Nouveaux témoignages de prisonniers de Plaisir et Vincennes

Les voix à l’intérieur des CRA continuent de crier, faisons les sortir !
Vous pouvez communiquer à l’intérieur des CRA, et envoyer vos messages sur ce site. Ne laissons pas les personnes détenues seules !

Nous relayons ici deux témoignages reçu sur notre mail:

22 mars 2020, Paris Vincennes CRA 1 :

On parle avec vous tout les jours, il se passe rien, personne parle de nous. On vient comme des animaux. Tout le monde s’en fou

Y’a des gens qui sont malades, ils vivent avec nous.

Y’a des pigeons mort ici, ils nous ramènent le virus.

Ça fait 3 jours y’en a qui mangent plus, la bouffe elle est périmé. Ils mettent un autre ticket sur les vieux ticket, on enlève le ticket la bouffe est périmé depuis 3 jours. Bizarement pendant 3,4 jours on nous serre la même bouffe. Ils veulent nous tuer.

Tout les jours ils libèrent 10,15 personnes. Nous on est encore 28.

J’ai 58 ans je suis diabétique, je suis malade et ils laissent pas passer l’ambulance.

Ici ont a rien, on ramasse les mégots, ont se transmet les microbes.

On passe la nuit à pleurer ici, y a plus d’avion on fait quoi ici ?

Tout le monde souffre on pleure en larme.

Je connaît même pas mon pays on a la rage.

Il nous manque beaucoup de soutien, voila comment on vit.

22 mars 2020, CRA de Plaisir

On est vraiment dans la merde, on est 3

Ils nous laissent enfermés comme des chiens.

Les policiers ils nous disent faut patienter faut patienter

On est dans la merde, on va se suicider, ils s’en battent les couilles.

Nous ils nous ont pas libéré, on sait même pas pourquoi.

On pète les plombs

On a pas de medecin rien du tout

Je vous jure on va se suicider

Au CRA de Plaisir : violences, humiliations et provocations quotidiennes

Le CRA de Plaisir est une prison pour sans-papiers dans le 78, situé à l’intérieur même d’un commissariat. Fin septembre, les prisonniers avaient lancé une grève de la faim pour lutter contre l’interdiction des visites (les keufs avaient décidé arbitrairement de bloquer les parloirs pour les proches) et le refus de soin d’un prisonnier, qui devait être hospitalisé alors que la police refusait.

Les prisonniers, qui avaient écrit un communiqué sur cette histoire, ont subi une forte représsion : les flics avaient cassé la grève avec la force, en tabassant les gens, en les déportant et en les transferant dans d’autres CRA (des témoignages sonores ici).

Plaisir - Encore un jeune homme arrêté pour fraude à ...

Depuis, c’est toujours la merde. La situation reste très tendue. Il y a deux semaines, une personne a voulu se suicider avec ses draps. Le CRA est presque plein, 24 places prises sur 26. L’accès au soin, c’est du foutage de gueule. Le médecin et les infiermières ne donnent que du doliprane ou du tramadol, mais pas les médicaments que les retenus ont besoin alors meme qu’ils ont les ordonnances.

La nouriture n’est pas hallal et donc pleins de personnes ne peuvent pas manger. Ils apprennent à la dernière minute leur déportation ce qui est une énorme source de stresse pour tout le monde. Les violences des keufs sont quotidiennes, les humiliations et les provocations aussi, ils poussent vraiment les gens au bout dans l’impunité la plus totale, et ils déportent sans cesse. On relaie ici le témoignage d’un prisonnier qui raconte tout ça.

« C’est hard-core »

« Depuis le début ils jouent avec mes nerfs. Je me suis tapé contre le mur et je me suis fracturé le bras. C’était lent pour que l’ambulance vienne, je suis parti à l’hôpital, ils m’ont fait un plâtre. Après 4 jours, javais un rdv avec le chirurgien. »

Il raconte qu’il est descendu comme d’hab pour prendre ses médocs mais c’était un piège tendu par la police car à ce moment là ils lui ont dit qu’il avait un vol caché.

« J’étais choqué, j’ai vomi, j’avais envie de me suicider, j’étais mal mal mal. »

Quand il vomissait, il demandait à avoir un sac, les policiers ont d’abord refusé puis lui ont donné un sac percé.

« A l’aéroport j’ai refusé le vol, du coup je suis retourné au centre, j’étais à bout. Ils m’ont attaché dan une chambre avec mon platre, après une heure ils m’ont relaché. Ils m’ont mit le casque. »

Il avait été provoqué et insulté exprès pour pouvoir l’attacher dans la chambre. A l’isolement, il a été inconscient pendant au moins une heure. Après, les flics l’ont ressorti de la chambre.

