Grève de la faim et répression au CRA de Vincennes

Depuis samedi dernier, les prisonniers du batiment 2A du CRA de Vincennes sont en lutte : pendant 3 jours, ils ont réfusé de manger à la cantine, ils sont restés soudés et solidaires, mais ont dû faire face à la répression violente de la part des keufs.

Les flics ont tout fait pour faire craquer les gens et casser la lutte : samedi soir, au début de la grève de la faim, les prisonniers sont renfermés dans le batiment et ils sont fouillés dans toutes les chambres ; dimanche, un prisonnier est tabassé par les keufs, qui refusent aussi l’accès à l’infermerie pour les prisonniers malades ; lundi, les prisonniers se font réveiller par des douches incendie, d’autres tabassages ont lieu, les keufs avec les chiens ; mardi, l’eau du batiment est coupée, pas de douches ni rien.

Un prisonnier du batiment 2A raconte des conditions de vie à l’intérieur, et de ces derniers jours de luttes et de répression (à partir de la minute 35) :

CENTRE DE RETENTION

Et voici, le témoignage écrit d’un prisonnier :

On veut juste des conditions de vie normale parce que nous on vit ici c’est trois mois c’est une vraie peine de prison. Une peine mais nous on veut juste sortir, on a des enfants ici. Le CRA c’est invivable surtout à cause de la violence des policiers et aussi parce qu’il essaient de nous faire craquer. Les gens qui sortent d’ici certains deviennent fous.

Ils nous rendent fous. À l’intérieur on les voit devenir fous petit à petit. Il y a quelqu’un la dernière fois ils lui l’ont appelés pour une prise de sang, et quand il est revenu il s’est écroulé en tremblant et tout, on comprend pas si ils essaient de nous tuer parfois.

Il y a un mec qui a le bras cassé à cause de flics qui lui sont tombés dessus. On essaie de l’aider comme on peut mais le soir il crie, il peut pas dormir.

On savait pas que c’était comme ça a France, tant de racisme. Il y a même un policier qui a craqué quand il a réalisé ce qu’il se passait dans le centre. Les policiers c’est tous des stagiaires donc ils font de la merde. Ils essaient de nous faire craquer avec des fouilles tous les jours, des tabassages de gens avec les jambes et les mains scotchées…

Nous on craque ici on a envie de sortir d’ici le plus vite possible.

Samedi soir on a commencé une grève de la faim on était 28 je pense. Les policiers sont venus pour nous foutre la pression on leur a dit que la nourriture c’est immangeable. L’entreprise qui fait la nourriture c’est GEPSA ils donnent pas de sel, pas d’eau, les plats sont immangeables, c’est GEPSA on peut lire sur leurs gilets. On leur a dit aussi il y a pas de porte dans les toilettes et des toilettes sales avec des gens malades partout.

L’infirmerie fait pas sont travail. Ici beaucoup on la gale. Dès que tu viens qui tu dis que t’es malade ils donnent juste des gros calmant, c’est une pharmacie pas une infirmerie. Les infirmières sont super méchantes. Pharmacie : Valium, Rivotril, Subutex, Tramadol… les gens qui prennent ça ont les voit devenir dingues.

Cette nuit là vers 4h ils nous ont arrosés avec les douches incendies. Ils ont arrosé tous le monde, toutes les chambres. Les vêtements, les matelas, les couvertures tout était mouillé. On tremblait on pouvait pas dormir dans ce froid. Au haut-parleur ils ont dit : « si vous mangez pas demain à midi ca va continuer » Ils voulaient nous faire craquer.

Heureusement que certains ont des chambres tellement sales qu’ils dorment dans les couloirs ou dans la salle commune. Eux ils avaient les couvertures sèches. Alors on s’est mis tous dans la même salle pour se réchauffer avec les couvertures sèches et essayer de dormir.

C’était horrible, le lendemain on était plus que 18 en grève de la faim. Ils nous ont notés et après ils sont venus nous taper, juste pour en découdre ?

Le lendemain donc hier, ils ont coupé l’eau. Ça a commencé hier soir certains étaient réveillés, mais nous on s’en est rendu compte que ce matin : d’un coup plus d’eau dans les douches, robinets, toilettes. Tout le monde est paniqué ou énervé. Même la machine pour boire elle est coupée. Quand on demande pourquoi, ils disent : « arrêtez de nous casser les couilles ».

