“L’histoire dira son mot un jour. Pour l’instant, on est des morts réservés” : témoignage d’un prisonnier de Mesnil-Amelot

On reçoit et on publie le témoignage d’un prisonnier du CRA de Mesnil-Amelot.

Malgré le virus, le confinement et l’impossibilité de déporter les gens, des sans-papiers se font encore arreter et enfermer dans ces prisons. Après la grève de la faim lancée lundi dernier (grève qui continue pour certains prisonniers), et l’appel lancé aux groupes solidaires avec les sans-papiers, une trentaine de prisonniers y sont renfermées, dans des conditions “pas humaines”, comme le dit le prisonnier.

Ca fait seize jours que je suis dans le CRA du Mesnil Amelot, j’ai été arrêté le 17 mars. Ce qu’on est en train de vivre ici c’est inhumain, la démocratie est bafouée en France.

Selon le gouvernement, le virus ne peut pas atteindre le centre, mais il n’y a pas de gel, pas de masque, pas de gants. Ici il y a des gens qui arrivent tous les jours, hier quatre personnes, aujourd’hui encore trois ou quatre et pas de dépistage.

Il y a eu deux libérations hier, mais des nouvelles personnes arrivent donc ça sert à quoi ? C’est sale, partout. La CIMADE est fermée. On est qu’avec les policiers. On est plus de 30 personnes ici.

Il y a encore deux personnes qui font la grève de la faim, moi je l’ai fait quatre jours mais je suis allée manger hier. Ce qu’on vit ici c’est pas humain. Il y a que des Africains qui sont ici. On n’est pas des criminels. Si vous prenez ma place qu’elle sera votre réaction ?

La guerre dans mon pays, au Congo Brazville,
c’est un business. Les gouvernements font ce qu’ils veulent. J’ai servi l’armée nationale congolaise. En 2003 j’ai demandé l’asile en France. Ça fait 17 ans que je vis en France. Mais ce que je vis ici c’est encore pire qu’en Afrique.

Ce qu’on vit ici en France c’est de l’esclavage. Les Africains ne sont pas libres. Elle est où la déclaration universelle des droits de l’Homme ? L’histoire dira son mot un jour. Pour l’instant on est des morts réservés.

En ce moment, il est encore plus difficile que d’habitude de mettre en place des pratiques de solidarité réelle avec les prisonniers-ères dans les CRA. Un petit truc, pour montrer qu’on est au courant de ce qui se passe dans les CRA et pour tenter de ralentir le sale boulot des préfectures, c’est de participer au mail bombing, chaque jour à 11h.

Libération immédiate de tou.te.s les prisonniers-ères !
Fermeture et abolition des CRA !
Des papiers pour tou.te.s, ou pas de papiers du tout !