« Ils m’ont fait nettoyer de force ce que j’avais vomi dans la voiture »

Emission de radio: témoignage & paroles de prisonniers de Plaisir en lutte ! 26/09/19

On relaye ici le lien d’une émission de radio qui a eu lieu y a une dizaine de jours avec l’actu des luttes. Des copains de Plaisir en profitent pour raconter le quotidien dans ce CRA, comment c’est passé leurs grève de la faim, la répression policière et la collaboration avec les keufs des assos présente en CRA.

Lien ici: https://actualitedesluttes.info/?p=5009

 

Solidarité avec tou.te.s les prisonnièr.e.s !

“Pas de liberté, pas d’égalité, pas de fraternité avec nous”. Communiqué des prisonniers en lutte dans le CRA de Plaisir (78)

“Pas de liberté, pas d’égalité, pas de fraternité avec nous”. Communiqué des prisonniers en lutte dans le CRA de Plaisir

Voici le communiqué des prisonniers en lutte du CRA de Plaisir. Pour rappel, ils sont en grève de la faim depuis vendredi 20 pour protester contre l’interruption des visites, les refus de prise de soins et le comportement des flics.
Samedi soir une équipe de keufs extérieure au centre est rentrée avec des chiens pour casser la grève de la faim, ils ont tabassé et insulté, une personne a été mise en GAV et une autre en cellule d’isolement toute la nuit.
Mais leur lutte continue, soyons solidaires!

 

Ca fait trois jours qu’on fait grève de la faim.

Ici les policiers font plein d’abus, ils abusent trop. Ils traitent les gens comme des chiens.

Ils font les visites comme ils veulent, et des fois ils prennent des gens qui ont rien fait et ils les menottent pour les mettre en cellule d’isolement toute la nuit. Meme avec le médecin c’est compliqué, ils refusent tout. Il y en a un parmi nous qui a le pied déboîté et ils les ramènent meme pas à l’hôpital.

Des fois ils arrêtent les caméras pour taper les gens. Hier soir (samedi 21) à minuit ils ont ramené au moins trente policiers avec les matraques et des gazeuses pour nous faire rentrer de force dans notre chambre.

On a pas le droit de fumer ni traîner dans les couloirs ni regarder la télé après minuit.
Les déjeuners aussi, tous les jours ils nous réveillent à 7h obligé, comme si on était à l’armée.
Les tondeuses et les lames ils refusent de nous passer, les fenetres sont bloquées h24.
Les lits ne sont pas bien, ça fait du bruit toute la nuit, on n’arrive pas à dormir.
Et dans la nuit ils passent toutes les 30 minutes , ça réveille les gens parce que les portes font du bruit. On n’a pas de coussins.

C’est pas normal, franchement l’état du centre est crade, très dégueulasse.
Et souvent quand les policiers arrivent ils nous disent des paroles très racistes.

Et il y a d’autres parmi nous souvent qu’ils les attachent pied à la tete et des casques à la tete, scotch à la bouche et te font montrer dans l’avion comme un coulis de voyage.

Et l’accusation aussi, quand on leur donne nos dossiers ils envoient pas tout au juge ni à nos avocats. ça aussi c’est pas normal.

Il y a de gens aussi qui viennent au centre, passé un jour ils voient meme pas le juge et ils sont libérés, alors que d’autres n’ont meme pas le droit de passer devant le juge administratif et c’est pas normal aussi.

Pas de liberté, pas d’égalité, pas de fraternité avec nous. C’est la vérité

 

Les prisonniers du cra du Plaisir le 22/09/2019.

Grève de la faim en cours à la prison pour sans papier du Plaisir (78)!

Depuis le vendredi 20 septembre, tous les prisonniers de la prison pour étrangers de Plaisir dans le 78 sont en grève de la faim pour protester contre l’interruption arbitraire des visites et des soins.

Plus d’infos dès qu’on en a.

Dans le même temps une grève de la faim a aussi éclaté face aux mépris et la violence des keufs au CRA de Palaiseau: communiqué à trouver ici.

Force et solidarité avec tou.te.s les prisonnièr.e.s !

Pour rappel: RENDEZ VOUS TOUS LES MERCREDI a 18h pour une assemblée en solidarité avec les luttes dans les prisons pour sans papier au CICP (21 ter rue Voltaire, métro rue des boulets ligne 9)

Tentative d’évasion et évasion à Plaisir et au Mesnil-Amelot !

Quelques nouvelles du Plaisir et du Mesnil-Amelot, et pour une fois même une bonne nouvelle !

