Emission contre les centres de rétention du 28.12.18 !

Comme tous les 4e vendredi du mois sur l’émission l’Envolée (106.3, rediffusion le mardi matin 8h): on parle centre de rétention et lutte a l’intérieur.

La prochaine c’est le 25 janvier, y aura un premier bilan de la lutte en cours dans les CRA.

Le résumé de l’émission:

      • Lecture : communiqué de prisonnier.e.s du centre de rétention de Vincennes du 14/12, réclamant la libération de tou.te.s les prisonnier.e.s et un véritable accès aux soins en attendant ; communiqué de prisonniers de Vincennes datant de de début 2008 revendiquant lui aussi le respect des humains et l’accès aux soins
      • Discussion : sur la double peine et la pénalisation des actes de résistances à l’intérieur des CRA
      • Brèves : histoires de Mesnil Amelot et de VIncennes
      • Appel : Mohammed, enfermé à Vincennes
      • Rappel : le numéro pour les proches et/ou les enfermé.e.s : 0755966880
      • le site : abaslescra.noblogs.org

ÉMISSION DU 28 DÉCEMBRE 2018

Un coup de fils a Vincennes en janvier

Comme souvent, on appelle des copains enfermés et le téléphone tourne. Certains veulent faire sortir leurs histoire.. on relaye.

R.: J’sais mes enfants, ils dorment par terre. C’est moi qui m’occupait des enfants, qui allait au réu a l’école. Quand maman travaillait c’est moi qui m’occupait des enfants..

Y en a qui vont fumer des clopes mais moi je peux pas.. je regarde les photos de mes enfants.

La juge elle s’en foutait de mon histoire. Demain ils me ramènent a l’hôpital, mais je sais pas lequel.

Hier on a appelé les pompiers deux fois. Même pas ils ont voulu les laisser rentrer. Ils m’ont fait des scanners mais même pas ils m’ont donnés des médocs. Si demain lls m’enlèvent pas ce que j’ai dans le ventre. je faisl pour qu’on un truc de dingue pour qu’ils me ramènent à nouveau l’hôpital pour qu’on me soigne.

Ca fait 7 jours que je suis en grève de la faim. Juste je fume des clopes et je bois de l’eau. Il y a un autre gars avec moi qu’est en grève de la faim.

Un autre gars:  On m’a laissé par terre de 22h a 4h du matin.. Sans appeler les pompiers après m’avoir fermé la porte sur le pied.

Ici y a toujours des violences policières dans ce bloc. Demain j’ai mon vol et c’est mon 23e jours..

Aujourd’hui les nouveaux arrivés qui sont passé chez l’ASSFAM, l’asso leurs a dit de faire venir déposer leurs passeport. C’est un truc de malade… Heureusement qu’ils comprennent direct qu’ils sont pas normal et qu’ils pas de leurs côtés. C’est ouf !

 

 

Solidarité avec tou.te.s les enfermé.e.s !

Lettre d’un prisonnier du Mesnil en lutte !

On reproduit ici une lettre sortie de Mesnil, traduite de l’arabe. Solidarité avec tous les prisonniers !

 

L’oiseau blessé

Ils m’ont attrapé en plein milieu d’un bus.

J’aurai aimé qu’ils me tabasse avec un baton, mais plutôt ils m’ont mis a poil sans chaussure. Et le plus dure dans tous ça c’est qu’ils ont fait tout ça avec le sourire et au nom de la liberté et de l’égalité française.

Ils m’ont torturé psychologiquement et pire physiqement pour un seul crime: celui d’avoir mis les pieds en France (ceci a été dit par les policiers).

Ils m’ont mis dans un cercle fermé d’une administration à une autre, au nom de la démocrati française.

Ici on te torture, et on t’aide au plus tôt te suicider. Un coup de pouce pour cesser de rêver !

Tu dors dans des cellules qui puent, et des les toilettes c’est a côté du lit. Enfin derrière une dalle en béton.

Ici tu es comme un criminel de guerre ou un terroriste.

Y a pas assez de stylo et de feuilles pour décrire ce qui se passe et même pas un livre pour passer le temps et oublier ce qui se passe autour de moi.

Alors si on commence a parlé de l’infirmerie, quelque soit ton état y a que des doliprannes.
Et toutes les nuits ils utilisent les hauts-parleurs , du coup y a pas de repas. C’est comme pour la bouffe et les sanitaire.

“A l’état français: arrête cette mascarade!”

