Situation au CRA de Toulouse le 26 avril : 7 nouvelles personnes enfermées en 48 heures et des juges qui valident et prolongent l’enfermement, virus ou pas.

On relaye ici le témoignage d’un retenu au CRA de Toulouse recueilli le 26 avril par les copaines de Toulouse Anti CRA


7 nouvelles personnes sorties de prison ont été enfermées ces 3 derniers jours. Au total, 8 personnes, 2 au secteur E et 6 au secteur D.

L’audience en visio du JLD du samedi 26 avril n’a libéré personne, pas même celui qui est au CRA depuis un mois et qui a subi des violences policières. Ils ne peuvent pas le déporter, les frontières du Portugal sont aussi fermées. Pendant l’audience la préfecture est la plus floue possible sur les frontières et les déportations, vu qu’elles ne peuvent pas avoir lieu. Évidemment le juge n’y voit rien à redire et se fout du danger pour la santé des personnes, sachant que les 7 arrivent toutes de la maison d’arrêt de Seysses, où il y a eu un cas de Covid-19 testé positif le 17 avril. On enferme, on applique la double peine, c’est de toute façon déjà le cas hors période de pandémie, les prisonnier·e·s qui arrivent au bout de leur détention ont droit à une autre prison tenue par les flics de la PAF.

Témoignage d’un prisonnier du CRA de Toulouse qui a voulu se suicider à son arrivée au CRA, après avoir passé 3 mois à la prison de Seysses :

« Je sors de la prison pourquoi on me met ici, encore 28 jours ? Ils m’ont donné 6 mois ferme pour conduite sans permis et j’ai fait 3 mois à Seysses, je sais que j’ai fait une connerie, j’ai payé mais pourquoi je suis là maintenant, j’ai une famille, je suis marié, ma mère est ici aussi, on a une maison, on paye le loyer, j’ai un contrat, un CDI, tout, pourquoi on me met ici ?

Les frontières sont fermées et ils nous gardent ici pourquoi ?

On fait quoi ici ? On peut pas manger à notre faim, pas de visites, pas de cigarettes, on peut rien faire, c’est très sale, c’est trop dur pour nous. Moi j’ai des papiers et je suis ici, y’en a qui ont pas de papiers et qui sortent, je comprends pas comment ça marche…Pourquoi je reste pas dehors jusqu’à à la fin du coronavirus avec ma famille ? ça sert à rien que je reste là. J’ai personne en Roumanie, si je pars là-bas et si je reviens, ils vont encore me mettre en prison !

3 mois et demi que je n’ai pas vu ma famille, je voulais mourir aujourd’hui, je voulais me mettre la corde et mourir,  je l’ai dit à ma famille, je leur ai dit excusez-moi pour tout, je vais mourir…

J’ai attaché le drap à la gorge, 4 policiers sont arrivés, ils ont vu à la caméra, ils m’ont vu à la balustrade…Après je me suis calmé.

Un policier d’ici a parlé avec ma mère, elle est venue au centre pour venir me chercher, les gendarmes l’ont arrêté, ils lui ont mis une amende au rond point, elle n’a pas d’argent, elle est venue à pied, pas de bus qui marchent…

J’ai un peu d’argent sur moi mais je peux pas téléphoner, je peux pas acheter de cigarettes, j’ai un téléphone avec caméra mais ils veulent pas qu’on filme, je peux pas le garder. »

 


Article initialement publié sur Toulouse Anti CRA

Témoignage de Lille-Lesquin et de Toulouse

Les paroles des prisonnieres et prisonniers continuent à sortir des centres de rétention administrative encore ouverts en France.
Vous pouvez continuer à appeler les cabines et à participer à la campagne de mailbombing.
 
Au CRA de Lille, deux batiments ont été rouvert la semaine dernière pour continuer à enfermer d’avantage. Beaucoup de personnes arrivent chaque jour.
 