On en a marre on en peut plus des fois on pense au suicide. Même aux USA les prison c’est pas comme ça.

Les CRA existent pour isoler les prisonniers-ères, pour leur faire croire qu’iels sont seul.e.s face aux flics, aux juges, aux avocats, aux associations. La solidarité depuis l’extérieur est une arme, ça permet aux prisonniers-ères de tenir le coup. Soyons solidaires avec les prisonniers du batiment 2A de Vincennes, et tou.te.s les autres. Par exemple, en appellant les cabines du CRA pour montrer notre soutien à la lutte, en faisant des parloirs et des parloirs sauvages… voici toutes les infos.
Numéros des cabines de Vincennes 2A :
01 48 93 69 47
01 48 93 69 62
01 48 93 90 42

PS Dimanche dernier, avant un parloir, des personnes de l’Assemblée contre les CRA ont assisté à une tentative d’évasion à Vincennes. Elles racontent ce qui s’est passé :
Vers 16h30, alors qu’on attend depuis pret de deux heures, une alarme retentit. Des flics se mettent à courrir, nous aussi. Un homme saute par dessus un portail qui l’améne à l’extétieur du CRA (côté batiment 1), traverse la route malheureusement face à lui un parking grillagé. Là une quinzaine de flics arrivant de toute part le rattrape sous nos cris et nos yeux impuissant alors qu’il est suspendu au grillage. Ils le transporteront allongé jusqu’à la voiture qui l’emmenera en garde à vu. Il ne se débatait même plus comme si il avait mis tout le reste de son énergie dans cette tentative d’évasion.

LIBERTE POUR TOU.TE.S
SOLIDARITÉ AVEC LES PRISONNIERS-ÈRES EN LUTTE
A BAS LES CRA !

 

Deuxième communiqué des prisonniers de Oissel en lutte

Rouen-Oissel Centre de Rétention Administrative in France ...

Les prisonniers du CRA de Oissel continuent leur lutte. Après la grève de la faim du 22 janvier (voici le communiqué), quelques journalistes et politiciens se sont rappelés de l’existance de ces prisons pour étrangers-ères. Mais la situation à l’intérieur n’a pas changé beaucoup, et les prisonniers restent mobilisés et déterminés. Force et courage à eux!

Le deuxième communiqué du collectif des prisonniers de Oissel :

Suite à notre mouvement de grève nous avons eu la visite, vendredi 24 janvier, de personnalités comme le député David Cormand qui ont pu constater les conditions dans lesquelles nous vivons.

Aujourd’hui, il y a eu une petite amélioration pour ce qui concerne les repas. Mais nous ne sommes pas dupes. Ce que nous voulons c’est de voir l’ensemble de nos revendications aboutir. Nous denonçons les mauvaises conditions de vie que nous subissons. Ainsi que les méthodes représsives de la police.

La personne retenue qui a été tabssé a été transféré à 5h du matin au CRA de Rennes. Pourquoi donc cette précipitation? Nous souhaitons que ces agissements cessent.

Le collectif des personnes retenues remercie vivement toutes les associations et les personnes de bonne volonté qui nous ont soutenu durant cette grève.

Le collectif

Contre le refus de soin, un prisonnier en grève de la faim depuis 7 jours

Voici le témoignage d’un prisonnier au CRA de Vincennes, en grève de la faim depuis 7 jours (5 au moment du témoignage) pour dénoncer l’enfermement et le refus de soin qu’il subit. Assez de violences policières et médicales ! Organisons le soutien à l’extérieur !
 
Comment ça se passe à l’intérieur ?

Hier soir y a un policier qui traite comme des chiens les gens ici. Quand tu demandes un truc, Assfam ou quelque chose, il te frappe, il te cogne contre la porte.
La bouffe est immangeable, j’ai un problème dans l’estomac, mon estomac est déchiré, j’ai une ulcère et je peux pas manger comme ça. Normalement je me soigne normalement, je me soigne et tout, mais ici ils ne te donnent pas les médicaments mais de calmants. Et ça ne soigne pas, ça devient encore pire et après c’est mort.