R, un prisonnier en lutte du Mesnil le 15/01/2019

 

Communiqué du CRA3 de Mesnil Amelot

Aujourd’hui 18 janvier, un groupe de retenus du centre de rétention de Mesnil Amelot (au CRA3) ont décidé d’écrire un communiqué dénonçant la situation qu’ils vivent. On le relaye ici.

 

On est des retenus du CRA 3 de Mesnil Amelot. Et on veut dénoncer ce qu’il se passe.

On t’attache comme un animal ici quand on te renvoi.
Par rapport au centre y a trop de problème : les toilettes, la nourriture, les douches…
Mais le plus important c’est les vols cachés.

On demande de pouvoir vraiment deposer l’asile quand on le souhaite.

Rien ne va ici.
Tous les cas sont différents mais pour tous c’est le problème : la préfecture.
Les policiers nous maltraitent ici. Y’a pas de vrais médecins quand t’es vraiment malade, c’est des dolipranne qu’on te donne. Quand t’es malade, on peut t’arrêter quand tu vas à l’hôpital, et après tu es entre leurs mains. Et ici on te donne un dolipranne.
On se fait attraper partout : en allant à l’hôpital, en partant de chez soi, dans les transports.
On demande que le respect et la liberté !
On demande aussi au préfet de dire à ses policiers de bien se tenir.
Les vols cachés ici, c’est un vrai problème : on t’attache, parfois on te casque.
La vie qu’on vit ici n’est pas possible.
On demande la fin de la procédure Dublin, des procédures accélérées, la fin des assignations à résidences.
La nourriture est limite perimée quand on te la file. La bouffe date de 5 jours et il la réchauffe au micro onde. Y’en a plein ici qui n’arrivent même pas à manger.
Faut arrêter de nous parler du pays des droits de l’homme, c’est la France qui a colonisé chez nous. Les français qui vivent chez nous, ne finissent pas en centres de rétention.

C’est au niveau de l’État, du juge et des procs qu’on veut nous renvoyer. Ils s’en foutent de nous. Ils nous ramènent direct ici et on oublie ton histoire.
Les avocats commis d’office ne font pas leur boulot. Les juges te disent juste “prolongé”!
Le juge est toujours du côté du préfet.

On demande:
– Un VRAI accès aux soins
– La fin de la procédure dublin et des procédures accélérées
– La fin des vols cachés
– De la bonne nourriture
– La fin des assignations à résidence – La liberté pour tous

On appelle tous les retenus en CRA a lutter comme c’est possible et a un maximum de solidarité a l’extérieur !

Des retenus du CRA 3

Appel à un rassemblement en soutien aux prisonniers en lutte du cra de Vincennes lundi 21 a 19h!

APPEL A SE RASSEMBLER EN SOUTIEN AUX PRISONNIERS EN LUTTE DU CENTRE DE RETENTION DE VINCENNES LE 21 JANVIER a 19h ! RENDEZ VOUS AU RER JOINVILLE LE PONT ! Soutien a TOUS les prisonniers ! A bas les cra !

Le 3 janvier a commencé une grève de la faim collective au centre de rétention de Vincennes, dans le bâtiment 2A, juste après une autre lutte dans le bâtiment 2B face aux violences policières et aux pratiques des déportations cachées.

Dans les premiers jours, certains groupes à l’intérieur essayent de mettre en place des moyens collectifs de résister aux déportations. En restant tout ensemble, jusqu’à tôt le matin dans le couloir, pour empêcher que les keufs puissent prendre facilement l’un des leurs.

Le 7 janvier, après 4 jours de grève de la faim a l’intérieur, un cortège d’une soixantaine de personnes ont crié leurs solidarités de l’extérieur. Au même moment, dans ces deux bâtiments des prisonniers manifestaient contre la violence des keufs et pour la libération tout de suite de tout le monde !

Entre le 8 janvier et le 11 c’est le CRA2 du Mesnil Amelot et le CRA pour homme de Oissel qui se mettent eux aussi en lutte.

On relaye aussi quelques mots d’appels de l’intérieur du bâtiment A2 :

 

La grève de la faim et la solidarité a l’extérieur ça a changé plein de petites choses. On sait pas combien de temps ça va durer c’est sur. En ce moment la police est moins violente, moins méchante.
Mais le problème principal reste le même : qu’on puisse nous déporter.
Il faut laisser les gens vivre tranquille !
Et on voulait dire qu’il n’y avait pas que la France comme problème, il y a aussi tous nos pays qui taffent avec eux ! On a besoin de plus de solidarité a l’extérieur !

