“Depuis j’attends qu’ils me disent” Témoignage de prisonniers du cra de Marseille

Depuis la multiplication des fermetures de frontières au début de la semaine, beaucoup de prisonnier.e.s ont été libérés des centres de rétention. Les préfectures continuent jusqu’au bout  à essayer d’expulser quand c’est possible. A la prison pour étranger.e.s de Marseille, la rumeur de la fermeture du centre de rétention a tourné toute la semaine : c’était pour samedi, puis pour lundi… Les dernières infos semblent plutôt dire le contraire: il ne va pas fermé et des personnes continuent à y être enfermé. Si la plupart des prisonniers ont été libérés, il en reste encore une quinzaine à l’intérieur (contre plus d’une centaine en début de semaine). Ces derniers jours, de nouveaux prisonniers sont arrivés, tous des sortants des différentes prisons de la région : Luynes, à Aix, ou la Farlède à Toulon, par exemple. On relaye ici les témoignages de prisonniers détenus dans différents bâtiments de cette prison.
 
« On est plus que 8, 10 dans tous les bâtiments. Hier j’ai vu le juge, ils m’ont dit : « vingt-huit jours. » Ils m’ont ramené de la Farlède, la maison d’arrêt de Toulon. Hier ma famille m’a ramené tous les papiers : mon chéquier, mon certificat d’hébergement, l’extrait de naissance de mon fils. J’ai demandé aux keufs de les récupérer, mais ici ils se foutent de notre gueule. Ils rigolent et tout. Moi j’ai peur qu’ils les aient juste jeté. Depuis, j’attends qu’ils me disent. Lundi je passe en jugement à la cour d’appel à Aix-en-Provence. »
 
« Après-midi du 21 mars. Il reste cinq personnes au bâtiment 0C, et en tout y a 10 personnes dans le CRA. Vous savez, moi je regarde pas beaucoup la télé. J’espère qu’on va tous sortir de là, parce que j’ai une petite fille et un petit garçon qui sont à la maison. Liberté pour tout le monde ! »
 
« Ça se passe mal, c’est la merde ici. Ils ont relâché tout le monde. On attend notre sortie. On est plus nombreux du tout, donc avec les keufs c’est encore pire. Là on est trois au 1er étage, 3 à l’étage du dessous. On est là, et on a envie de sortir. »
 
« Moi, je sors de quatre ans pleins de prison. Apparemment ils veulent me renvoyer au pays ; mais avec la maladie, y a plus de vols vers chez moi. Je sors de quatre ans pleins, et au lieu de respirer, de souffler un peu, ils m’ont pété direct et ils m’ont ramené là. Les personnes qui restent, on demande tous la même chose : Soit on nous renvoie dans un pays, soit ils nous libèrent. »
« Moi je suis arrivé jeudi, je suis sorti de prison jeudi et je suis là. Si le juge accepte pas de me libérer, ça va pas le faire. Dans la prison d’où je viens aussi ca va être la merde : plus de parloir, plus d’activité. C’est sur ça va se révolter à un moment. »
« Dans mon aile y avait deux personnes qui étaient là. Moi j’ai pas compris pourquoi je suis là. Quand j’étais à la prison d’Aix-Luynes 1 – parce que j’étais condamné, Luynes 2 c’est pour les prévenus -, la Cimade m’avait affirmé que les centres de rétention allaient fermer. La dernière fois que j’étais à Fleury ils m’ont ramené direct aux Pays-Bas à la sortie. Mais là, les frontières de Schengen, elles ont fermé. Tout ce qu’on m’a dit, c’est : « Peut-être que vous allez passer devant le juge dans deux jours. »
 
« Quand je suis arrivé là aujourd’hui, on a trouvé un gars, ça fait dix jours qu’il est ici, un autre ça fait trois jours. Nous on est arrivé à deux de la même prison. Ça veut dire quoi ça ? Moi, normalement, j’ai fini ma peine, c’est pas normal ! …Et nos familles sont confinées dehors. Je passe lundi au tribunal, mais comment je fais pour me faire envoyer les papiers ? Parce que la poste est fermée aujourd’hui, et y a pas l’association dans le centre le week-end. Hier ils ont libéré 19 personnes, avant-hier plus ou moins pareil. Pour nous, la situation c’est comment ? »
 
« Ici y a rien : plus de parloirs, plus de gâteaux, plus de clopes, plus de recharges Lyca. Je mange rien, je bois juste un café le matin. »
 
 
Pour appeler les cabines en solidarité avec les prisonnièr.e.s c’est ici. Sur ces cabines c’est directement des prisonniers ou prisonnières qui devraient vous répondre ! A faire tourner un maximum !
Si vous avez des témoignages de proches incarcérés dans des centres de rétentions vous pouvez les envoyer sur: abaslescra@riseup.net