Témoignage de X, prisonnier au CRA de Lyon

Lecture et republication du site crametoncralyon.noblogs.org

« voilà comment on traite les gens. on est isolés. c’est vrai qu’il y a des caméras mais dans les chambres il y en a pas. dans les chambres il y a que des agressions »

Je raconte en détail depuis le début. Ils m’ont emmené à l’isolement à cause du monsieur qu’ils disent qu’il a le corona, il est positif. ce monsieur il est venu de prison. il a passé une semaine avec moi dans le centre, avec tout le monde. et là du coup ce monsieur il a une grippe ou quoi. après il est parti faire le test. ils disent qu’il faut mettre ce monsieur à l’isolement. ils font exprès de me mettre avec lui pour me mettre aussi à l’isolement.

ils m’ont emmené à l’isolement hier, j’ai demandé le matin des cigarettes comme tout le monde. j’ai donné 20 euros au guichet pour qu’ils m’achètent un paquet. ça coûte 10,40 euros, j’ai pas de monnaie j’ai donné 20 euros. du coup après quand ils m’ont emmené à l’isolement j’ai parlé à la personne, « j’ai besoin de cigarettes ». normalement à 11 heures ils emmènent les cigarettes. j’ai appelé à 11 heures, midi, midi trente… il vient pas. Le gars il fait exprès pour que je fume pas. moi je suis en colère, je dis « comment, ils m’emmènent quelqu’un qui a le virus corona, il habite avec moi, après ils m’emmènent à l’isolement, il n’y a aucune protection dans cette chambre… ». Voilà. Et quand ils m’ont emmené les cigarettes, j’ai vu la monnaie, il m’a rendu que 5 euros. 5 euros et un paquet. J’ai dit « comment ça se fait, normalement c’est 10,40 euros ». Là il m’a dit « Ferme ta gueule », je sais pas quoi. Il m’a parlé méchamment. J’ai dit « on s’en fout », j’ai fumé une cigarette. Et là ils sont partis.

Après j’ai appelé pour mes vêtements. ils sont venus avec tout, les masques, les protections. ils sont entrés dans ma chambre, ils m’ont fait tomber par terre. ils ont cassé la puce de mon téléphone. moi j’ai rien compris. Pourquoi ils ont fait ça ? j’ai rien compris. après quand j’ai pensé dans ma tête je me suis dis c’est à cause de la préfecture. j’ai la pression sur moi pour que je fasse un test. parce que ce jour-là quand on m’a demandé de faire un test j’ai refusé (1). et voilà. et quand ils sont partis j’ai cassé la poignée de la porte et j’ai bloqué la porte à l’intérieur et j’ai dormi. j’ai dit je vais faire la grève de la faim, on s’en fout, l’essentiel c’est que ça se passe pas encore. et ils sont revenus, à 10 personnes, comme si ils avaient trouvé un terroriste ou quoi. ils sont entrés dans ma chambre, par terre, avec les bottes, ils me frappent… c’est pas la peine. J’ai demandé le médecin, ils veulent pas. le médecin il est venu me voir parce que comme j’ai un accident, une fracture au niveau du cou, ils m’ont bandé sur un tabouret fixe (?). c’est la même chose, la fracture elle est comme avant. j’ai demandé le médecin, il n’y a pas. j’ai demandé les secours, il n’y a rien. j’ai appelé la police, ils ont dit « tu peux pas te déplacer, tu es au centre de rétention ». j’ai appelé les pompiers et là… je sens qu’ils m’écoutent.

après ils m’ont emmené au mitard. parce que j’ai cassé cette poignée, ils m’ont foutu au mitard. j’ai passé la nuit, ils voulaient me mettre des ceintures sur le lit mais comme le garde du soir il me connaît car ça fait 75 jours que je suis là et j’ai aucun problème, je suis quelqu’un de correct, il leur a dit de me laisser libre. franchement je suis dégoûté. j’ai tapé ma tête sur la vitre incassable. je l’ai cassée. ils ont fait des photos comme quoi je suis un voyou. c’est toujours moi la victime et c’est toujours moi le voyou. demain normalement j’ai le tribunal. ils m’ont dit non tu vas pas voir le tribunal, dans trois ou quatre jours tu vas voir directement le procureur il t’envoie directement au tribunal. normalement moi demain matin c’est fini, 75 jours. comme je vais dépasser les 75 jours, après je vais voir le tribunal. c’est un peu bizarre, j’ai rien compris franchement. soit ils appliquent la loi correctement, soit ils l’appliquent pas… mais eux ils sont pas en train d’appliquer la loi.

comme il y a du terrorisme dehors, surtout à cause du Tunisien qui a fait l’attentat à Nice, un terroriste ou je sais pas c’est qui même, moi je paie la facture, parce que je suis Tunisien. Mais moi je dis non, je dis que j’ai rien fait, en France je vis tranquille. Au contraire, je suis professionnel de construction de bâtiment. et là aujourd’hui je paie la facture d’un fou, d’un terroriste. […] ils lâchent les terroristes et ils m’attrapent moi parce que j’ai la nationalité tunisienne.

moi tout ce qui m’inquiète c’est mon fils. quand je réfléchis, j’ai quitté mon fils, j’arrive pas à trouver une solution. je suis depuis dix ans ans en France, j’ai jamais fait de garde à vue. aujourd’hui ça fait 75 jours de prison, pire que la prison, parce que j’ai pas de carte de séjour. c’est pas ma faute si j’ai pas de carte de séjour. c’est la préfecture qui me donne pas de carte de séjour. c’est pas ma faute si je suis pas marié avec une Française pour avoir une carte de séjour, je suis marié avec une Italienne, c’est le destin. et là je peux rien changer. moi j’ai pas pensé aux papiers. J’ai pas cherché les moyens pour faire un mariage blanc et avoir des papiers, je cherche une femme pour avoir une famille.