Dans la semaine du 14 les grève de la faim ont peu à peu cessé. Si la pratique de la lutte de la faim a posés ces limites a l’intérieur, les copains enfermés veulent continuer a résister et a lutter pour empêcher ces déportations.

Parce que la solidarité a l’extérieur doit continuer, parce qu’il est temps pour qu’un vrai relais et soutien se fassent dehors :

RENDEZ VOUS LE LUNDI 21 JANVIER A 19H AU RER JOINVILLE LE PONT, sur le RER A direction Boissy St léger, sortie 1.

Les prisonniers des différents centre de rétention ont fait sortit des communiqués au début de leurs luttes :

Vincennes : https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/01/03/nouveau-communique-a-la-prison-pour-etrangers-de-vincennes/

Mesnil CRA2 : https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/01/09/communique-du-cra-2-de-mesnil-amelot-la-lutte-setend-dans-les-centre-de-retentions/

Oissel : https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/01/12/communique-des-prisonniers-en-lutte-de-oissel-rouen/

Rendez vous mercredi à 18h a l’Echarde, 19 rue Garibaldi métro Robespierre (ligne 9) à Montreuil. Pour continuer a organiser la solidarité de dehors !

Récit de l’extérieur de la manif contre le centre de rétention de Vincennes, en soutien aux copains en lutte a l’intérieur !

Solidaires contre les frontières : rassemblement en soutien aux retenu.e.s qui s’organisent pour empêcher les expulsions.

On relaye un récit de l’extérieur de la manif qui nous a été envoyé peu après le rassemblement.

Pour rappel :

https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/01/09/recits-de-la-manif-du-lundi-7-01-en-soutien-aux-grevistes-de-la-faim-a-vincennes-dedans-dehors/

Depuis le 3 janvier plus de 25 personnes retenu.e.s au CRA de Vincennes sont en lutte pour la libération de [“tout le monde, tout de suite”->https://paris-luttes.info/greve-de-la-faim-en-cours-au-cra]. En grève de la faim, ils occupent le couloir du bâtiment 2A afin d’empêcherles expulsions prévues le matin. En effet, illes se révoltent contre les violences répétées que subissent les personnes lors de leur expulsion : menottage, baillonage de leur bouche au scotch, entrave des pieds,utilisation de psychotropes et coups portés par les flics de la PAF.

Une soixantaine de personnes se sont donc rassemblées le lundi 7 janvier à 18h, au RER de Joinville-le-Pont pour aller exprimer leur solidaritéavec les retenu.e.s en lutte.
Une banderole est déployée : “Nous danserons sur les cendres de
retention ! ” Des slogans sont gueulés sur la route du centre, tandis que nous bloquons la voie : “Pierre par pierre, mur par mur, nous détruirons les centres de rétention ! Des papiers pour tou.te.s ou plus de papiers du tout ! De l’air, de l’air, brûlons les frontières !
Liberté pour tou.te.s avec ou sans papiers ! Huriya ! ”

Arrivé.e.s près du centre de rétention, nous percevons les cris des
retenu.e.s du bâtiment 2 qui résonnent en réponse. Alors que nous le longeons pour accéder jusqu’à l’entrée , une compagnie de CRS et quelques flics de la brigade cynophile nous attendent embusqués sur le talus. C’est alors que l’un deux se vautre magistralement dans les ronces.

Nous rebroussons chemin pour revenir là où les retenu.e.s avec qui nous sommes en lien nous entendent le mieux. Nous crions et bloquons la route. Au bout de quelques minutes les flics veulent nous faire regagner le trottoir. Dans la confusion, ils tentent une percée à coups de matraques et de gel lacrymogène. L’utilisation d’une torche aveuglante renforce le caractère chaotique de la scène et entraine une perte de repères. Une personne est blessée, arrêtée et conduite en garde à vue.
D’autres sont également frappé.e.s, au crâne notamment.

Le cortège est scindé en deux jusqu’a bonne distance du centre, puis se reforme.
Après quelques minutes de discussions, nous décidons d’aller débriefer pour préparer la suite, notamment la solidarité avec la personne arretée. Celle-ci est sortie après 24h de garde à vue et un déferrement au dépot avant d’être convoquée pour un procès le 24 juin.

Les retenu.e.s du CRA de Vincennes sont toujours en lutte. Et le
mouvement s’amplifie : d’autres enfermé.e.s au Mesnil-Amelot et à
Oissel-Rouen les ont rejoint->https://paris-luttes.info/communique-du-cra-2-de-mesnil-11454.
Soyons nombreux-ses à exprimer notre solidarité !