Mardi 6 août, Mesnil-Amelot. Un prisonnier est transféré vers l’aéroport pour être déporté. A l’arrivé, pendant le transfert des affaires, une porte mal fermée et.. une personne de plus qui est libre !

De ce qu’on sait, aujourd’hui, 5 jours plus tard il est toujours libre. Beaucoup de force à lui !

Puis le vendredi 08 août au Plaisir, 3 prisonniers ont essayé de s’évader tard dans la nuit. Malheuresement les keufs les ont rattrapé, et un d’eux à été transferé immédiatement dans une prison pour sans papier.

Force à tou.te.s les évadé.e.s !

Pour rappel la lutte s’organise toujours à l’extérieur. Prochaine assemblée de lutte en IDF  le 11 septembre à 18h au CICP. 21 ter Rue Voltaire, métro rue des bolets sur la ligne 9.

 

 

 

Des coups de fils de Vincennes, du Mesnil et de Plaisir du 20 au 27 janvier 2019 !

Ces derniers temps, des copains appellent et veulent qu’on relaye. Alors on s’y met :

Mesnil Amelot 2 le 20.01.2019

Ici c’est très très dur. La nourriture c’est pas ça. On a fait la grève de la faim a tout le monde parce que por moi le problème c’est que c’est pas facile de pas manger.
Les keufs ont mon passeport. Mais j’ai refusé le premier avion le 11 janvier.
La prefecture elle fait qu’ici c’est chacun son histoire. On nous présente devant le jge mais c’est le préfet qui décide en vrai.

Un autre copain prends le téléphone:

Les policiers qui m’ont interpellé m’ont dit qu’y avait eu rebellion. Le flic il était en civil, et au début du contrôle il m’a étranglé. Normal je me defends, non? En plus on voyait pas son brassard au début.
J’suis mineur et on me considère comme majeur et ça c’est un problème.
Les avocats ils nous parlent 10 minutes avant l’aiduese et après c’est limite si ils parlent pas a l’audience. Genre le mien a dit deux phrases a la barre et après il a rigolé avec la préfecture et le juge..
Le vrai problème ici c’est les vols cachés. Comment tu peux te préparer sinon? On fait comment ? On rentre au pays avec des affaires sales. C’est normal ça?

Plaisir le 25.01.2019

Hier soir, j’ai eu un caillou au rein et je suis a aller à l’hôpital. Direct après au retour c’est au mitard en bas. Direct alors que j’ai rien fait.. De 2h du matin a 14h aujourd’hui ils m’ont mis au mitard. Ici c’est de l’esclave.. c’est même pire.
Depuis la prison on m’a amené ici.. On est 20 au plus, c’est un p’tit centre. J’ai fait 2 ans de prisons.. Ils auraient du m’expulser direct mais ils ont R sur moi. Ni passeport et tout. J’ai dit au juge que même le consulat avait rien dit. Du coup si je suis pas reconnu il s’passe quoi?

Vincennes le 25.01.2019 au BAT 2B.

C’était cool que ce soir y ait eu des gens de cra a la radio. J’ai écouté.Partout c’est la merde. Mais ici aussi il s’est passé des trucs de fou.. Faut le dire. C’est important. Hier les flics ont ramené un gars sur son lit inconscient. On a crié pour qu’il soit amener a l’hôpital. Ils nous ont dit ” tranquille, il va aller mieux c’est rien”. Le gars il a même pas vu un médecin mais une infirmière ! D’où elle sait ? La police elle m’a dit :” T’es médecin? Non alors pourquoi tu parles?”.
J’crois y a pas besoin d’être médecin pour voir quand quelqu’un va mal.
Ici c’est ouf ce qu’il se passe.
Y a un gars ils l’ont renvoyé chez lui avec un faux laisser passer ! Comment on fait si ils font ça? J’ai eu mon premier vol l’autre jours. J’arrive a l’aéroport et là ont me renvoit direct au CRA. Parce qu’y avait pas de laisser passer .. Ca se voyait les keufs de la PAF ils avaient la rage.. Ils m’ont ramené au CRA. Mais pourquoi ils font ça? Ils savent très bien quand ils m’envoient la bas ce qui se passe. C’est pour te torturer l’esprit. Je leur ai dit que ça se devait pas être considéré comme un refus de vol parce que c’est leurs fautes.
Mais ici c’est un truc de ouf. Tous les jours il se passe des trucs”

 

Le 27.01.2019. Vincennes BAT 2A, la grève de la faim a commencé depuis hier soir. Elle est suvie par une quinzaine de personnes.