voilà comment on traite les gens. on est isolés. c’est vrai qu’il y a des caméras mais dans les chambres il y en a pas. dans les chambres il y a que des agressions, ils parlent méchamment. Bon c’est pas tous, franchement. y’a des policiers qui comprennent. mais y’a des policiers qui travaillent avec la préfecture. Comme m’a dit un civil, « le préfet il gagne 30 000 euros, tu peux rien lui faire. Il peut t’envoyer même sans test en Tunisie ». Je me suis dit bah voilà, c’est pas la fin du monde. si je rentre, je rentre. je prends la mer et je reviens au moins en Italie, je vais voir ma femme et mon fils. j’ai pas le choix. j’ai travaillé 10 ans en France, je mérite pas ça moi. si j’ai un casier judiciaire sale ou si je suis un voyou ou quoi que ce soit, oui. mais là, j’ai des fiches de payes, je cotise chaque mois, j’ai eu aucune aide depuis que je suis venu sur le territoire français. ils m’ont pas payé la formation. et là aujourd’hui je suis professionnel.

moi je sais bien que la loi française est pas comme ça. j’ai un enfant, je connais bien la loi, c’est pour ça que j’attends, je vais me présenter devant un juge, je vais parler avec lui. si il me comprend il va me libérer, si il applique la loi … je sais pas d’après quelle loi c’est, je suis contre cette loi. comment un père de famille peut être emmené en prison parce qu’il rentre pas chez lui. si ils veulent m’expulser, j’ai l’Italie, j’ai mes papiers en Italie. pourquoi ils m’emmènent pas en Italie ? Normalement je devrais aller avec ma femme en Italie, pas en Tunisie. Parce qu’ils sont en colère contre les terroristes tunisiens ou je sais pas quoi… Mais c’est pas ma faute, le terrorisme. c’est partout le terrorisme ! même en Tunisie on a des terroristes.

dans ma chambre il y a un gars ils disent qu’il est positif et il est toujours avec moi. ça veut dire quoi ? ils veulent m’emmener le virus ? j’ai rien compris franchement. on est deux personnes victimes d’une autre personne qui a fait le test, elle est positive et elle est toujours avec nous. il y a des personnes positives qui sont à l’isolement de l’autre côté. et il y a une personne positive qu’ils ont emmenée avec nous. ça se voit, le mec il tousse, il a le corona, c’est vrai. il a la gorge, la respiration, ça va pas… j’ai parlé avec le médecin il m’a dit bon on n’est pas sûr, on attend 7 jours après on va voir si il l’a ou il l’a pas. mais c’est quoi ça ? moi je prends le risque d’être là avec quelqu’un peut-être il l’a, peut-être il l’a pas. et après moi je vais être victime de qui ? de lui ! victime de la loi française ! c’est pas la loi française, c’est la loi administrative de la préfecture. Ils m’ont dit « le préfet il est responsable ». comment il a le pouvoir ce préfet qu’il m’emmène le corona, il détruit ma vie ? Mon travail ils m’appellent ils m’envoient des messages chaque jour, « viens travailler ». moi pendant le confinement quand toute la France ils étaient chez eux moi je travaillais sur le chantier. et maintenant ils m’emmènent ici.

c’est pas la peine, je raconte ma vie… de toute façon moi je vois que c’est le destin. même ma femme elle a dit, « tu demandes, on va y aller en Italie. Y’a pas beaucoup de travail mais ça va aller. » Mon fils chaque jour il m’appelle, « papa tu viens quand ? ». ça me fait mal. y’a une loi qui protège les enfants aussi en France, mais ils l’appliquent pas. […]

moi de quoi j’ai besoin? De ma femme, de mon fils, de ma vie tranquille. Soit riche, soit pauvre, on s’en fout, l’essentiel c’est qu’il y a une loi qui me protège moi, ma femme et mon fils.

(1) il souhaite refuser le test car légalement c’est une condition préalable à l’expulsion. Refuser le test est un moyen d’éviter l’expulsion. Mais le refus de test est considéré comme un refus d’embarquer, et donc passible de prison ferme.

“Tu chantes pas, tu manges pas !” // témoignage des prisonnières du CRA du Mesnil-Amelot

Au CRA du Mesnil-Amelot les prisonnières font face au harcèlement policier et à des conditions sanitaires insalubres. Alors qu’une prisonnière est tombée malade suite à une infection (dû au rationnement de serviettes hygiéniques), les prisonnières ont du lutter pour faire intervenir les pompiers. Elles dénoncent les multiples insultes et harcèlements – traitées notamment de « putes » par les flics- et aussi l’humiliation lorsque ils les forcent à chanter « joyeux anniversaire » au chef du centre sous peine de ne pas manger. Elle dénoncent aussi la nourriture périmée qui leur est donnée, qui s’ajoute au froid dans lequel elles vivent. Voici une retranscription de l’émission de l’Envolée du 9 octobre dans lequel une prisonnière raconte tout ça.

 

Bonjour madame

Bonjour, déjà merci de ton appel, est ce que tu vas bien ?

Oui ça va un peu malgré le stress et tout .

Tu voulais nous parler de choses précises aujourd’hui ?

Ouais ouais ce que je vis depuis 2 jours là, ça a commencé avant hier et ça m’a un peu bouleversée, ça ma’a rendue triste et donc c’est pourquoi je voulais le partager avec certaines personnes aussi.

N’hésite pas vas y on t’écoute.