C’est pour ça que t’en en grève de la faim ?

Moi je suis en grève parce qu’ils m’ont ramené ici et ils ont dit On va t’expulser en Algérie. Moi j’ai dit d’accord, je suis pas contre, vous allez m’expulser. Mais le juge a dit qu’on me laisse un mois ici. Et moi j’ai dit : Pourquoi ? Il m’a dit tu restes un mois ici. Moi j’ai dit, dans mon dossier y a rien du tout, ni procès ni rien, je vis depuis 5 ans avec une femme… mais sans les papiers. J’ai ramené les preuves des factures etc, les preuves de 5 ans de vie en France. Mais rien, le juge a dit tu restes un mois. Et après un mois, ils te donnent un autre mois. Pourquoi ? Je suis malade et j’ai accepté de partir, pourquoi vous voulez me laisser ici 90 jours ? Pourquoi je perds mon temps ici. Je ne suis pas hors la loi, je travaille tranquillement, je n’ai pas eu de problème avec la police ni rien, juste un problème avec mon passeport, l’ambassade de l’Algérie ne veut pas donner mon passeport.

Et après si tu demandes de t’acheter quelque chose (à l’Ofii) ils te donnent que des cigarettes, t’as pas droit de faire rentrer la bouffe, ils te donnent que du poison. La dernière fois y a un ami qui a ramené de la bouffe et les flics m’ont dit Tu manges ici (en parloir), ça ne peut pas rentrer. Mais moi je peux manger seulement des trucs cuits à la vapeur, ni de viande ni le reste, pourquoi ça ? L’autre fois y a un mec qui avait mal aux dents mais ils lui ont rien filé. Pour ça, je préfère ne pas manger, je préfère mourir tranquillement. Soit vous me renvoyez dans mon pays, soit je sors, vous me libérez.

Ça fait combien de jours que tu manges pas ?

ça fait 5 jours que je ne mange pas. Je demande qu’ils m’achètent de la bouffe mais ils refusent, que des cigarettes, que du poison, et le paquet ça coûte 10 euros. Que des trucs immangeables.

Les médicins sont passés ?

Les médicins, ou infirmiers je sais pas, ils te donnent que le poison, que des cachets de poison.
Ils te donnent que des cachets pour dormir, pour te droguer, tu deviens comme un fou, comme un toxique, comme les accros qui traînent dans le métro. Ils te donnent des trucs qu’après ça se termine comme pour le tunisien qui est mort ici. Moi j’ai dit, je veux descendre (rentrer au bled), dès le premier jour j’ai dit ça, mais vous me laissez pas ici. Ils te disent Non tu restes ici, pour te voir souffrir. C’est ça le problème.

Et tu parlais des flics tout à l’heure…

Hier ils sont rentrés, les flics, et un il provoque tout le temps, hier il en a frappé deux, deux ! Il te prend pour provoquer, dès que tu réponds il te frappe. Hier il a frappé deux qui ont rien fait. Un s’est ouvert dans sa tête, il a des pincements, un avait déjà fait une opération avant et il avait une barre dans sa main et après qu’il a été frappé la barre a bougé et maintenant il peut plus bouger sa main.

Et entre vous, vous arrivez à rester soudés ?

Entre nous, nous on est tranquille. Par exemple, on a pas droit de prendre du café, la machine de café ne marche pas depuis un an, même le Nescafé tu peux pas l’acheter, que de cigarettes et un téléphone. Si tu veux boire un café et t’as pas de visites, tu fais comment ? Du coup par exemple, si une personne me demande de boire du café moi je donne le mien, on fait comme ça, on partage.

Quand quelqu’un est malade, moi je ne demande même pas qu’ils me soignent avec leur argent, mais avec le mien. Quand tu prends quelqu’un qui est un ouvrier, qui travaille, qui n’est pas hors la loi. Quand le juge te laisse dédains encore un mois, qu’est-ce que ce ça signifie ? Ça veut dire quoi ? c’est quoi la loi ? Ça dépend du juge avec qui tu tombes. C’est pas la loi ça, c’est injuste.
C’est à cause de ça que je mange pas.