« On est comme l’esclavage ici » : enfermement, répression, aller-retour CRA-taule… témoignages de l’intérieur du CRA de Vincennes

Depuis plusieurs mois en profitant de la crise sanitaire, les préfectures font péter le légal de rétention en se servant de la répression des refus de test PCR (nécessaire pour la majorité des expulsions). En janvier deux bâtiments de la prison pour sans papier du Mesnil-Amelot était détruit pendant une révolte de prisonniers qui dénonçaient l’allongement de la rétention. Les aller-retour CRA-Prison-CRA se multiplient depuis quelques mois. Au cra de Vincennes, des prisonniers témoignent de la situation tendu au niveau sanitaire pendant que les pressions policières continuent. Vous pouvez écouter un prisonnier de Vincenne dans l’émission de l’actu des luttes du 19 mars 2021 :
http://actualitedesluttes.info/les-centres-de-retention-6/

Nous relayons ici le témoignage de deux autres prisonniers :

« En ce moment le plus grand problème c’est les fouilles. Aujourd’hui ils ont retourné toutes les chambres du bâtiment collé au notre. Y a trois jours c’était pour nous.

Les gardes-a-vue ça s’enchaînent. Au bout de trois refus de test obligé ils (Les keufs de la PAF) t’envoient dans le commissariat du 12e pour que t’ailles au dépôt. Soit c’est rappel à la loi, soit c’est direct la zonz.

C’est sur qu’ils sont en train de préparer mon test pour l’expulsion et si je le refuse ils vont faire tomber le sursis. Obligé je vais refuser parce que je peux pas rentrer au pays, j’ai des problèmes qui m’attendent là bas. Obligé je vais refuser donc du coup le retour qui a le plus de chance de se faire ça va être à la Santé (La prison).

Sachant que j’ai déjà fait trois mois là bas y a peine un mois pour refus. En janvier 2020 ils m’ont arrêté et mis au CRA. Après ils m’ont envoyé une première fois à la santé puis je suis retourné au CRA. La première fois c’était pour outrage et rebellion puis la deuxieme fois que je suis allé à la santé c’était pour refus de test et ils m’ont collé outrage et rebellion. Et là ça fait plus de 20 jours que je suis de retour au CRA.

J’ai fait des procédures au tribunal pour être libéré mais jsais que de toute façon tôt ou tard je vais finir à la santé. »

« Ici c’est chaud. Le confinement et le couvre feu je comprends même plus. Je me suis fait arrêter en septembre en 2020 j’ai fait 5 mois en prison, et après ils m’ont ramené ici. Ils m’ont tapé et ils ont dit que j’avais pas accepté de coopérer avec eux, que j’avais donné un coup de tête au policier.. Après les juges m’ont jugé et blablabla ils m’ont envoyé pour 8 mois à la santé. Le commis d’office il a rien dit. Au bout de 5 mois ils m’ont ramené au CRA. Ils m’ont donné l’obligation vers le mois de novembre. Quand j’ai fini la prison, ils m’ont ramené direct ici. Ca fait bientôt deux mois ici.

Je suis malade mais quand je vais voir le médecin ils me donnent que le médicament pour dormir en me disant : «Tiens ça va aller mieux ».

Ici c’est pire que la prison. C’est là fois que je tombe ici et je pensais même pas que ça existait un endroit comme ça. C’est la misère. Y a aucun droit. Y a rien. Y a R ici !

L’ASSFAM (l’association de soutien juridique) ils sont là mais ils servent à rien. Même les policiers ils disent qu’ils servent à rien. Ils cherchent que les nouveaux, ils ont besoin de toi pour remplir quelques papiers blablabla et après ça ils font rien.

Là on est complètement perdu. Tous les jours les policiers ils nous fouillent, ils nous tabassent.

On est 6 ou 8 dans la cellule donc y a forcément des matelas par terre et eux ils les retournent.

Le covid il existe pas ici. Le masque qu’on va te donner, tu dois le garder une semaine ou deux. Parce qu’ils notent ton nom quand tu récupères ton masques. Et après tu dois attendre…

C’est compliqué ici.

Ils veulent m’envoyer au pays mais moi j’ai une carte de séjours en Italie, j’y étais depuis 2005. J’avais 14 ans a l’époque. Le pays je connais même pas, j’ai plus de famille là bas.

Ils ont récupéré mon passeport, parce que j’avais un rendez-vous dehors avec l’avocat où je ramenais tout mon dossier pour un titre de séjours. Ils m’ont arrêté sur le trajet.

Ici au CRA l’eau chaude est coupée, tu dois te doucher à l’eau froide. Y a des gens qui se lavent pas pendant plusieurs semaines parce qu’il fait froid dehors.

On est comme l’esclavage ici, on est enfermé comme à l’époque. Enfermé comme les poulets ou je sais pas quoi. Toujours ils viennent nous fouiller et ils nous disent « Fais ca, fais ca ». On est la juste parce qu’on a pas de papiers, c’est tout et pourtant.. »

Au CRA de Vincennes, alors que les cas de Covid-19 explosent, les prisonniers dénoncent l’enfermement et demandent leur libération !

Depuis quelques mois, les prisonnièr.e.s des CRA dénoncent leurs conditions d’enfermement, rendues pires par le Covid-19. Au lieu de libérer, l’État s’acharne à exposer à la maladie, au froid et aux violences habituelles de l’enfermement les prisonnièr.e.s.

Au CRA 1 de Vincennes cette semaine, l’administration a pris la décision d’une mise en quatorzaine du bâtiment 1, en raison de l’explosion de cas positifs au Covid-19 (https://abaslescra.noblogs.org/nouveau-cluster-au-cra-de-vincennes-12-personnes-testees-positives/). À l’entassement des prisonniers dans les cellules et aux conditions sanitaires habituelles dégueulasses – mais qui forcément résonnent différemment en ces temps de maladie – s’ajoutent l’absence totale de gel hydroalcoolique (car ce sont des substances inflammables), le manque de masques et l’incohérence des actes de l’administration . Par exemple, la semaine dernière, les personnes cas contact d’un prisonnier malade ont été réparties dans des cellules déjà remplies !

Continue reading « Au CRA de Vincennes, alors que les cas de Covid-19 explosent, les prisonniers dénoncent l’enfermement et demandent leur libération ! »

Témoignages depuis deux centres de rétention en IDF

Comme d’habitude et encore plus en période de pandémie de Covid19, l’accès au soin en CRA est inexistant, et nous publions ici deux témoignages de prisonniers qui le montrent bien : initialement enfermés tous les deux au CRA du Mesnil Amelot, l’un a été transféré à Plaisir, le « CRA Covid » où sont envoyés tous les testés positifs ; l’autre raconte la mobilisation collective mise en place pour tenter de faire venir les pompiers pour une personne gravement malade. Le test Covid sert visiblement uniquement d’outil de répression : quand des prisonniers refusent de le faire pour échapper à la déportation vers des pays exigeant un test négatif, ils sont envoyés en GAV et prennent parfois du ferme ; par contre quand ils demandent des tests pour des raisons de santé, suite à l’exposition à des cas positifs, on ne leur en donne pas.

Continue reading « Témoignages depuis deux centres de rétention en IDF »