En fait ici sur le CRA des filles, parce que nous sommes aussi avec des filles qui parlent pas français – il y a les albanaises et tout- nous vivons avec elles. Alors il y a de cela 2 jours, il y a une albanaise qui est venue me voir, comme elle parle pas français, elle, elle parle anglais… bah bien que je parle pas trop français je me débrouille quand même. Elle est venue me dire qu’elle avait ses règles et elle voulait avoir des bandes hygiéniques. Elle me dit si je peux l’accompagner à la police pour aller demander des bandes hygiéniques. Là je l’ai accompagnée, arrivées là bas on a trouvé une dame, je lui ai dit voilà, la demoiselle elle a ses règles elle voulait avoir les bandes hygiéniques et la police lui a remis juste 2 bandes. Elle a négocié elle a dit avec 2 bandes qu’est-ce que je vais faire avec ? Et la police l’a grondé. La fille elle a eu peur, on est rentrées. Après dans la journée elle a utilisé les 2 serviettes, ça n’a pas suffit. Donc elle est venue me voir elle a demandé si j’en avais aussi. Moi non plus j’en avais pas. Du coup elle a pris son habit, elle a pris sa blouse, elle l’a déchiré, elle a utilisé ça comme serviette. Sans se rendre compte qu’il y avait des problème avec ça. Et comme la femme, elle est trop fragile elle a attrapé des infections. Elle a commencé à avoir trop mal au niveau du bas ventre et au niveau de la hanche. Elle pleurait tellement fort, elle est venue me dire « je me sens pas bien, j’ai trop trop trop mal », du coup elle est tombée par terre elle a commencé a crier très fort et comme dans notre bâtiment, il y a un bouton là quand vous appuyez directement ça sonne chez la police. Moi j’ai sonné et on a essayé d’appeler la police. La police nous a répondu « nous ne sommes pas là pour vos conneries, donc démerdez vous là bas ». C’est la réponse qu’ils nous ont donnés. Et du coup la fille elle a commencé à pleurer. Au départ on croyait que non ça va passer, c’est juste une douleur, comme on avait pas aussi les antidouleurs rien du tout. Elle pleurait, elle pleurait et plus le temps avançait, la fille elle devenait pale et elle avait une forte fièvre je voyais aussi ses yeux commencer déjà à changer et tout le monde était paniqué. On savait plus quoi faire. Elle pleurai tellement, elle était par terre, elle a commencé à faire… comment appeler ça…

Continue reading ““Tu chantes pas, tu manges pas !” // témoignage des prisonnières du CRA du Mesnil-Amelot”

LES PRISONNIERS-RES ENFERME-E-S EN CRA APPELLENT A LA SOLIDARITE !

Tract écrit et diffusé au rassemblement pour les 24 ans de l’expulsions de l’Eglise St Bernard le 22/08/2020

Depuis début août, un nouveau mouvement de lutte est parti dans plusieurs centres de rétention administrative (CRA). À Vincennes, Mesnil-Amelot, Nimes, Marseille, Toulouse, Lyon, Rennes les sans-papiers enfermé.e.s se sont organisé.e.s collectivement et ont lancé des grèves de la faim. Des blocages de la promenade et des départs de feu ont eu lieu aussi. Les raisons de ces mobilisations sont partout les mêmes : les conditions de rétention pourries, et la volonté de l’État d’enfermer les sans-papiers alors même que les expulsions sont en grande partie impossibles, sauf vers d’autres pays européens comme la Roumanie, la Géorgie et l’Albanie, où les vols n’ont jamais arrêtés.
Les luttes en cours sont aussi des réponses à la diffusion du coronavirus à l’intérieur
des CRA. Chaque jour des nouveaux cas sont détectés, mais les mesures sanitaires
mises en place sont inexistantes, la distanciation est impossible, et le virus continue à se propager. Ce n’est pas de la simple négligence. Nous l’avons déjà vu il y a quatre mois, pendant le confinement et l’état d’urgence, quand la situation à l’intérieur était exactement la même : les flics, les administrations des CRA, les juges et les préfectures ont rien à foutre de la vie des prisonniers-ères. Au contraire, ils jouent à les mettre en danger, à leur pourrir encore plus l’existence.
Presque partout, les parloirs sont interdits, et les prisonniers-ères se retrouvent
encore plus isolé.e.s, sans pouvoir voir les proches ni faire rentrer de la bouffe moins dégueulasse de celle qu’ils et elles mangent tous les jours. Les retenu.e.s malades, au lieu d’être hospitalisé.e.s ou libéré.e.s, sont mis.e.s en isolement. Des prisonniers testés positifs ont été transférés dans d’autres CRA, histoire de faire circuler un peu plus le virus. D’autres qui refusaient de faire l’énième test ont été déplacés dans les mêmes cellules où il y avait des gens malades. Pour l’instant, les juges et les préfs ont décidé de ne pas faire sortir personne de ces taules : qu’iels crèvent !
Malgré toute cette merde, les prisonnier-e-s continuent de résister, de raconter dans
des communiqués ce qui se passe, de lancer des actions et des revendications. Mais
les retenu.e.s répètent que pour les soutenir, il faut s’organiser dans la rue. À
l’extérieur, ça bouge aussi. Les mobilisations des sans-papiers pour la régularisation de tout le monde prennent de l’ampleur, celles contre les gérants des foyers s’intensifient, et le mot d’ordre de la fermeture des CRA est très présent. À l’extérieur des CRA comme à l’intérieur, les ennemis de celles et ceux qui luttent sont les mêmes. L’État et les préfectures, avec leurs flics racistes qui enferment et humilient. Mais aussi les patrons et leurs boites qui font de la thune sur la peau des immigré.e.s, en les exploitant dans les chantiers ou en chopant des gros financements pour gérer la vie des gens dans les foyers et dans les centres.
Organisons ensemble la solidarité depuis l’extérieur ! Covid ou pas,
fermeture des CRA !
Plus d’info sur abaslescra.noblogs.org
Nous contacter par mail : anticra@riseup.net /
Sur le téléphone de l’assemblée : 06.05.94.92.87

Tract_22_08_2020

« Ils ont trouvé deux personnes contaminées hier » : des nouvelles du CRA de Lille

Dans le CRA de Lille la situation est explosive. Après le premier cas de Coronavirus trouvé la semaine dernière, après l’interdiction des parloirs ( ICI audio ) et après cinq jours de grève de la faim et de lutte ( ICI article ), une partie des prisonniers (moitié environ) a été testée ce mardi. Résultat : au moins deux nouveaux cas de prisonniers malades.
Malgré ça, aucune nouvelle mesure sanitaire a été prise. Apparemment l’Ordre de Malte, l’asso qui intervient dans le centre, va déposer une demande de mise en liberté, faudra voir si ça marche.

