Contre la construction de prisons pour étranger.e.s, le 19 juin 2021, on marche sur le Mesnil-Amelot !

Contrairement à ce qui a été annoncé auparavant, la manifestation aura lieu le 19 juin à 15h et pas le 12 juin.
Ce texte a été écrit conjointement par des personnes avec et sans papiers.
L’Etat français ne cesse de durcir la répression envers les migrant.es. Le projet gouvernemental de construire des nouveaux Centres de Rétention Administrative (CRA) est la volonté manifeste de s’en prendre toujours plus aux libertés de circulation et d’installation. Trois nouveaux Centres de Rétention sont en projet : à Lyon, à Bordeaux et à Olivet (près d’Orléans), et deux extensions vont avoir lieu à Coquelles (près de Calais) et Lesquin (près de Lille). En tout, le gouvernement vise 800 places supplémentaires en rétention en 2023 par rapport à 2018, soit 60 % de plus !
En plus de ça, un nouveau projet vise à construire un autre CRA de 64 places au MesnilAmelot, à côté de l’aéroport de Roissy. Tous ces projets témoignent de la volonté d’enfermer toujours plus de personnes.

Continuer la lecture de « Contre la construction de prisons pour étranger.e.s, le 19 juin 2021, on marche sur le Mesnil-Amelot ! »

Violences policières : Deux retenus gazés par un gardien au CRA du Mesnil-Amelot

Jeudi 22 avril deux prisonniers au Centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot ont été gazés par un gardien, alors qu’ils s’apprêtaient à rompre le jeûne dans leur cellule.

Nous relayons ici le témoignage de l’un des deux retenus agressés :

« Mon pote et moi étions en train de préparer le dîner dans ma cellule, quand aux alentours de 21 heures, un gardien a frappé très fort à la porte. Il a donné des grands coups contre la porte comme si on était des terroristes!

Quand le gardien est entré dans la cellule, je lui ai demandé pourquoi il s’était mis à tambouriner comme ça contre la porte. Je lui ai dit qu’on allait manger, qu’il n’avait aucune raison d’être énervé. Il m’a répondu : « Je suis policier, je fais ce que je veux. »

Tout en discutant de son attitude, on est sorti de ma cellule pour
l’appel. Puis le gardien a fait deux pas en arrière, a sorti une bombe lacrymogène et a gazé à hauteur de nos visages, sous les yeux de huit autres gardiens. Tout le monde a été choqué, même le personnel, mais personne n’a bougé le petit doigt, personne ne l’a repris.
Ni mon pote ni moi n’avons touché le gardien, nous ne l’avons pas agressé. On n’a rien fait et il s’est mis à nous gazer. Ce n’est pas un policier, c’est un homme raciste.

Vers 23 heures, le chef du centre s’est rendu dans ma cellule pour tenter de justifier l’attitude du gardien. Il m’a dit : « Tu sais c’est un nouveau, il est jeune, il ne sait pas ce qu’il fait ». Comme si c’était normal. Je suis choqué. »

Parloir sauvage au Mesnil : « la prochaine fois on sort tous ! »

Aujourd’hui, plusieurs personnes se sont retrouvées devant le CRA du Mesnil Amelot pour exprimer leur solidarité avec les prisonniers-es, particulièrement en ce moment où les cas de Covid se multiplient, les bâtiments sont partiellement confinés (visites interdites) et les flics profitent du Ramadan pour mettre encore plus la pression que d’habitude aux prisonnier-es. Il y a quelques jours, une grève de la faim avait eu lieu et faire un parloir sauvage servait aussi à exprimer notre soutien à cette lutte.

Une personne enfermée dans le CRA raconte : « Là il y a au moins 20 personnes qui ont le covid et ils font rien, les gens ils sont toujours là tous ensemble, on va tous manger ensemble et il y a des bâtiments où les visites sont interdites et d’autres non. »

Visiblement les gens à l’intérieur ont bien entendu, ils ont répondu en criant « Liberté », ont frappé contre les grilles et la manif à l’intérieur a continué même alors qu’on partait :

« Il y a eu beaucoup de bruit de l’autre côté du bâtiment, on a entendu des gens qui criaient « Libérez les », « Liberté », on a crié aussi il y a eu du bordel »

« La prochaine fois il faut que vous veniez à 100 ! » « la prochaine fois on sort tous ! »

Pour une fois, pas de problème particulier avec les keufs qui n’ont visiblement pas été assez réactifs : on a seulement croisé 3 flics en civil qui faisaient semblant de faire leur lacet pour prendre des photos des plaques des voitures et des gens à l’intérieur.

En ce moment encore plus que d’habitude et alors que nos possibilités de s’organiser et d’être ensemble dans la rue sont toujours plus réduite, c’est important qu’on continue nos actions !

Soyons solidaires avec les prisonniers-ères, liberté pour toustes !

a bas les cra !