Violences policières : Deux retenus gazés par un gardien au CRA du Mesnil-Amelot

Jeudi 22 avril deux prisonniers au Centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot ont été gazés par un gardien, alors qu’ils s’apprêtaient à rompre le jeûne dans leur cellule.

Nous relayons ici le témoignage de l’un des deux retenus agressés :

« Mon pote et moi étions en train de préparer le dîner dans ma cellule, quand aux alentours de 21 heures, un gardien a frappé très fort à la porte. Il a donné des grands coups contre la porte comme si on était des terroristes!

Quand le gardien est entré dans la cellule, je lui ai demandé pourquoi il s’était mis à tambouriner comme ça contre la porte. Je lui ai dit qu’on allait manger, qu’il n’avait aucune raison d’être énervé. Il m’a répondu : « Je suis policier, je fais ce que je veux. »

Tout en discutant de son attitude, on est sorti de ma cellule pour
l’appel. Puis le gardien a fait deux pas en arrière, a sorti une bombe lacrymogène et a gazé à hauteur de nos visages, sous les yeux de huit autres gardiens. Tout le monde a été choqué, même le personnel, mais personne n’a bougé le petit doigt, personne ne l’a repris.
Ni mon pote ni moi n’avons touché le gardien, nous ne l’avons pas agressé. On n’a rien fait et il s’est mis à nous gazer. Ce n’est pas un policier, c’est un homme raciste.

Vers 23 heures, le chef du centre s’est rendu dans ma cellule pour tenter de justifier l’attitude du gardien. Il m’a dit : « Tu sais c’est un nouveau, il est jeune, il ne sait pas ce qu’il fait ». Comme si c’était normal. Je suis choqué. »

Refus de soin, violences policières et luttes dans le CRA de Coquelle

Voici le témoignage (publié en retard) d’un prisonnier du CRA de Coquelle, à 10 km de Calais. Il raconte les violences prisonnières dans le centre, le refus de soin, les tensions aggravées par la pandémie. Mais il parle aussi d’une grève de la faim qui a eu lieu la semaine dernière et qui a subi une forte représsion. On n’a pas plus d’infos pour l’instant.

Les prisonniers et les prisonnières dans les CRA continuent à lutter avec détermination tous les jours. Construisons la solidarité à l’extérieur pour en finir avec les CRA !

a bas les cra !

 » Avant j’étais à la prison de Maubeuge, j’ai fait ma peine, j’ai une carte de séjour, un permis de conduire français, une femme, un acte de mariage français, deux enfants ici. Mais quand je suis sorti on m’a emmené au centre de rétention pourtant j’ai des enfants français.

Au TA (tribunal administratif) ils ont annulé mon IRTF (interdiction de retour sur le territoire français) mais pas mon OQTF (obligation de quitter le territoire français), ça sert à quoi. Alors je suis toujours là.

Pourtant avec l’épidémie qu’il y a aujourd’hui, on peut pas nous expulser. Y a plein de gens ici avec moi ils ont fait 3 mois le max et puis ils sont sortis, aujourd’hui les frontières elles sont fermées. On comprend pas qu’est ce qu’on fait la encore. Y a des gens ils les ont ramené pour un simple contrôle d’identité le gars, il était tranquille il a pas de papiers, mais il a un contrat de travail, il a pas de casier. Ils les ont ramené là et les policiers ils leurs font la misère. Un policier il a dit ta gueule à un gars parce qu’il comprend pas le français, il dit ferme ta gueule, c’est grave ta gueule. Il dirait pas ça à un français.
Continuer la lecture de « Refus de soin, violences policières et luttes dans le CRA de Coquelle »

« Même des animaux, ils peuvent pas vivre là » : vidéo et témoignage de l’enfermement dans le CRA de Vincennes

Dans le CRA de Vincennes comme dans toutes les autres prisons pour sans-papiers, les conditions de retention sont pourries et les humiliations et les violences sont quotidiennes. Si tous les témoignages des prisonniers-ères racontent ça, il est rare de voir des images de l'intérieur : les portables avec caméras sont interdits, pour isoler encore plus les retenu.e.s, et pour cacher toute la merde qui se passe dans ces taules.

Malgré ça, des prisonniers sont arrivés à faire sortir une vidéo, qu'on publie ici.
Après la vidéo, on publie le témoignage d'un autre prisonnier du meme CRA, qui raconte son histoire : comment il s'est retrouvé sans-papiers après des années passées en France, l'enfermement et les violences quotidiennes des keufs.

A Vincennes, à Mesnil et dans tous les CRA, les prisonniers et les prisonnières sont poussé.e.s au bout, mais comme le dit D., "les gens vont essayer tout pour leur liberté".

Ne laissons pas les retenu.e.s isolé.e.s, soutenons leur luttes !

« Je m’appelle D., je suis là depuis 2000. J’ai fait demande d’asile et tout ça, ils m’ont rien donné, j’ai attendu jusqu’à avoir des preuves de dix ans (de séjour), j’ai déposé mon dossier en 2014, mais par contre ils m’ont donné la carte de séjour en 2016 comme ça. Du coup je travaille depuis 2017, jusqu’à 2020. c’est la que mon patron m’a dit : la carte est périmée, arrête de travailler, je ne veux pas prendre de risques… c’est ça qui m’a empeché de renouveler, les grèves SNCF, les grèves, c’est ça qui m’a empeché. Tous les jours je regarde sur internet pour prendre rendez-vous, mais j’y arrive pas, c’est bloqué. Là ils m’ont bloqué, ils m’ont empeché mes droits, ils m’ont jugé comme une personne qui vient d’arriver.

Mais le fait est qu’on est là. On est traités pas bien, on est traités comme des animaux. T’as pas droit de parler, tu dois avoir peur d’eux. Moi une fois, ils m’ont tabassé, OK ? Pourquoi ils m’ont tapé ? Parce que j’ai crié. Ils m’ont mis dans l’isolement et j’ai crié : je suis rentré là-bas et ils ont essayé de me menotter avec la force, je me suis refusé, ils ont forcé forcé, après ils m’ont menotté et c’est passé. Le lendemain, on doit déménager (D. est transféré d’un bâtiment à l’autre du CRA), ils ont pas annoncé, ils ont dit ça à la fin de la cantine, Allez les gars, déménagez-vous. Moi j’ai dit ‘Attends, on a beaucoup d’affaires. Ils ont pas donné le temps. Là aussi, ils ont poussé, ils m’ont donné un coup de pied. J’ai rien dit. Ça c’est la deuxième fois qu’ils me tapent. La troisième fois c’était aujourd’hui.

Continuer la lecture de « « Même des animaux, ils peuvent pas vivre là » : vidéo et témoignage de l’enfermement dans le CRA de Vincennes »