Un prisonnier rapidement la situation à l’intérieur, voici son témoignage :

 
« Ils ont trouvé deux personnes contaminées hier, mais beaucoup ont pas fait le test. Ça veut dire que quelqu’un dans ta chambre peut être malade et tu sais pas, peut être s’ils vont tester tout le monde ils vont trouver d’autres. Ils ont fait le test du nez, du coup certains ont refusé parce qu’ils disent que ça marche pas. Moi je l’ai fait quand même, il faut pas rigoler avec cette maladie.
Dans le centre ça sent mauvais, personne fait le ménage pour peur du virus, ça pue dans les cellules. C’est grave, on a peur pour la santé. »

Les prisonniers sont vénèrs et demandent de faire circuler au maximum les infos

à l’extérieur, la solidarité s’organise : ce samedi (27 juin), le Comité sans papiers de Lille (https://www.facebook.com/CSP59/ ) appelle à une manif en solidarité :
IL FAUT LIBÉRER TOUS LES SANS PAPIERS – SAMEDI 27 JUIN A 14H, MARCHONS DE PORTE DE DOUAI A CRA DE LESQUIN

Virus ou pas, abolition des CRA !

 

Appel à une assemblée publique contre les CRA – Les prisons pour sans-papiers doivent être fermées, partout et pour toujours ! – Dimanche 17 mai à 14h, place de la Réunion 20e

Les prisons pour sans-papiers doivent être fermés, partout et pour toujours !

 

Appel à une assemblée publique contre les CRA (centres de rétention administrative)

D
imanche 17 mai à 14h, place de la Réunion (métro A.Dumas/Maraichers)

CRA ET CONFINEMENT 
 
Pendant le confinement, une partie des CRA n’a pas fermé et a continué à enfermer les personnes qui n’ont pas les “bons papiers”. Face au virus, rien n’a été fait : aucune protection pour les prisonniers-ères, propagation de la maladie (notamment via les keufs qui ne portaient pas toujours de masques), absence de soins et, parfois, mise à l’isolement pure et simple des personnes malades. En plus de ça, l’isolement des personnes enfermées a été renforcé par l’absence de parloirs et les galères pour acheter du tabac ou une carte de téléphone.
 

Continue reading “Appel à une assemblée publique contre les CRA – Les prisons pour sans-papiers doivent être fermées, partout et pour toujours ! – Dimanche 17 mai à 14h, place de la Réunion 20e”

CONTRE LE RACISME, LES PRISONS ET LES FRONTIERES : MOBILISONS-NOUS !

Publié par les copaines de Crame ton CRA – Lyon, on fait tourner un appel à se mobiliser contre les CRA ainsi qu’un texte pour la fermeture totale des CRA :

CONTRE LE RACISME, LES PRISONS ET LES FRONTIERES : MOBILISONS-NOUS ! Covid ou pas, la répression est toujours là et il est important d'y répondre !

Appel à préparer des banderoles et des slogans pour le mardi 5 mai, à les prendre en photos et à les poster sur l'évènement, à les envoyer par message à la page Crame ton CRA - Lyon St Ex, ou bien à les envoyer à l'adresse mail lyonanticra@riseup.net.

Si vous avez des idées de slogans/banderoles, n'hésitez-pas à les proposer sur l'évènement pour que l'appel soit le plus inclusif possible! voici quelques idées :

"ouvrir les frontières, fermer les prisons"
"mur par mur, pierre par pierre, nous détruirons toutes les frontières"
"ni patron, ni macron, ni maton"
"virus ou pas, à bas les CRA"
"Vérité et justice pour Adil, Mohamed, Boris"
"La police assassine, justice pour les victimes"
"Pas de justice, pas de paix"
"A bas le racisme et l'islamophobie"

Virus ou pas, à bas le racisme, les frontières et soutien à toustes les prisonnierEs !

https://www.facebook.com/events/1462275560638383/
 

Il y a un mois dans le contexte de l’épidémie de Covid-19 qui déferlait en Europe, certains articles de presse ont rapidement évoqué la situation dans les lieux de privation de liberté : CRA, maisons d’arrêt, maisons centrales. Dans cet espace médiatique, quatre des associations qui gèrent les prisons pour étrangèrEs (CRA) et qui participent à la politique migratoire raciste et répressive et de l’État lançaient soudainement un appel à leur fermeture temporaire.
 

Elle n’est évidemment que temporaire. L’intervention dans les centre de rétention représente l’obtention de marchés publics s’élevant à plusieurs milliers d’euros. Pour ces associations la présence dans les CRA signifie des financements conséquents. L’objectif de cette fermeture temporaire est de préserver leurs salarieEs qui répriment et trient les migrantEs. Ce n’est clairement pas par souci des prisonnierEs qu’iels ont elleux-mêmes enfermé.

Le danger pour les PrisonnierEs est inhérent à l’enfermement.
Ce n’est pas le virus qui doit justifier la fermeture des centres de rétention mais bien l’existence même d’un système qui enferme, torture et déporte les sans-papiériséEs.
Cinq personnes sont mortes entre les murs des CRA en France depuis 2017 dont trois depuis août dernier. Des dizaines y sont actuellement malades. Ces associations assurent, organisent et protègent l’enfermement, les pires conditions de détentions, les violences policières, les vols, les tabassages, les humiliations, les viols, le refus de soin et la mise en danger médicale… tout ce qui structure les CRA.

Le droit à la santé (mentale ou physique) ne pourra jamais être assuré pour des personnes enferméEs, Covid19 ou pas. La violence est inhérente à l’enfermemement. Cette pandémie ajoute une violence supplémentaire pour les prisonnierEs.

Aucune valeur n’est à accorder à cet appel comme à tout appel provenant d’associations qui organisent la répression, le tri, le fichage, la déportation des migrantEs (Forum Réfugiés, Cimade, ASSFAM, France Terre d’Asile, Ordre de Malte…)

Depuis la publication de cet appel, de nombreuses associations sont retournées dans les CRA ou continuent leur répression par télétravail. Actuellement, de nombreuxses personnes continuent d’être enferméEs, dont minimum une trentaine à Lyon.

