Lille (Nord) : Action contre ANAA Architectes : détruisons les C.R.A. !

Nous relayons un texte paru sur https://sansnom.noblogs.org/archives/9876
Bon Noël !

[reçu par mail, 22 décembre]

Dans la nuit du 21 décembre, on s’est rendu aux locaux d’ANAA Architectes, situés au 14 rue du quai à Lille. On a scellé leur porte d’entrée avec de la mousse expansive et laissé un petit message sur leur vitrine : « L’État assassine dans les CRA / ANAA complice ».

L’entreprise ANAA Architectes est chargée de réaliser les plans de l’agrandissement du Centre de Rétention Administrative de Lesquin. C’est déjà cette entreprise qui avait réalisé les plans lors de la création du centre (en 2006).

L’État souhaite construire 30 nouvelles places à Lesquin pour enfermer toujours plus de personnes, portant la capacité totale du CRA à 116 places, avec la collaboration de ces architectes. Dans la région, l’État veut aussi agrandir le CRA de Coquelles. Pour cela, il fait appel au cabinet Pierre Louis Carlier (18 rue Jean Moulin, Lille).

Ces architectes font le choix de participer à la répression et l’enfermement des personnes exilé-e-s. Ils sont complices d’un système qui tue et torture.

Tant qu’ils construiront des CRA, on les attaquera.

Force aux personnes enfermé-e-s qui se révoltent ces derniers jours dans les CRA du Mesnil-Amelot, de Oissel, de Vincennes…et force à tou-te-s les autres !

 

L’État agrandit le C.R.A de Lesquin pour toujours plus d’enfermé.es !

Voici un communiqué venu du nord au sujet du CRA de Lesquin à Lille:

L’État agrandit le C.R.A (Centre de rétention) de Lesquin pour toujours plus d’enfermé.es !

Macron et son gouvernement, depuis leur accession au pouvoir, se placent dans la continuité de leur prédécesseurs, à savoir
s’inscrire dans une vision répressive de l’immigration. Depuis trois ans, la politique du ministère de l’intérieur est de renforcer le contrôle et l’enfermement des personnes étrangères avec, notamment, la loi asile et immigration de 2019. Cette loi, rappelons-le, permet notamment d’enfermer une personne pour une durée maximale de 90 jours contre 45 auparavant. Dans le même temps, l’État entreprend des travaux afin d’augmenter sa capacité à mettre des personnes derrière les barreaux. Rien que pour l’année 2020, 481 nouvelles places seront disponibles. Selon les endroits il peut s’agir de ré-ouvertures de centre (Hendaye, Geispolsheim), de travaux d’extension ou de construction de nouveaux centres comme à Lyon, Olivet et Bordeaux, dont les ouvertures sont prévues pour fin 2023. Les deux centres de la région (Coquelles et Lesquin) sont également concernés.

Continuer la lecture de « L’État agrandit le C.R.A de Lesquin pour toujours plus d’enfermé.es ! »

« France Terre d’Asile n’est qu’une association de paille » : les prisonniers demandent le départ de FTDA du CRA de Oissel !

modèle de newsletter - France terre d'asile

Le collectif des prisonniers du CRA de Oissel est toujours en lutte, et continue à demander le départ de France Terre d’Asile avec un nouveau communiqué (après celui de la semaine dernière, ici), et en témoignant à la radio ce qu’ils pensent de FTDA.

La situation à Oissel reste dure : si la grève de la faim du 22 janvier a fait gagner aux prisonniers la possibilité d’avoir un repas végétarien, le chauffage est encore cassé. Surtout, les intimidations de la part des flics n’ont pas arreté, les tabassages non plus. Jeudi dernier un prisonnier a été tapé dans la cellule d’isolement, à coté de la pièce où France Terre d’Asile a son bureau. Les prisonniers entendaient leur copain qui criait, mais apparemment l’ouïe des salarié.e.s de FTDA fonctionne moins bien… Après l’isolement, le prisonnier a été déporté.

Des personnes solidaires avec les prisonniers ont continué à appeler FTDA de l’extérieur pour dénoncer leur inaction et la complicité totale avec la police et la préfecture (voici son numéro : 02.35.68.75.67). Les dirigéants de FTDA n’ont pas apprécié qu’on leur dise ce qu’ils sont vraiment, c’est-à-dire des collabos. Au point que Pierre Henry, directeur générale de FTDA (et candidat pour le 10ème arrondissement de Paris), avec son typique paternalisme dégueulasse, déclare que les prisonniers seraient « manipulés » par « des militants de l’ultra-gauche qui se battent contre l’existence des CRA« . Comme si les personnes sans-papiers avaient jamais eu besoin d’attendre quelqu’un pour se révolter contre la machine à expulser…

Le collectif des prisonniers de Oissel a décidé de répondre avec un communiqué :

Bonjour,
Nous répondons aux déclarations de président de France Terre d’asile, qui prétend que le collectif des personnes retenues est manipulé par l’ultra gauche. Il y a un décalage entre le déclaratif et la réalité. Cela nous a amené à dire que ce ne sont que des propos malheureux. C’est vrai que notre collectif ne peut pas plaire à tout le monde. Le président de France Terre d’asile ferait mieux de balayer devant sa porte.

Que plaise ou non, nous réclamons haut et fort le départ des 3 réprésentants de France Terre d’Asile au CRA de Oissel, car ils ne sont pas à la hauteur de leur mission. On se pose des questions en permanence sur France Terre d’Asile. Mais nous ne rentrons pas dans aucune polémique, on s’intérroge sur cette association avec un esprit critique, car au fond France Terre d’Asile n’est qu’une association de paille. Affaire à suivre »

Et encore, pendant l’émission radio de l’Envolée de vendredi dernier, un prisonnier a raconté ce que « France Terre de cauchemar » fait et fait pas dans le CRA de Oissel.