché, ciblons les boîtes collabos !

restoring justice webpage


Construire plus de CRA pour enfermer plus

Depuis fin 2017 l’Etat a décidé d’augmenter ses moyens pour enfermer et expulser plus d’étranger.es dans le cadre d’un plan prévoyant la création de 481 nouvelles places en CRA d’ici 2020. En parallèle la nouvelle loi Asile et Immigration, entrée en vigueur en 2019, augmente la durée maximale de rétention de 45 à 90 jours : pour enfermer plus et plus longtemps, il fallait bien construire plus de CRA… Ainsi deux centres qui étaient fermés ont rouvert après rénovation en 2018 : l’un à Hendaye, près de la frontière avec l’Espagne (30 places), l’autre à Geispolsheim, près de Strasbourg (34 places).

En 2019, la cadence s’est accélérée ! A Tourcoing un nouveau local de rétention administrative (4 places) a ouvert ses portes en juin dernier. En août des travaux de rénovation ont été terminés dans le CRA de Nîmes pour faire passer sa capacité de 66 à 120 places. A Coquelles près de Calais, il est prévu de terminer des travaux d’extension du CRA d’ici la fin de l’année pour atteindre une capacité de 100 places au lieu de 79 actuellement. Mais ce n’est pas tout, désormais l’Etat compte mettre en service trois nouveaux CRA d’ici 2023, à Olivet près d’Orléans (90 places), Lyon (140 places) et Bordeaux (140 places venant remplacer les 20 places existantes
auparavant).

Le ministère de l’intérieur a déjà lancé des appels d’offres pour la construction des deux premiers. Au total c’est donc une augmentation de 35% du nombre de places en cage qu’annonce fièrement Castaner. Par ailleurs, sur les 40 millions de dépenses prévues en 2019 pour l’entretien des CRA, l’Etat dit en avoir consacré 2 millions à “l’amélioration du cadre de vie”, histoire de se donner une image de geôlier humaniste… Non seulement il n’existe pas de prison “humaine” mais en plus, on sait bien que l’Etat fait tout pour que les conditions de vie soient les pires possibles dans ces taules qui, à leur construction, ne devaient servir à enfermer “que” quelques semaines (et pas 3 mois). La bouffe dégueulasse, des matelas et cellules immondes, l’absence totale d’activité (1) : tout ça fait partie intégrante du dispositif carcéral de l’Etat qui vise ici à punir et faire souffrir les étrangèr.e.s qui n’ont pas le bon bout de papier.


Un business profitable : l’enfermement sert le capital

Enfermer les étrangèr.es en CRA, c’est d’abord pour l’Etat un moyen
d’éloigner et de punir celles et ceux qu’il considère comme indésirables, ici les non-blanc.hes et les pauvres. Mais c’est aussi un marché juteux pour de nombreuses entreprises et associations qui collaborent à ces politiques racistes pour se faire de la thune sur le dos des enfermé.es. Pour la construction du nouveau CRA d’Olivet, près d’Orléans, c’est près de 9,5 millions d’euros qu’empocheront les entreprises choisies par l’Etat pour la réalisation des travaux – dont les architectes participant au concours de qui construira la plus belle taule (2). Ce business concerne la construction des centres mais également leur conception et leur maintenance. D’ailleurs, concernant le nouveau CRA de Lyon, qui sera construit au niveau de l’aéroport Saint-Exupéry, toutes ces prestations seront réunies dans un même contrat pour une enveloppe totale estimée à 18,7 millions d’euros (3).

A l’échelle de tout le pays, ce sont plusieurs dizaines de boîtes
collabos qui profitent de ces marchés :

  • VITTE, NOVELEC, ART MANIAC, SPIES FACILITIES, BD Ingéniérie, Atalian, GTM multiservices (filiale de Vinci) ou encore GFC Construction (filiale de Bouyges) pour la construction ;
  • Pierre louis carlier (Coquelles), IAM architectes (Mayotte), CCD
    Architecture (Marseille), APC Architectes (Toulouse) pour la conception ;
  • Engie Cofely pour la fourniture d’énergie ;
  • CENTURIONS pour la sécurité privée ;
  • MTO, Elior ou Onet pour le nettoyage

Certaines boîtes font même des CRA et autres taules leur source
principale de profit, à l’image de GEPSA, filiale d’Engie, qui se
revendique “expert du Facility Management en sites sensibles”. D’autres, comme Elior, se spécialisent dans le racisme rentable à toutes les étapes de la chaine de production, notamment en exploitant des sans papiers pour aller faire le ménage… dans les CRA !

Les centres de rétention, comme toutes les prisons, sont les produits
d’une véritable industrie carcérale qui veille à toujours grossir et se diversifier : la “crise migratoire” a ainsi fourni un nouveau marché
prometteur à ce capitalisme de taules. Sans surprise, ce dernier n’a pas de frontières : par exemple, la BNP Paribas finance le groupe GEO, numéro un des prisons pour migrant.e.s aux Etats-Unis (4), Sodexo vend des services de restauration dans des CRA en France mais aussi d’autres services dans des prisons d’Espagne, des Pays-Bas, de Belgique et du Chili. Enfin, en bout de chaine, les expulsions des personnes retenu.e.s n’auraient pas lieu sans la collaboration de la quasi totalité des compagnies aériennes, d’AirFrance à Qatar Airways ou Royal Air Maroc, avec toujours de belles sommes à la clé (à titre d’exemple, en 2014 TwinJet signait un contrat avec le ministère de l’Intérieur pour 1,5 millions d’euros par an pendant 4 ans (5)).

