Témoignage de Lille-Lesquin et de Toulouse

Les paroles des prisonnieres et prisonniers continuent à sortir des centres de rétention administrative encore ouverts en France.
Vous pouvez continuer à appeler les cabines et à participer à la campagne de mailbombing.
 
Au CRA de Lille, deux batiments ont été rouvert la semaine dernière pour continuer à enfermer d’avantage. Beaucoup de personnes arrivent chaque jour.
 
 
Lille-Lesquin: Zone F, le 05 Avril 2020
Nos droits ca sert à rien.. Y en a ca fait plus de 20 jours qu’ils sont ici. Moi ca fait 15 jours que je suis ici. J’ai des papiers belge, un contrat de travail, un appartement dont je suis propriétaire mais toujours je suis ici.
On est une dizaine et on est tous regroupés ici.
Quand je suis passé en face du juge il m’a demandé les papiers, et le prefet il m’a refusé. J’ai compris, je peux pas aller chez moi en Roumanie. On m’a demandé de rester ici. j’ai fait appel. J’ai compris que les aeroports etaient fermé tous ça. J’ai fait appel. La juge m’a dit pdt l’appel que si j’envoie une preuve de ma résidence en Belgique, demain t’eslibre. J’ai dit: « Ok pas de probleme », j’ai dit à ma femme et elle à envoyé tous mes papiers.
Ca veut dire je vais attendre encore 28 jours. La ils vont me redemander les papiers et ca va refaire le probleme…
On a parlé tous ensemble. On a fait une grève de la faim mais ca a servit à rien. . On a dit si ca bouge pas a partir de lundi ou de mardi parce qu’y a des personnes qui fument, des personnes qui mangent pas tous les repas (comme moi ce midi). Pour le moment j’ai encore un peu d’argent sur moi, mais quand ca va finir l’argent je fais comment? Les mandats on a pas le droit, et ma femme à aps le droit de venir en parloir (ils sont interdit tout ça.). Si ca bouge pas d’ici lundi ou mardi.
Pour les vêtements c’est pareil. Y a des gens qui ont même pas de famille ici.
On a pas de shampoing, pas de savon. On a rien du tout pour le truc d’hygiene. Ca je parle pas.
On vous tient au courant pour la semaine prochaine.
 
Toulouse, le 07 Avril 2020
 
On devient fou ici, on peut pas rester normal ici, ça rend fou, les gens commencent à parler seuls, pas de visites, pas de cigarettes, le policier a dit qu’on peut recevoir des colis, on a besoin de cigarettes. Je suis enfermé depuis 60 jours, y’a personne ici, on peut pas parler avec la Cimade, à la prison on peut cuisiner dans la chambre, ici ils savent qu’on mange pas, c’est pas halal la viande on la jette, y’en a un qui sort et un qui rentre tout le temps qu’est-ce qu’on fait là ? Je suis en France depuis 2013, la France est restée chez nous 132 ans, je peux pas rester, c’est quoi ça ? « 

« Liberez nous et point final ! » Témoignage de prisonniers du Mesnil-Amelot le 5 avril

Actuellement le CRA du Mesnil-Amelot reprend son fonctionnement habituel. Une dizaine de personne arrive chaque jour du coup le bâtiment 12 à été rouvert et ils sont maintenant de nouveaux à 3 ou 4 par chambre. Voici deux témoignages (du 5 Avril) de retenus prisonniers dans ce CRA. 
 
Alors que les juges continuent de prolonger la seule demande de tous les prisonniers c’est la libération.
 
Moi hier ils m’ont prolongé de 30 jours c’est des fils de pute… Le moral ca va pas mieux du tout. Vraiment on crève ici, on est dans la merde. Y a rien. Meme pour les chiens ils acceptent pas. Meme le chien tu le ramenes ici il accepte pas ça. Vraiment on est dans la merde.
Il nous mettent comass. Ils liberent des gens mais on sait pas pq. Y a aucune égalité. Aucune…
Ils liberent comme ils veulent, ils ramenent des gens de la prisons, ils ramenent des gens de la rue.  Vrmt c’est de la merde je sais meme pas pourquoi ils nous gardent ici. On galere bientôt c’est le ramadan. Jte jure ici on peut pas jeuner ici. C’est sale, c’est sale. Ca pue Ca pue.
Faut bouger, Comme moi ils ont rien contre moi. Je me suis fait peter pour un contrôle d’identité, j’avais jamais fait une garde a vue. Je me retrouve avec des sdf, qui sortent de la prisons j’sais pas. J’ai rien compris.
En plus ils me prolongent putain. Ca fait déjà 30 jours. J’étais à Plaisir j’ai 22 ou 23 jours la bas et ils m’ont transferé ici. Ils ont libere tout le monde la bas, sauf un gars et moi. On sait pas pourquoi.
 
