“Le monde est fermé, le monde est en confinement” Témoignage de deux prisonniers de Marseille le 23 mars

Il y a quelques jours le gouvernement à officialisé l’état de “pandémie” et annoncé l’état confinement. Dans le même temps, des keufs de la PAF* (PAF= Police aux frontieres, les matons du CRA) avaient diffusé des rumeurs comme quoi les prisons pour étrangèr.e.s allaient fermés. C’est ce qui avait été annoncé pour le cra de Marseille pour le samedi 21 mars, puis pour le 23 mars. Finalement la prison a pas fermé, et de nouveaux prisonniers arrivent. C’est des sortants étrangers et sans papiers des taules “classique”.

Avec la fermeture des frontières et donc l’arrêt des expulsions, les centres de rétentions montrent ici totalement leurs rôles de taules dont l’un des objectifs en plus d’expulser est bien d’enfermer des étrangèr.e.s.
Nous avions relayé il y a quelques jours des témoignages de prisonniers du même centre de rétention. Nous relayons aujourd’hui d’autres témoignages de prisonniers du 23 mars, qui continuent de se demander pourquoi ils sont enfermés et de demander leurs libération immédiate !

“Moi je suis portugais tu vois. J’ai le passeport portugais. Je suis sortit de prison avant-hier, le 21 mars. Ils m’ont pas prévenu que j’allais venir ici. Quand je suis sortit pour être libérable, ils m’ont envoyé directement ici. Alors que j’ai ma vie à Marseille. Aujourd’hui je suis passé devant le juge ils m’ont prolongé de 28 jours. Normalement ils vont me renvoyer en portugal. Ils m’ont confisqué le passeport. Le juge je l’ai vu par l’écran de télé, j’ai demandé un avocat ils m’ont dit “Mais c’est la grève en ce moment”. Je lui ai dit au juge que j’avais tout ce qu’il faut ici (toute ma famille). Je comprends pas pourquoi je suis là. C’est pas facile a 4 dans un batiment. Mais bon courage à vous aussi””
 
“Tu veux savoir quoi? Moi je leur ai dit: “En gros soit vous m’envoyez dans un pays soit vous me relachez”. J’ai rien à faire ici moi. Bref on est entrain de faire des jours, des semaines et ça gratuitement.

On m’a dit si t’es liberé c’est à 18h ce soir. Mais moi j’ai regardé, à 18h y a pas de train vers chez moi. Donc si on est libéré on va devoir passer la nuit dehors.C ‘est normal ça ? Moi je leur ai dit « Mais moi même si tu m’annonces que je suis libre à 18h fais moi sortir a 14h demain, je vais pas dormir à la rue ce soir ». Mais ils s’en foutent.
On a fait deux semaines gratuitement là. Déjà on sort de prison, et maintenant ça.
La on appelle les keufs. En fait on est comme des chiens. Une fois l’heure du repas ils viennent te chercher après tu les vois plus. Moi je comprends pas normalement on devrait être dehors avec notre famille, nos proches.
Heureusement il y a forum qui nous aide. Au moins pour voir si ils peuvent nous ramener l’argent à nos proches. Puis y a que eux pour faire nos demandes pour être libérés, y aurait pas forum y aurait pas de libération.
Moi j’ai le sac plein je sors de prison, c’est incroyable ils pensent pas à ça. Jvais sortir à 18h, sans argent et passer la nuit à attendre le train de demain ? Ils s’en battent les couilles de nous On existe pas pour eux. Incroyable. Ils s’en foutent si t’as un logement apres ou si tu vas dormir dehors si t’as un peu d’argent.. Incroyable. Déjà on a même pas le droit d’être là… On est entrain de faire le centre gratuitement ! Ils m’ont dit « Gratuitement ? Mais t’as pas de papiers ». Je leur ai dit “Bah ouai, le monde est fermé, le monde est en confinement ! Laissez nous rentrer chez nous!”.
Depuis tout à l’heure on sonne on sonne y a personne qui répond. Ils viennent juste nous chercher pour le repas.

Apparemment ils ramènent plus les gens pris dehors, que des prisonniers. Avant ils étaient 80 mais maintenant on est même pas 10. On crève là. On va faire deux semaines, un mois puis ils vont nous relacher c’est ça ?”

Un résumé de la situation dans les centres de rétentions qui date du 22 mars est disponible pour celles et ceux qui voudraient plus d’informations.

En ce moment encore plus que d’habitude, vous pouvez appeler les cabines des CRA pour témoigner de votre solidarité. Si vous ne l’avez jamais fait et que vous vous demandez quoi dire, voilà quelques idées.