Personne ne peut se réjouir d’une fermeture provisoire, personne ne doit être enferméE ni sanspapiériséE, les CRA ne doivent tout simplement pas exister.

En tout temps, à bas les prisons et les frontières, et solidarité avec touxtes les prisonnierEs.  »

 


publié initialement sur Crame ton CRA – Lyon

 

Situation au CRA de Toulouse le 26 avril : 7 nouvelles personnes enfermées en 48 heures et des juges qui valident et prolongent l’enfermement, virus ou pas.

On relaye ici le témoignage d’un retenu au CRA de Toulouse recueilli le 26 avril par les copaines de Toulouse Anti CRA


7 nouvelles personnes sorties de prison ont été enfermées ces 3 derniers jours. Au total, 8 personnes, 2 au secteur E et 6 au secteur D.

L’audience en visio du JLD du samedi 26 avril n’a libéré personne, pas même celui qui est au CRA depuis un mois et qui a subi des violences policières. Ils ne peuvent pas le déporter, les frontières du Portugal sont aussi fermées. Pendant l’audience la préfecture est la plus floue possible sur les frontières et les déportations, vu qu’elles ne peuvent pas avoir lieu. Évidemment le juge n’y voit rien à redire et se fout du danger pour la santé des personnes, sachant que les 7 arrivent toutes de la maison d’arrêt de Seysses, où il y a eu un cas de Covid-19 testé positif le 17 avril. On enferme, on applique la double peine, c’est de toute façon déjà le cas hors période de pandémie, les prisonnier·e·s qui arrivent au bout de leur détention ont droit à une autre prison tenue par les flics de la PAF.

Témoignage d’un prisonnier du CRA de Toulouse qui a voulu se suicider à son arrivée au CRA, après avoir passé 3 mois à la prison de Seysses :

« Je sors de la prison pourquoi on me met ici, encore 28 jours ? Ils m’ont donné 6 mois ferme pour conduite sans permis et j’ai fait 3 mois à Seysses, je sais que j’ai fait une connerie, j’ai payé mais pourquoi je suis là maintenant, j’ai une famille, je suis marié, ma mère est ici aussi, on a une maison, on paye le loyer, j’ai un contrat, un CDI, tout, pourquoi on me met ici ?

Les frontières sont fermées et ils nous gardent ici pourquoi ?

On fait quoi ici ? On peut pas manger à notre faim, pas de visites, pas de cigarettes, on peut rien faire, c’est très sale, c’est trop dur pour nous. Moi j’ai des papiers et je suis ici, y’en a qui ont pas de papiers et qui sortent, je comprends pas comment ça marche…Pourquoi je reste pas dehors jusqu’à à la fin du coronavirus avec ma famille ? ça sert à rien que je reste là. J’ai personne en Roumanie, si je pars là-bas et si je reviens, ils vont encore me mettre en prison !

3 mois et demi que je n’ai pas vu ma famille, je voulais mourir aujourd’hui, je voulais me mettre la corde et mourir,  je l’ai dit à ma famille, je leur ai dit excusez-moi pour tout, je vais mourir…

J’ai attaché le drap à la gorge, 4 policiers sont arrivés, ils ont vu à la caméra, ils m’ont vu à la balustrade…Après je me suis calmé.

Un policier d’ici a parlé avec ma mère, elle est venue au centre pour venir me chercher, les gendarmes l’ont arrêté, ils lui ont mis une amende au rond point, elle n’a pas d’argent, elle est venue à pied, pas de bus qui marchent…

J’ai un peu d’argent sur moi mais je peux pas téléphoner, je peux pas acheter de cigarettes, j’ai un téléphone avec caméra mais ils veulent pas qu’on filme, je peux pas le garder. »

 


Article initialement publié sur Toulouse Anti CRA

Contre la construction d’un nouveau centre de rétention administrative à Lyon, mobilisons nous !

On fait tourner ici un article publié par les copaines de Crame ton CRA – Lyon au sujet de la construction d’un nouveau centre de rétention administrative à Lyon. C’est aussi un appel à se mobiliser !


Le centre de rétention adminisrative (CRA) actuel de Lyon se trouve à Colombier Saugnieu, juste à côté de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry. Il a été créé en 1995 dans un ancien hôtel Formule 1. Après un premier aggrandissement en 2019, il est prévu d’en ouvrir encore un autre en 2022…

Les centres de rétention administrative sont des prisons pour étrangèr·es. Bien qu’ils ne soient pas désignés comme tels officiellement, ce sont des lieux d’enfermement où les violences policières, les menaces et les humiliations sont quotidiennes. L’État y enferme les personnes qu’il considère comme en situation irrégulière sur le territoire français. Les prisonnièr·es peuvent y être détenu·es jusqu’à 90 jours, à l’issue desquels iels sont soit déporté·es soit incarcéré·es en maison d’arrêt, soit relâché·es (tout en restant sous la menace constante d’une nouvelle arrestation).

En 2018, plus de 45 000 personnes ont été enfermées dans les 24 centres de rétention de France métropolitaine et outre mer. Cette année-là, 480 nouvelles places ont été créées, en aménageant les CRA existants, mais aussi en les agrandissant comme à Nîmes, Vincennes, Coquelles ou Lyon. En novembre 2019, le gouvernement a annoncé la construction de trois nouveaux CRA à Olivet (proche d’Orléans), Bordeaux et Lyon, avec pour objectif d’augmenter toujours plus les capacités d’enfermement. Ce sont les premières constructions de CRA depuis près de dix ans. L’État s’emploie à enfermer, torturer et expulser toujours plus les étrangèr.es. Et il ne lésine pas dans la guerre qu’il mène contre les personnes qui n’ont pas les « bons » papiers.

Le CRA actuel de Lyon se trouve à Colombier Saugnieu, juste à côté de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry. Il a été créé en 1995 dans un ancien hôtel Formule 1. Il a été agrandi en 2019, pour arriver à une capacité de 140 places. Il est « géré » par la Police aux Frontières (PAF) et par Forum Réfugié, association à laquelle l’Etat sous-traite un prétendu « accompagnement juridique », mais dont le rôle réel est de collaborer à la machine à enfermer et à expulser. En 2018, 1 498 adultes et 2 enfants y ont été enfermés, dont 92% d’hommes et 8% de femmes, selon le rapport annuel des associations qui interviennent dans les centres de rétention.
 