Y a un condé il m’a dit y a deux jours, qu’y avait une requete mais que ça avait rejeté. J’espere que le confinement ça va durer encore un peu comme ca y aura plus de vol pour moi ahah
 
En tout cas dites aux gens de dehors de faire quelque chose, nous on en peut plus
Liberez nous et point final.

« J’aimerais parler du centre de rétention du Mesnil-Amelot, où c’est très compliqué. Les gens ne viennent pas nettoyer, les salles de bains et les chambres sont extrêmement sales. Concernant le virus, qui court partout, nous voyons qu’il n’y a pas de protection pour les prisonniers ni pour les policiers. Pas de gants, pas de masques, sans rien. Il n’y a pas d’hygiène ici. La privation de liberté est sans respect. Ils te traitent mal, comme si tu étais un chien, comme si tu venais d’une autre planète. Il y a seulement de l’irrespect envers les prisonniers, et de la violence.
 
Concernant la nourriture, il y a des bagarres. C’est obligé de manger, mais à cause de la tension les gens se battent. Ça me paraît incompréhensible, il n’y a pas d’hygiène mais on doit quand même manger tous ensemble en même temps.
 
La majorité ici, on vient de prison. Nous avons fait notre peine. Je pensais que le problème était réglé, mais ils m’ont emmené au centre. Ça me paraît illégal. Ils me mettent les menottes comme si je purgeais encore ma condamnation. Ils m’ont expliqué toutes les règles : mais ici c’est pire que la prison. En prison, il y a plus d’hygiène, plus de sécurité et de tranquillité. Dans l’autre bâtiment ils ont essayé de brûler leurs matelas car ça fait deux mois qu’ils sont ici et leur demande de mise en liberté a été rejetée.
Il y a trop de discrimination de la part des agents, qui sont racistes.
La majorité ici sont arabes, ils traitent mal les arabes, ils les discriminent beaucoup. Il y a énormément de problèmes à cause du stress, d’attendre de voir les juges, les gens attendent deux mois d’être libérés, et ils les rejettent, énormément d’angoisse pour tout le monde. Le rejet des juges est difficile, on ne sait pas au tribunal ce qu’il dit car il n’y a pas de traduction. Ils te rendent un papier avec la réponse, ils te disent seulement « Rejeté ». Il y a beaucoup d’incompréhension, ce qui crée de la tension et de la violence. Concernant les vêtements : les visites sont interdites, les gens ont peu de vêtements, les gens de la laverie ne viennent pas travailler, nous lavons nos vêtements à la main. Il n’y a aucune hygiène. Tu peux te doucher, mais tous les matins ils ferment les douches pour changer le shampoing et tout, c’est très gênant.
 
La première chose qu’on veut c’est la liberté.
 
On demande la compréhension, nous sommes extrêmement fatigués de la condamnation en prison, mais cette privation de liberté c’est pire. Je ne comprends pas pourquoi ils envoient ici des gens qui ont des papiers, des cartes de séjour, des demandes d’asiles, des adresses et des attestations d’hébergement. Comme tu sors de prison, ils t’envoient ici.
 
Ce matin, 15 personnes sont arrivées ici sortant directement de prison. C’est incompréhensible ! C’est une condamnation dans la condamnation, une double peine, mais en pire, car l’endroit est trop sale et horrible, le pire.
 
Je ne sais pas ce que les gens peuvent faire. Qu’ils viennent voir comment on vit ici, comme des chiens. Qu’ils voient les chambres, les salles de bain, l’insécurité ici, plus que tout en ce moment à cause du virus. Le ministère de la justice a soi disant libéré les fins de peine des prisons, mais ils t’envoient ici. Le ministère de la justice est le plus raciste de France.
 
Liberté, solidarité, respect, dignité pour tous, car nous sommes tous humains et tous égaux, ce n’est pas car nous avons commis des erreurs que nous sommes des mauvaises personnes. Nous ne méritons pas ce traitement.
 
Nous voulons la liberté !

Les flics se foutent de ma gueule : “ T’es grande, pourquoi tu l’as pas tapé ”. La juge m’a crié “ tu me racontes que du mensonge ”

Le 13 février trois prisonnières sont agressées dans le centre de rétention administrative du Mesnil Amelot. Plusieurs minutes passent avant que la police intervienne, ni un suivi ni une aide d’aucun type ne sont proposés. Elles décident de porter plainte, pour dénoncer leurs conditions d’enfermement et la violence de la police. Le seul résultat sera la déportation de l’agresseur, et le classement sans suite des faits. La menace ne serait plus présente, selon les juges et les flics. Depuis, une des trois copines a été déportée, alors que les deux autres, essayant de rester solidaires face aux conditions inhumaines d’enfermement dans ces prisons, subissent au quotidien les insultes et le sarcasme des policiers. Devant les juges, à plusieurs reprises on a nié la vérité de leurs récits au sujet de l’agression, et on les a culpabilisées pour ce qui s’est passé. Voici leurs paroles, sorties des murs du CRA.

