Un prisonnier retrouvé mort au CRA de Bordeaux + grève de la faim !

On republie ici un texte paru sur Toulouse Anticra
Un prisonnier retrouvé mort au CRA de Bordeaux
Ce n'est pas la première fois qu'un retenu crève dans un CRA : à Vincennes par exemple, deux personnes sont mortes en 2019. Ce n’est jamais un accident si quelqu’un.e crève dans ces taules. Le CRA, c’est une boucherie, une machine à tuer. Luttons pour que cette mort ne soit pas oubliée !

Au CRA de Bordeaux qui est situé au sous-sol du commissariat (1), un prisonnier est retrouvé mort dans sa chambre il y a environ un mois. Aucune information ne semble avoir été diffusée sous prétexte que la famille ne souhaite pas que son nom soit révélé.

Des prisonniers sont en grève de la faim depuis 3 jours, voici le témoignage qu’ils souhaitent diffuser:

« Dans la nuit on rigolait ensemble, le mec il est parti pour dormir et le matin on est parti pour le réveiller pour manger, pour le petit déjeuner et lui il s’est pas réveillé. Oui la police est venue avec les pompiers.

Les policiers ont dit on peut pas dire aux journalistes parce que sa famille veut pas donner le nom.

Oui ils savent pourquoi il est mort, ils veulent pas nous dire. Nous on pense parce qu’il voulait pas aller au Maroc, y’a des gens qui veulent le tuer là bas, il avait beaucoup de stress, de médicaments de psychiatrie et tout ça, c’est pour ça qu’il est mort. Oui il a pris des médicaments pour mourir. Pas manger, pas dormir, il était pas bien, beaucoup de stress, pourquoi ils le laissent là ?

Il voulait pas aller au Maroc et les gens de l’État voulaient l’envoyer là-bas.

Il a pris beaucoup de cachets, il s’est suicidé je pense. Il a fait une overdose. Non il a pas dit forcément qu’il voulait se suicider. Il a dit j’espère demain Inch’Allah vous tous libérables les gars. Nous on croyait qu’il parlait pour nous, en fait il parlait pour lui, il savait qu’il allait mourir, il nous a dit ça avant de mourir.

Ici ils ont rien dit, ils s’en foutent, même pas c’est passé au journal, normalement ça passe à la télé et au journal, c’est vrai ou pas ça ?

Nous on fait la grève de la faim depuis 3 jours parce qu’on en a marre, c’est trop dur ici, c’est raciste, si on a besoin de voir un médecin à 8h, ou minuit, on peut pas jusqu’à 11h, y’a pas de médecin, si quelque chose se passe, on a rien.

On demande de passer ici parce que quelqu’un est mort. C’est même pas un centre de rétention ici. C’est trop dur, on dort pas, on mange pas bien, on prend pas bien les médicaments, il y a tous les jours quelque chose qui se passe ici.

Les policiers ils s’en foutent si on mange on mange pas, ça fait 35 jours je dors pas parce que j’ai pas l’injection pour dormir ici, l’injection de Subutex, ils le donnent pas. Le médecin refuse, il donne des cachets que je connais pas, on est mal ! »

(1) « Le centre de rétention administrative est situé au sous-sol du commissariat. Il est confiné, très exigu et les personnes qui y sont enfermées développent très rapidement des troubles psychiques dus aux conditions particulièrement anxiogènes de leur enfermement. Au-delà d’un certain nombre, les personnes se retrouvent très à l’étroit : la cour est très petite… La lumière naturelle est rare : la seule source étant un puits de jour au cœur de la courette grillagée (20m²). L’ensemble du CRA est éclairé aux néons qui restent parfois allumés la nuit…» – (Rapport rétention Cimade 2019)

Refus de soin, violences policières et luttes dans le CRA de Coquelle

Voici le témoignage (publié en retard) d’un prisonnier du CRA de Coquelle, à 10 km de Calais. Il raconte les violences prisonnières dans le centre, le refus de soin, les tensions aggravées par la pandémie. Mais il parle aussi d’une grève de la faim qui a eu lieu la semaine dernière et qui a subi une forte représsion. On n’a pas plus d’infos pour l’instant.