Non moi je ne suis pas en grève de la faim.Demain c’est mon 44e jours. Et j’ai mon vol le matin a 6h. Tu peux me dire la compagnie?
J’ai fait les dernières fois mais la c’est chaud. Si t’es pas habitué a tous ces trucs c’est pas facile.
Tu dors mal, tu manges pas beaucoup. Mais ça va aller.

Vincennes le 27.01. 2019 BAT 2B:

Y a pas de solutions. Comme d’hab.. On attend toute la journée. Si t’as de la chance tu sors, sinon… Des fois ils oublient les piqures pour les diabétiques, même les docteurs disent qe c’est n’importe quoi et qu’il devrait être dehors.
J’dois faire quelque chose de mal ou quoi? Faut que je rentre dans les télévisions?
Les flics comme d’hab.. Y a un groupe ici surtout lui il est spécial. Je ne sais pas comment, il frappe les gens tout le temps.. Le premier ils m’ont frapper.
Une fois, ils m’ont dit vient la t’es convoqué, et la je tombe sur le groupe la dont je parle. Ils me disent tu donnes tes empreintes. Je dis non même pas en GAV je les avais pas données.. J’ai aps donné c’est mort. Ils peuvent taper. Je lui ai dit au juge.

Des nouvelles du Plaisir: communiqué de l’intérieur du 27/01/2019 !

La parole continue de sortir des centres de rétentions.

On relaye le communiqué de copains enfermés au Plaisir:

Ici nous on vit mal. Même la nourriture n’est pas bonne. Ils profitent de leur force de policiers, ils nous traitent mal. Ici il y a des gens qui sont malades, ils n’ont rien fait pour eux, ils n’ont même pas appelé le psy ou le psychiatre alors qu’ils ne dorment pas la nuit. Pour certains c’est leur première prison ici, y’en a qui se sont fait arrêter sur un contrôle d’identité, d’autres parce qu’ils sortent de prison. Ils ont rien fait ici pour nous, ils nous ont maltraité. C’est très sale, le nettoyage il est pas bien fait.

On sait pas.

On est dans la merde, ils nous traitent mal, déjà, pourquoi on est là ? Parce qu’on a pas de papiers ? Y’en a, c’est la première fois qu’ils attrapent . Y’a ceux pour qui on déclare les heures de vol, y’a ceux qu’on vient chercher à 4h du matin. Y’en a un, ils l’ont pris à l’aéroport, ils l’on scotché direct, maintenant il est tombé malade. Ils l’ont amené à l’hopital hier, et après, mitard. Y’a deux jours, il a vomi partout, même pas ils nettoient, y’a encore le vomi deux jours après. Franchement si tout ça c’est pas du racisme, on, sait pas ce que c’est . En fait si, c’est du racisme.

Les gens d’ici, ils les prennent pour des cons, ici c’est pas un centre, c’est une garde à vue, on est dans un grand poste de police, et à l’interieur, y’a le centre. La vie ici c’est comme une GAV classique, il y a tellement de trucs qui se passent à l’interieur, il faut vraiment que notre voix elle sorte, en même temps, y’a rien de special, c’est toujours la merde. Ils te punissent avec la bouffe, ils te punissent avec la torture mentale, ils te punissent avec leur hypocrisie. Ils font genre ils sont humains, mais ils sont contents que ça se passe. Ca ne peut que s’empirer, ça ne peut pas aller mieux. Le petit dejeuner ici, c’est de 7h à 7h30, à 7h31, y a plus de petit dejeuner. On dirait que c’est une grève de la faim forcée. Les gens ils attendent la gamelle toute la journée.

Y’a un gars, le 27/01 c’était son 45e jours, à 15h15, il était libre, mais à 11h15, ils l’ont deporté. Le copain dont on parle, l’interphone l’a convoqué à l’infirmerie, là y’a trois personnes qui l’attendaient, ils lui ont mis trois ceintures, une pour les mains, une pour les pieds, une autre autour de la taille. Ils l’ont tapé dans la voiture et ils lui ont dit “sale arabe, rentre chez toi”. ici y en a ils ont fait plus de 24 mois de prison et ils les ont ramené ici. C’est leurs politiques de batards.

Même on s’est embrouillé avec eux aujourd’hui parce que la promenade elle est trop sale. Faudrait au moins laver une fois par semaine. C’est grave. On leurs a dit même une fois par mois. Ils ont dit non ils ont rigolé. Ils nous parlent de façon minable.

Comme on dit, la police elle est partout, la justice elle est nullepart. Force à tous les potos de vincennes et d’ailleurs, tout ça va pas durer !

Des prisonniers du centre de rétention de Plaisir, en ile de France