« Je suis dans l’attente de mon asile en Hollande. J’étais en prison à Versailles avant, j’ai volé un parfum. On m’a condamné à six mois, après quatre mois je savais pas, ils sont venus me chercher, ils m’ont amené ici. En 2019 j’étais déjà passée par un centre de rétention, j’ai été attrapée à la frontière avec l’Espagne. Ils m’ont rapatriée au Peru. Mais je peux pas rester là bas, le père de mon enfant va me tuer, c’est le chef d’une bande et il va me tuer. Du coup je suis revenue, je suis allée en Hollande. J’ai demandé l’asile. Je suis venu ici voir un ami. Mais cet « ami » a volé mon sac, tout mon argent et mes papiers. Le 31 janvier, à la sortie de mon temps de prison, ils m’avaient réservé un vol, mais il n’y avait pas de laissez-passer, je n’avais pas vu le consul. Mon passeport est en Hollande, j’ai refusé. Le 13 février dernier j’ai été agressée dans le centre. Un autre retenu est passe du bâtiment des hommes, d’abord il a essayé d’agresser une autre copine, dans la sale télé, où elle était tout sole mais elle s’est échappée. Après il est rentré dans la chambre où j’étais avec mon amie, il s’est jeté sur elle, il a essayé de lui enlever son pantalon. Elle s’est enfuie, il s’est jeté sur moi. J’étais paralysée, je pouvais pas bouger. Les flics ont mis quinze minutes pour arriver, ils s’en foutaient. Dans les chambres, les caméras marchent pas, c’est eux qui me l’ont dit. On a porté plainte. L’affaire a été classée, parce que le mec a été renvoyé au pays. Le procureur m’a dit que ce serait pas arrivé si j’étais partie lors de mon premier vol. Ma copine chilienne quelle était dans la chambre au moment de l’agression, a essayé de se suicider, ils l’ont déportée. Elle avait vu le psy du centre, il lui a dit que si elle avait fait une vraie tentative de suicide elle aurait réussi à se tuer. Ici ils sont tous méchants. On a essayé de saisir le jld pour des raisons extraordinaires. On nous a fait attendre de 10 h à 18h avant de nous dire que le juge pouvait pas s’exprimer sur ces faits. C’est du racisme tout ça. Les médecins, l’infirmière, ils sont juste capables de te donner des médocs et des calmants. La cuisinière est méchante, une fille a renversée son café, elle en a demandé un autre et elle a dit non. Quand on a nos règles, ils nous donnent deux serviettes hygiéniques par jour, qu’est-ce que je dois faire avec deux tampons pour une journée entière ? Je veux juste qu’on me renvoie en Hollande, ils sont plus humains là bas. J’en peux plus de ce pays raciste. Ici les flics, la greffe, tout le monde, ils sont tous ensemble, tous d’accord. À compter du 1er mars ils vont me chercher un vol, mais comment je peux retourner là bas s’ils vont me tuer ? »

« J’ai été arrêtée dans un magasin, ils m’accusent d’avoir volé mais c’est pas vrai. J’étais avec ma mère, elle est diabétique, ils l’ont laissé au centre commercial toute seule et ils m’ont amené au commissariat. J’ai essayé d’expliquer à la police que je pouvais pas rentrer en Tunisie, ils rigolaient, ils disaient « on va lui réserver un vol, il faut lui trouver une hôtesse pour son vol ». Ils m’ont dit «on va te ramener au CRA », je savais pas ce que c’est, j’ai demandé si c’était une prison et ils m’ont dit oui. Je voulais appeler ma mère, j’étais inquiète, ils m’ont dit que j’avais le droit d’appeler personne. Quand j’ai vu le consul il m’a dit « tu fais quoi ici, c’est bizarre », il m’a dit qu’il veut m’aider. Pour le moment je n’ai pas de laissez-passer. J’étais dans la salle télé quand l’homme m’a agressée, j’ai réussi a esquiver le pire mais les flics ont mis une bonne quinzaine de minutes avant de le rattraper. Depuis l’agression, les flics se foutent de ma gueule, ils me disent « T’es grande, pourquoi tu l’as pas tapé ». La juge elle m’a crié dessus, « tu me racontes que du mensonge ». J’ai pas vu de médecin, je l’ai demandé plusieurs fois. Si je vois le médecin il va faire un rapport direct.

On avait un rdv avec le psychologue suite à l’agression le 20 mars (plus d’un mois après l’event) mais ça a été annulé car la plainte a été classée. L’autre jour, j’ai fait une crise de panique, j’arrivais pas à respirer, ma copine a appelé la police, ils m’ont dit « t’as quoi madame t’as quoi madame ». Je vais pas bien. Ici ils nous traitent comme des chiens. La dame, la policière, elle arrête pas de me poser de questions, même sur vous. Parfois je fais comme si je ne parlais pas français, pour pas leur répondre. Le soir ici c’est film de l’horreur, les douches elles marchent toutes seules, les lumières s’allument. Je ne peux pas rester ici. »