Le début des travaux du nouveau CRA est annoncé pour mai 2020. L’ouverture est prévue pour 2022. Il devrait être construit à proximité immédiate du CRA actuel, sur un terrain appartenant à Vinci, comme toute la zone autour de l’aéroport. Le budget estimé est de 12,5 millions d’euros, sa surface de 3200 m2, et sa capacité de 140 places. 
 
Nombre d’entreprises privées collaborent avec l’État et travaillent à maintenir le système des CRA. Entre la réouverture des CRA de Hendaye et de Geispolsheim, l’extension des CRA de Nîmes et de Coquelles, et le lancement des nouvelles constructions, les appels à projets fleurissent sur les plateformes d’annonces de marchés publics, et les promoteurs immobiliers constructeurs de taules partent à la cueillette des contrats juteux. Une poignée d’entreprises se partagent le marché : Eiffage, Thémis – FM [filiale Bouygues], Gepsa [filiale d’Engie], Sodexo, Spie Batignolles. À Lyon, la “réalisation” du nouveau CRA a été attribuée à Eiffage, censée être assisté par l’entreprise ICAMO, qui sur son site internet place la construction d’un CRA dans la rubrique “Sureté”, et qui a déjà géré des chantiers pour la prison de Saint-Quentin Fallavier.
 
À Olivet, près d’Orléans, l’ouverture est prévue pour 2023, et le coût total estimé à treize millions d’euros. Un collectif s’est monté, et une mobilisation a d’ores et déjà commencé. Le 4 avril, une manifestation devait avoir lieu à Orléans. 
 
La pandémie de Covid-19 apporte de nouveaux éléments à la situation. Dans les centres de rétention, les conditions d’enfermement étaient déjà merdiques, elles se sont encore plus dégradées : aberration d’être enfermé·es – en temps normal – mais encore plus alors que les déportations ne peuvent plus avoir lieu (plus d’avions, frontières fermées); parloirs interdits accentuant l’isolement; impossibilité de respecter les « gestes-barrières » quand les cellules sont bondées; impossibilité de « se défendre » correctement face au système judiciaire répressif, audiences au tribunal se déroulant sans les prisonnièr·es; inquiétudes face aux incertitudes et tensions; flics de la PAF qui peuvent entrer/sortir et diffuser le virus…. La machine à expulser ne peut plus fonctionner le système CRA montre donc son vrai visage : celui d’enfermer/torturer les personnes qui n’ont pas les bons papiers, quand bien même l’Etat et la PAF ne peuvent plus les déporter. En clair, Il faut continuer à enfermer, tant pis pour elleux s’iels crèvent.

Dans de nombreux centres, des prisonnièr·es se sont mobilisé·es, parfois en entrant en grève de la faim, pour exiger leur libération immédiate; en faisant sortir leurs paroles à l’extérieur; en bloquant les cours et les promenades. Bien que des détenu·es aient été libéré·es au cas par cas, les arrestations ont continué et de nombreuses personnes ont continué d’être incarcérées.

Le confinement et les politiques répressives et sécuritaires qui l’accompagnent rendent très difficile toute forme de mobilisation collective. De nombreux chantiers sont à l’arrêt, mais d’autres continuent coûte que coûte, au mépris de la protection de le santé des travailleur·euses, et il y a de fortes chances que ce soit le cas pour la construction du nouveau CRA. Il nous faut donc informer au maximum sur la construction qui se prépare, commencer dès maintenant à nous organiser collectivement, et nous tenir prêt·es à nous mobiliser rapidement, dès que ce sera possible, pour que cette nouvelle prison ne voie par le jour.

À bas les cra, à bas les frontières, soutien à tous·tes les prisonnièr·es!

 


publié initialement sur Crame ton CRA – Lyon

” Ils sont là pour violence, c’est ça leur travail ? ” : solidarité entre prisonniers et provocations policières à Vincennes

Malgré le confinement, les frontières fermées et la pandémie à l’extérieur, malgré les conditions sanitaires désastreuses et les retenus qui tombent malades, la prison pour étrangers de Vincennes continue d’enfermer des personnes qui n’ont pas les “bon papiers”. Depuis plusieurs semaines, les prisonniers sont transférés d’un bâtiment à un autre comme s’ils étaient des objets, ils sont mis en isolement pendant des jours et des jours si les flics suspectent qu’ils soient malades, mais ces derniers refusent d’hospitaliser les gens sauf s’ils sont vraiment au bout de leur vie.

Ces deux derniers jours, ça a bougé au CRA. Jeudi soir d’abord, lorsqu’un groupe de solidaires et d’ennemi.e.s des frontières est passé à l’extérieur de la prison, et les prisonniers ont répondu avec force de manière collective.
Hier soir (vendredi) ensuite, quand l’équipe de nuit des keufs est rentrée dans une cellule en provoquant les personnes qui y étaient enfermées, alors même qu’elles venaient de rompre le jeûne pour le Ramadan.


On publie ici des témoignages sur ces deux épisodes.

Comme d’habitude, les flics montrent tout leur mépris envers les prisonniers.
Comme d’habitude, la réponse à la hogra et à la violence de l’état c’est la solidarité et la lutte.

Ne laissons pas les prisonniers-ères isolé.e.s, soutenons leurs luttes !
Liberté pour tou.te.s et abolition des Cra maintenant !

Jeudi 23 dans la soirée, des feux d’artifice ont été tirés devant le centre de rétention administrative, et les prisonniers racontent qu’ils ont entendu crier “Liberté” pendant quelques minutes. Les flics à l’intérieur n’ont visiblement pas apprécié le spectacle et comme ça criait aussi à l’intérieur, ils ont voulu mettre des gens à l’isolement : les prisonniers ont résisté et réussi à empêcher les flics de les diviser. Feu aux CRA !