Jusqu’à danser sur les dernières cendres de retention et de prisons…

Actu des luttes du 11 janvier: Paroles des prisonniers en lutte a Mesnil et a Rouen !

Un moment de direct a la radio: une semaine après le début de la grève de la faim au centre de rétention de Vincennes, 4 jours après le début de la lutte a Mesnil et le lendemain de la lutte au centre de Oissel.

Résumé de l’émission:

Depuis le 3 janvier, une grève de la faim collective a éclaté au bâtiment A2 du centre de rétention de Vincennes. Le soir même un communiqué sortait, pour appeler a la solidarité dehors.

Dans la suite de l’émission , nous reviendrons sur ce mouvement dans les centres de rétention et a cet effet , nous diffuserons un témoignage d’un prisonnier du centre du Mesnil-Amelot et nous aurons par téléphone des personnes détenues au centre de rétention de Oissel près de Rouen.

LES CENTRES DE RÉTENTION EN LUTTE

LES CENTRES DE RÉTENTION EN LUTTE

Des nouvelles revendications au centre de rétention de Oissel !

A Oissel la lutte continue malgré la répression !

Le 12 janvier, de nouvelles revendications simples et claires ont été posée par les prisonniers en lutte. Nous relayons ici :

Nos revendications:

– Nous demandons la fermeture du CRA de Oissel parce que les conditions de détention y sont horrible

-Nous demandons que les policiers cessent de nous traiter comme des animaux

-Nous réclamons des repas corrects

-Le centre est sale: nous réclamons la proprété.

-Nous demandons que les personnes malades psychiatriques ne soient pas placées ici mais soient envoyées dans des lieux de soins

-Nous réclamons que les retenus qui ont la gale soient soignés au lieu de contaminer tout le monde.

-Nous demandons l’arrêt des fouilles intégrales

-Nous réclamons le respect de notre intimité durant les visites

-Nous réclamons le respect de la part des policiers

Nous allons porter plainte.

Les retenus de Oissel en grève de la faim, le 12 janvier 2019

 

 

Appel à soutien pour les prisonniers en lutte dans les centre de rétention ! Nous contacter: anticra@riseup.net

A bas les cra !

 

(Pour rappel: https://actualitedesluttes.info/?p=4012, des prisonniers de Oissel ont appelé en direct pour raconter leurs lutte et la répression).

 

Des nouvelles du Mesnil en lutte, une histoire parmi d’autre

Coups de fil du jeudi 11 janvier 2019, des copains veulent faire sortir des histoires. Alors on relaye.

D’abord je voudrai parler d’un gars qu’est devant moi.

Mon pote il est malade, il est cardiaque. Toute sa famille est en france, son seul problème c’est celui des papiers. Et ca c’est la préfecture qui lui refuse année après année.

Aujourd’hui il a demandé à aller à l’hôpital ils l’ont emmené, escorté et menotté. Ils se sont mis devant la porte de l’hôpital George Pompidou (Meaux). Comme un vrai terroriste. Même le médecin de l’hôpital, D., s’est plaint du traitement des policiers.

Ici, l’infirmerie elle donne juste des dolipranes, ou des trucs psy. Si il rate le rdv de 14h avec son fils, le gars en face de moi il a pas son traitement.

En plus le gars vient de me dire qu’on lui donne pas ses medocs, on lui donne pas les medocs prescrits par le docteur. On lui donne d’autres medocs. Il lui donne des génériques moins chers.

A cause des médicaments qu’ils lui ont donnés il a eu des problèmes. Mais du coup tous les jours son fils lui fait la visite et lui ramène des medocs mais l’infirmiere lui donne pas..

Puis pour parler de l’intérieur : ca fait deux jours que les toilettes sont bouchées. Quand je me suis plaint à la Police, on m’a dit « demande à tes amis d’arrêter de boucher les toilettes ». Les cellules sont crades, le ménage est pas fait tous les jours (une fois par semaine dans les chambres, couloirs tous les jours). La douche c’est dégueulasse.

Même la bouffe pour chien est meilleure que nous ce qu’on bouffe.

Au centre de rétention,même on a pas le droit de ramener de la bouffe dans les visites, on peut pas cantiner a l’offi, on peut pas acheter du shampoing. Si tu t’es pas fait arrêter avec du shampoing bah t’es dans la merde. Ici le shampoing du CRA il sert a rien. Même mon chien je le lave pas avec.