 
Lille-Lesquin: Zone F, le 05 Avril 2020
Nos droits ca sert à rien.. Y en a ca fait plus de 20 jours qu’ils sont ici. Moi ca fait 15 jours que je suis ici. J’ai des papiers belge, un contrat de travail, un appartement dont je suis propriétaire mais toujours je suis ici.
On est une dizaine et on est tous regroupés ici.
Quand je suis passé en face du juge il m’a demandé les papiers, et le prefet il m’a refusé. J’ai compris, je peux pas aller chez moi en Roumanie. On m’a demandé de rester ici. j’ai fait appel. J’ai compris que les aeroports etaient fermé tous ça. J’ai fait appel. La juge m’a dit pdt l’appel que si j’envoie une preuve de ma résidence en Belgique, demain t’eslibre. J’ai dit: “Ok pas de probleme”, j’ai dit à ma femme et elle à envoyé tous mes papiers.
Ca veut dire je vais attendre encore 28 jours. La ils vont me redemander les papiers et ca va refaire le probleme…
On a parlé tous ensemble. On a fait une grève de la faim mais ca a servit à rien. . On a dit si ca bouge pas a partir de lundi ou de mardi parce qu’y a des personnes qui fument, des personnes qui mangent pas tous les repas (comme moi ce midi). Pour le moment j’ai encore un peu d’argent sur moi, mais quand ca va finir l’argent je fais comment? Les mandats on a pas le droit, et ma femme à aps le droit de venir en parloir (ils sont interdit tout ça.). Si ca bouge pas d’ici lundi ou mardi.
Pour les vêtements c’est pareil. Y a des gens qui ont même pas de famille ici.
On a pas de shampoing, pas de savon. On a rien du tout pour le truc d’hygiene. Ca je parle pas.
On vous tient au courant pour la semaine prochaine.
 
Toulouse, le 07 Avril 2020
 
On devient fou ici, on peut pas rester normal ici, ça rend fou, les gens commencent à parler seuls, pas de visites, pas de cigarettes, le policier a dit qu’on peut recevoir des colis, on a besoin de cigarettes. Je suis enfermé depuis 60 jours, y’a personne ici, on peut pas parler avec la Cimade, à la prison on peut cuisiner dans la chambre, ici ils savent qu’on mange pas, c’est pas halal la viande on la jette, y’en a un qui sort et un qui rentre tout le temps qu’est-ce qu’on fait là ? Je suis en France depuis 2013, la France est restée chez nous 132 ans, je peux pas rester, c’est quoi ça ? “

Témoignage d’un prisonnier enfermé dans le CRA de Toulouse

On reçoit et on publie des témoignage d’un prisonnier du CRA de Toulouse. Dans cette prison pour étranger.e.s, de nouveaux rétenus enfermés arrivent malgré l’épidémie en cours !

Un député (Manuel Bompard) est venu au centre cette semaine. Mais comme d’habitude, en dehors de la communication politique pas de changement. Le JLD est en visio, pas de médecin, pas d’OFII, un infirmier qui est là que pour distrubuer des cachetons, pas de protections…

Aux dernières nouvelles, encore 5 personnes sont enfermées au CRA de Toulouse. Elles ont été réunies dans le secteur D, dont la cabine ne fonctionne plus…

“Je suis stressé, j’arrive pas à dormir, j’ai mal au dos, j’ai peur la police qu’elle ramène quelque chose ici.

Le medecin n’est pas là, j’ai très mal au dos, la tête elle éclate, j’ai demandé doliprane pour la tête, y a pas.

C’est compliqué avec la police. C’est bizarre. Il n’y a rien du tout, ni masques, ni gants, ni gel pour laver les mains, rien du tout.

Les gens viennent de dehors, c’est pas comme nous ici, c’est pas une bonne idée, c’est pas protégé.

On a trois doses de savon, chacun, par semaine. On mange tous les secteurs ensemble, mais chacun a sa table. Mais on est deux par chambre, comme d’habitude.

L’OFII il est plus là , la Cimade ça fait 15 jours qu’il est plus là . A midi l’infirmier vient et il donne les médicaments pour dormir, et après il se barre, après tu le vois plus.

Demain j’aurai une chance de sortir ou pas ? Normalement ils ont pas de droits de me garder moi ici, parce que les frontières elles sont fermées, y a pas d’aéroports, y a pas d’avions, y a rien du tout.

Les juges ils savent rien de ce qu’il se passe ici. Y a pas de tribunal, tout est en visio, même moi j’ai pas pu parler à l’audience.”

Sinon, pour le moment le CRA de Toulouse ne se vide plus du tout et au contraire se remplit jour après jour, avec des arrivées de la maison d’arrêt de Seysses. 9 personnes enfermées hier soir.

01.04.2020

Libération immédiate de tou.te.s les prisonniers-ères !

Virus ou pas : liberté !

A BAS LES CRA ! A BAS LES FRONTIERES !