Migrant Prison: noise demo blocks site visit, and an update on implicated companies and the ongoing bidding period (MTL Counter-info)


Les associations humanitaires, rouages de la machine

En dehors de ces entreprises, le fonctionnement des centres de rétention repose également sur des associations qui participent à leur gestion tout en servant de caution humanitaire. Le groupe SOS, Forum réfugiés, France terre d’asile, La Cimade, l’Ordre de Malte et Solidarité Mayotte sont rémunérées par le ministère de l’intérieur pour effectuer des prestations d'”aides juridiques et sociales” dans les CRA. Bien souvent, ces associations aident, d’un côté, à pacifier les rapports entre retenu.es et flics et, de l’autre, à faire taire les mouvements de révolte à l’intérieur.

Parmi les exemples récents on peut citer la Cimade au Mesnil-Amelot qui, en novembre, refuse de faire sortir le communiqué écrit par les retenu.es en grève de la faim (6), ou l’ASSFAM à Vincennes qui déclare à un retenu que s’il est déporté si vite, c’est à cause du témoignage qu’il a fait publier sur internet dans lequel il dénonce la mort de son co-retenu (7). En plus, dans bien des cas, ces associations mettent des bâtons dans les roues des retenu.e.s plutôt que les aider, comme à Plaisir en septembre dernier lorsque France Terre d’Asile a refusé de délivrer les documents prouvant que les flics avaient interdit des parloirs, alors même que ces attestations auraient pu permettre la libération des retenu.es.

D’autre part les flics des CRA sont bien épaulés par des médecins et des infirmièr.e.s qui distribuent anxiolytiques et antidépresseurs à gogo, notamment pour shooter les retenu.e.s avant leur vol et avant leurs audiences devant le juge des libertés et de la détention (JLD). D’ailleurs les retenu.es le disent : à Vincennes en mars dernier, certains revendiquaient, en même temps que la grève de la faim, la grève de l’ASSFAM et de l’infirmerie, clairement identifiés comme des complices du système d’enfermement (8).

En acceptant de travailler dans les CRA, les associations et médecins légitiment et rendent acceptable ce qui s’y passe : puisque “l’exercice effectif des droits des retenu.es” est respecté, l’enfermement et l’expulsion n’est plus un problème. L’Etat peut ainsi se targuer d’enfermer et expulser “humainement”…

De l’Etat aux entreprises, les acteurs de la machine à expulser
participent à bâtir ce monde d’exploitation et de domination qui a besoin de prisons et de frontières pour continuer d’exister. En même temps qu’elles construisent ou assurent la maintenance des CRA, ce sont les mêmes entreprises, toujours en étroite collaboration avec l’Etat, qui dévastent des régions entières pour y creuser des mines (Vinci, Bouygues), empoisonnent nos vies en fabriquant des réacteurs nucléaires (Engie), exploitent des pauvres en agents de “sécurité” pour fliquer tou.te.s les autres en permanence (Onet, Atalian), installent des caméras à tous les coins de rue pour mieux nous surveiller (SPIE) etc…

Elles sont partout autour de nous, souvent dans des espaces accessibles, où il est possible de leur rappeler qu’on ne les aime pas !

 

(1) Voir à ce propos l’ensemble des témoignages de prisonnier.es publiés
sur abaslescra.noblogs.org, par exemple :
https://abaslescra.noblogs.org/des-lettres-de-prisonniers-enfermes-au-cra-de-vincennes-en-idf/
(2) Cet été des boites d’architectes ont répondu à l’appel d’offres pour
la conception du centre.
(3) L’appel d’offres lancé par le ministère de l’intérieur en février
2019 comprend, dans un seul lot, la construction, l’aménagement,
l’exploitation, la maintenance et l’hotellerie du nouveau CRA, faisant
de ce dernier une taule en gestion déléguée.
(4)
https://www.mediapart.fr/journal/international/220719/bnp-paribas-financera-jusqu-en-2024-un-groupe-americain-specialise-dans-la-detention-des-migrants?utm_content=buffere1ed9&utm_medium=social&utm_source=Facebook_Page&utm_campaign=CM)
(5)
http://www.regards.fr/societe/article/le-juteux-business-des-expulsions
(6)
https://abaslescra.noblogs.org/la-greve-de-la-faim-a-mesnil-amelot-continue-communique-du-troisieme-jour-de-lutte/
(7) le 8 novembre 2019, Mohammed, retenu à Vincennes, est mort des
suites d’une overdose de médicaments, donnés par l’infirmerie. Voir le
témoignage de son co-retenu :
https://abaslescra.noblogs.org/au-cra-linfirmerie-cest-une-boucherie-un-autre-mort-a-vincennes-ni-oubli-ni-pardon/
(8)
https://abaslescra.noblogs.org/communique-du-cra-1-de-vincennes-en-greve/