“Hier il y a eu des feux d’artifice dehors, les policiers ils se sont énervés, ils aiment pas les trucs comme ça. Ils sont venus pour essayer d’emmener des gens à l’isolement, on les a pas laissé faire. On a crié pendant les feux d’artifice, alors ils demandaient « pourquoi vous criez ? ». Ils voulaient mettre 2 personnes à l’isolement « pourquoi tu cries, pourquoi tu tires la chaise ? » Nous on criait pour se soulager, et parce qu’on a vu les feux d’artifices. Finalement ils ont emmené personne à l’isolement parce qu’on a refusé, après ça s’est calmé.

La violence c’est sur tout le monde, pas que hier. Parfois ils descendent des gens au coffre parce que là bas il y a pas de caméra et ils tabassent les gens. Une personne a 3 certificats médicaux parce qu’il a été tabassé.”

Un autre retenu s’exprime ensuite :

“Hier on a commencé à crier, les flics sont venus, ils ont parlé méchamment, ils nous ont poussé, ils nous ont provoqué. Ils ont dit « on va vous ramener à l’isolement, on vous a vu crié à la caméra, c’est interdit ». Du coup on a refusé, un policier m’a poussé pas mal de fois avec des insultes. C’était pour nous provoquer.

Puis le chef est venu, tout le monde a dit « nous on a rien fait ». Tout ça ça a duré 20mn. A la fin ils ont emmené personne. A cause de ça ils ont pas ouvert le distributeur.

On est 13 personnes dans le bâtiment 2A, et il y a 3 personnes contaminées avec test positif. Elles sont ici dans le CRA, dans le 2B, en isolement, alors qu’elles devraient être à l’hôpital.

Maintenant il y a le droit à une visite par semaine par personne.

C’est n’importe quoi ce qui se passe. Nous on cherche pas que la liberté, on cherche la santé aussi. On va mourir pour rien. Un animal malade ici vous le ramenez à l’hôpital, mais nous les êtres humains on nous laisse là. On est ici parce qu’on n’a pas de papiers, mais on a le droit de vivre quand même non ? On dit que la France elle respecte les droits de l’homme mais ici elle respecte rien du tout. C’est de l’hypocrisie, c’est pas humain.”

Le lendemain vendredi 24 avril, premier jour de Ramadan, la rupture du jeûne d’un groupe de prisonniers musulmans est interrompue par l’irruption d’une équipe de keufs dans une cellule. Il faut savoir aussi que pendant le Ramadan, les retenus ont droit d’amener de la bouffe dans les cellules, ce qui est normalement interdit. Mais apparemment les flics n’ont rien à foutre…

” Comme c’est ramadan depuis le matin tout le monde est dans sa chambre tranquille, il y avait pas de problème alors les flics viennent nous provoquer pour chercher les problèmes, parce qu’on a pas la même religion.
Là ils viennent de rentrer dans ma chambre, on était 3 personnes en train de manger, tranquilles, ils ne toquent pas à la porte, ils rentrent comme ça en donnant un coup de pied dans la porte et font du bordel, je leur demande ce qu’ils veulent, ils me disent qu’ils cherchent une plaque de cuisson, qu’ils vont me mettre à l’isolement. Mais moi j’ai pas de plaque, je leur dis, en plus il y a des caméras dans le couloir ils auraient vu si j’avais une plaque.
Ils sont violents avec nous parce qu’on est musulmans. Ils sont là pour la violence c’est ça leur travail ? Maintenant je vais dénoncer, si je meurs ici c’est que c’est eux qui m’ont tué.
Ils menacent de me mettre en isolement. Je leur dis vas-y prends moi, mets moi en isolement, ils pensent qu’on a peur ? Pourquoi ils cherchent les problèmes avec nous ? Ca va mal finir. “

Le témoignage d’un autre retenu confirme ce foutage complet et provocatoire des keufs:

« Allo ouais je vous appelle, là on était à l’heure de manger, on était toute la journée on est calme on parle pas avec eux, on essaye faire notre religion tranquille, chacun dans sa chambre, jusqu’à l’heure de coupure pour que on mange, la police il vient, il nous laisse pas tranquille, je sais pas y’a aucun respect je sais pas, ils sont venu chercher un plateau, c’est quoi un plateau, laisse nous manger après on va déposer le plateau, c’est même pas une minute on à même pas encore couper, on à rien manger jusque là. ils viens ils prend mon amis ils essaye de le taper, ils voulais lui mettre isolement, juste pour un plateau, en plus ils vienne tous presque 20 policier ils vienne, ils essaye de nous taper, de nous faire des truc.

C’est pas logique j’ai jamais vu ça c’est pas logique, c’est des trucs c’est inimaginable, tu peux pas l’imaginer dans ta tête, je comprend plus rien du tout ici , je comprend plus rien du tout.

C’est le mois de ramadan nous on est calme en plus y’a la maladie, y’a les crises, y’a des gens leurs famille sont malades, y’a des gens ils savent même pas leur famille ils sont mort ou pas.
y’a un ami avec moi ici, son père il est maladie avec le covid 19, il a même pas de nouvelles de lui, les gens ça les stress, la police ils nous respecte pas, ils essaye de nous taper, nous mettre isolement au mois de ramadam, nous c’est même pas ça même pas avaler un truc même pas boire de l’eau.

Je sais pas ils sont tellement méchant je sais même pas comment ça va se passer ici avec eux, nous on est solidaire déjà, ils nous respectent pas, ils fait des trucs pour que nous on s’énerve pour que à la fin ils nous mettre isolement. Nous on veux pas ça, nous on est en train de faire notre mois de ramadan tranquillement, on parle pas avec eux, on été calme toute la journée, à la fin ils viens ils nous fait ça, la merde, pour rien du tout.