Les prisonniers et les prisonnières dans les CRA continuent à lutter avec détermination tous les jours. Construisons la solidarité à l’extérieur pour en finir avec les CRA !

a bas les cra !

 » Avant j’étais à la prison de Maubeuge, j’ai fait ma peine, j’ai une carte de séjour, un permis de conduire français, une femme, un acte de mariage français, deux enfants ici. Mais quand je suis sorti on m’a emmené au centre de rétention pourtant j’ai des enfants français.

Au TA (tribunal administratif) ils ont annulé mon IRTF (interdiction de retour sur le territoire français) mais pas mon OQTF (obligation de quitter le territoire français), ça sert à quoi. Alors je suis toujours là.

Pourtant avec l’épidémie qu’il y a aujourd’hui, on peut pas nous expulser. Y a plein de gens ici avec moi ils ont fait 3 mois le max et puis ils sont sortis, aujourd’hui les frontières elles sont fermées. On comprend pas qu’est ce qu’on fait la encore. Y a des gens ils les ont ramené pour un simple contrôle d’identité le gars, il était tranquille il a pas de papiers, mais il a un contrat de travail, il a pas de casier. Ils les ont ramené là et les policiers ils leurs font la misère. Un policier il a dit ta gueule à un gars parce qu’il comprend pas le français, il dit ferme ta gueule, c’est grave ta gueule. Il dirait pas ça à un français.
Continuer la lecture de « Refus de soin, violences policières et luttes dans le CRA de Coquelle »

“ICI C’EST GUANTANAMO”. Grève de la faim et refus de retour en cellule maintenant au CRA de Mesnil-Amelot !

Depuis ce matin, 54 personnes sont en grève de la faim au CRA 3 du Mesnil-Amelot. C’est le meme CRA où il y a eu la révolte et l’incendie le 20 janvier dernier, pour lesquels 7 personnes passent en procès vendredi prochain (un rassemblement de soutien aura lieu à cette occasion, plus d’infos ici). En plus de la grève de la faim, plusieurs personnes refusent en ce moment [21h] de rentrer dans les cellules ce soir et sont dans la promenade ! Ils vont essayer de rester à l’extérieur jusqu’à ce que leurs révendications soient prises en compte.

Les prisonniers en lutte dénoncent notamment le doublement du temps de retention comme punition pour les refus de test, mais parlent également de : “Abus de pouvoir de la magistrature, prolongation des délais, non respect de la loi, conditions de vie dégradantes, abus d’autorité”.

Voici quelques bouts de témoignages des prisonniers sur la lutte en cours. Faisons tourner au max !

“Ça fait trois semaines que les gens vont pas bien ici, ils sont deprimés… des maladies irculent, une personne est tombée malade, le corona, ça fait 15 jours qu’il était pas bien et est toujours resté ici, aujourd’hui ils l’ont emmené on sait pas où… L’autre jour un pote a été frappé par les flics…c’est horrible ici”

“Si tu paies l’avocat tu sors, mais ceux qui peuvent pas payer ils sortent pas, crèvent ici pour 90 jours plus le renouvelement. Moi je peux pas payer, je dois donner l’argent à mon fils, il doit manger lui”

“Bonsoir, ici il y a des personnes avec des familles, des enfants et tout, mais le juge dit toujours 30 jours 30 jours [de renouvellement de la retention]… La bouffe est de la merde, rien est respecté ici… Des gens ont des papiers italiens, espagnols, mais eux s’enfoutent… C’est guantanano, c’est pas un centre ! En plus ce serait un centre pour sans papiers, c’est pas une prison… mais c’est pire qu’une prison ici.”

SOLIDARITE AVEC LES PRISONNIERS EN LUTTE

LIBERTE POUR TOUS ET TOUTES, feu aux CRA !