Nos vetements ils les lavent avec de l’eau. On les met à la laverie tous ensemble. Donc si un de nous a la gale.. on l’aura tous. Parce que quand nos vetements ils nous les rendent ils sentent toujours mauvais.

L’offi ils sont toujours en retard et ca finit toujours plus tôt que c’est annoncer -16h au lieu de 18h30.

Pour la cantine : normalement c’est à 7h, mais ca à jamais commencé a 7h pile y a toujours 10 ou 20m de retard. Mais 7H30 ensuite si t’as 5m de retard, on te dit là “c’est chaud ca va fermer, aller presse-toi et la prochaine fois tu viens à l’heure !”.

Une fois le gars en face de moi il a demandé un verre d’eau pour prendre ses medocs, on lui a refusé.

Une fois, mon co il a commenca a pleuré tellement il a mal (crise de foie). Il voulait pas l’emmener à l’hôpital. Après le départ des infirmiers, on a du appeler les pompiers. Les pompiers au début voulaient pas trop venir ils ont proposé aux keufs de l’amener à l’hopital.

Avant de pouvoir partir il à du gueuler, taper au mur etc.. faire tout un film pour qu’il parte.

Et en plus, si on avait pas appelé les pompiers il serait jamais parti. Après, ils ont cherché à savoir qui avait appelé les pompiers.

“Qui a appelé ? Qui a appelé ?” On leur a dit personne, juste y a un malade, faut l’amener.

Moi j’avais une tubeuse, je l’ai ramené avec moi dès mon arrestation. Après la fouille, on m’a autorisé à la prendre avec moi. Après y a eu une fouille y a une semaine où ils ont tout retourné, tout démonté. Et là on me dit c’est interdit la tubeuse. D’où tu changes la loi en 3 semaines ?

Les policiers ” ils disent ouai ca pue ca pue”.

Ils lavent pas nos vetements leurs savons sert a R et apres ils disent on pue ?

Avant la grève de la faim ils fermaient la porte a 20h. Maintenant ils re-respectent la règle. Mardi soir on a manifesté et depuis c’est à nouveau 22H comme quand je suis arrivé.

Aujourd’hui ils ont ramener une meuf avec son fils de 3 mois… et son fils est malade.. ils l’ont mis en centre de rétention..Aujourd’hui je l’ai vu dans le couloir j’ai eu le coeur brisé. Je l’ai vu dans le couloir j’ai joué avec le petit..Qu’est ce qu’elle a fait ? Elle est pas humaine ? Elle est pas née en France c’est tout.Ils mettent un petit de trois mois en prison. Il va devenir quoi ? C’est sûr pas président..

Y a des choses qui font mal…

Ici, il font des vols cachés… ils attachent comme des chiens… ils scotchent.. j’ai vu des trucs ca choque. Je connais un gars, le 45e jour ils l’ont amené de force.. cagoulé, casqué scotché de la tête au pied…

Le copain il est grave malade… il peut pas prendre ses medocs au bled.En plus ils l’ont amené de manière illégale. Normalement il a fait sa demande d’asile pour annuler le dernier vol, normalement ils doivent attendre.. la ils ont pas attendu la réponse ils l’ont emmene quand meme.

Sans parler bien sûr des flics, c’est pas tous, qui essayent de nous provoquer. Toujours. Tous les jours. Y en a des sympa mais y a des groupes. Ils te mettent une etoile sur ton nom. Genre dangereux à surveiller, genre comme si t’as une fiche S. Et ca ils les emmènent de force.

Le gars en face de moi, ils l’ont ammené au juge menoté.. il a parler au juge menoté. C’est un père de famille.. sa fille est comptable mais ici ils s’en foutent, genre il est extrêmement dangereux.

Y a aucune activité, t’as le droit à rien. Il te donne une nourriture, elle est pourrie. Et t’as pas le droit de faire sortir la nourriture. Tout reste à la cantine. Si t’as besoin de quelques chose va l’acheter mais ici tu peux rien faire rentrer.

Les infirmieres là je leur ai dit j’ai plus de lunettes elle me dit “tu peux prendre un rdv d’ici un mois,un mois et demi”Je portais mes lentilles quand je me suis fait arrêté.. forcément je les ais pas récupéré elles sont a l’hotel..

Aujourd’hui ils nous ont ramené de la purée sec.. on l’a jeté. Tu sais qu’y a plein de religions.. Nous on jette on mange rien on mange que des salades. Un plateau par personne, t’as pas le droit d’ajouter quoique ce soit. 2 petits pains.. Juste on te garde vivant..

Normalement ca continue..