Parce que nous ici on est des animaux on est pas des humains pour eux, on est des animaux je vous le répéte on est des animaux, jamais j’ai vu, ici en france y’a du racisme, la police c’est des raciste ils nous aiment pas, je sais pas pourquoi ils nous aime pas, on à rien fait, oui on à pas de papier, c’est pas parce que on à pas de papier on est pas des humains, même nous on à des famille, c’est pas parce que on est pas naît en france, si il fallait nous faire faire esclavage, on est pas des esclavage, on est en 2020, quand même.

y’a des choses c’est vraiment, c’est des… j’arrive même pas les mots je veux dire vraiment.

Aidez nous, aidez nous, aidez nous, qu’est-ce que peux vous dire aidez nous, parce que nous on est en train de fatigué là, s’il vous plait, qu’est-ce que je vous demande le jour d’aujourd’hui, que vous essayer de nous aider, pas plus pas moins.

On à même pas demander qu’ils nous laisser sortir ou un truc, juste respectez nous, respectez nous, nous on vous respecte.

C’est mois de ramadan, normalement on est à coté de notre famille on est enfermé avec la maladie, avec la crise, on à même pas de visites, on est en train de souffrir ici. En plus ils nous donne du manger, hé vous le manger même pas, même ils le donne vous le manger même pas, c’est dégueulasse, t’arrive même pas à le manger, ouais à la fin ils nous respectent pas plus.

Franchement je vois ça c’est inimaginable, tu peux pas l’imaginer dans ta tête tu peux pas, tu peux pas. S’il vous plait aidez nous, qu’est-ce que je vous demande, s’ils vous plait aidez nous, aidez nous, aidez nous, on est en train de souffrir, on est en train de nous torturer la police ici, vous entendez au centre de Vincennes on est en train de souffrir, on est en train de souffrir, on est en train de souffrir.

Merci beaucoup et je vous souhaite une bonne soirée. »

“Les mesures de sécurité contre le COVID 19 sont très très faible, mais on y est confronté et on est limite livré à nous même“ : témoignage d’un prisonnier du CRA de Mesnil Amelot

Depuis fin mars, les prisonnièr.es des cra de Palaiseau et de Plaisir ont été régroupé.es dans le cra de Mesnil Amelot, à proximité de l’aéroport Charles de Gaulle. Les révoltes qui se sont produites dans le centre pour protester contre le manque absolue de mesures de protection contre la propagation du covid-19 ont été réprimées avec le déplacement de certains prisonniers vers les cra de Lille et de Oissel (Rouen). Au Mesnil, rien n’a changé aux conditions de saleté et proximité dans lesquelles les détenu.es sont obligés à vivre – pire, deux bâtiments du centre ont été vidés et tous les détenus ont été regroupés dans une même structure. Entre samedi et dimanche dernière, 22 personnes en plus ont été renfermées à Mesnil.

 Je suis rentré au CRA le 12 avril, je suis passé auprès du tribunal qui m’a assigné à résidence, ils m’ont relaché. Ils m’ont dit d’aller au commissariat pour signature. Je suis parti au comissariat, ils m’ont juste dit respecte bien ce qui est écrit dans le jugement. Parce que le tribunal m’a condamné à signer 3 fois pendant 28 jours, chaque mercredi je dois me présenter au commissariat. Et puis je suis revenu chez moi.
Le lendemain je suis allongé tranquille avec ma femme, ça a sonné, on a ouvert la porte. Ils disent venez avec nous pour vous dire comment faire la procédure de signature. Je leur ai dit c’est bon c’est clair, y a rien à expliquer, ils ont insisté, “la chef voudrait vous parlez”. Personnellement je suis sorti en short. Après ils m’ont emmené au commissariat, et là hop retournement de situation, ils m’ont menoté, et dit monsieur vous allez repartir au CRA.
 
Ils nous harcèlent, y a pas que moi.
 
Personnellement je viens pas de prison, même les policiers y disent toi t’as rien à faire ici, il devait pas t’embarquer. Mon histoire à moi je la comprends pas.
 
Je me suis retrouvé encore dans le CRA, comme si j’avais dormi, j’ai rêvé que j’étais chez moi et le lendemain quand je me suis révéillée…
 
Actuellement je suis toujours au centre de rétention. Je vais vous parler de ce qui se passe en mesure d’hygiène et sanitaire. Les mesures de sécruité contre le COVID 19 sont très très faible, mais on y est confronté et on est limite livré à nous même.
 
Moi personnellement pour toucher les portes et tout ça j’utilise un tee-shirt et je le lave après.
 
En 1er lieu y a des gens qui viennent de prison, ils les amènent au CRA et puis ils subissent rien, ni dépistages, ni gants, ni solution hydro-alcoolique rien, pas de mesure de sécurité.
 
Les chambres c’est des petites chambres avec des lits superposés, les mesures de sécurités sont trés faibles donc on essaie.
 
Moi personnellement dans ma chambre quand mon co-détenu commence a tousser, je sors dans la petite cours, je préfère rester une heure ou deux dans le froid la nuit que d’affronter ce virus que je connais même pas le remède, que même les plus grands chercheurs, les plus grands médecins trouvent pas la solution.
 
Y a plusieurs cas, moi je trouve qu’ils ont les symptomes. Ils vous le disent carrément, j’ai du mal à respirer, j’ai du mal à avaler, ils ont les larmes aux yeux, ils toussent, ils vomissent.
 
Pourquoi je prends des risques moi à rester ici. D’une part il nous dise y a le blocage y a pas d’avion, et d’une autre part on est livré à nous même, à affronter ce virus que même même les states, même les états unis ont pas réussi à trouver le remède.
 
Y a des gens qui disent, moi personellement si y avait un avion je préfère rentrer chez moi, quitter là.
 
L’allume cigare c’est des petits boutons dans le mur sur le côté, tout le monde y touche, les robinets tout le monde y touche, les portes…
 
Dans refectoire on est tous collé, y a même pas 5 à 10 cm de distance entre nous, on n’a pas de petite bouteille d’eau, on touche tous le même pichet, y a encore plus de contact là bas, alors j’évite de manger.
 
Même les policiers ils ont pas de masques, ils ont pas de gants, ils ont rien eux aussi, voilà limite on est tous les 2 confrontés à nous même.
 
Le danger ça vient de l’extérieur.