Grève de la faim en cours au CRA de Metz !

Nous avons été informé.es du départ d’une grève de la faim au Centre de rétention administrative de Metz-Queuleu, un CRA particulièment sale où les prisonnier.es sont très isolé.es. 

Hier soir, ils ont décidé de ne pas manger et de démarrer une grève de la faim. Ils entendent continuer aujourd’hui et jusqu’à ce que leurs revendications soit entendues !

Ils dénoncent des conditions de détentions inhumaines et dégradantes :

– pas de masques
– pas de gel hydro-alcoolique
– pas de protocole de distanciation mis en place
– pas de prise en charge ou d’isolement des malades du Covid
– les machines à laver ne sont pas désinfectées et les draps sont lavés en cellule par les prisonniers
– les repas sont constitués de bouffe périmée (certainement la poubelle des supermarchés)
– des calmants sont ajoutés aux plats de certains prisonniers pour les défoncer et ainsi faire régner l’ordre
– le strict nécessaire n’est pas assuré
– ils se sentent globalement maltraités, pas en sécurité.

Ils dénoncent également l’absence de parloir en ce moment en raison de la crise sanitaire, et le non-traitement de leurs dossiers – leurs situations restent donc en suspens. En effet, de nombreuses personnes incarcérées doivent être expulsées par avion vers leur pays d’origine mais beaucoup de vols sont annulés et ces personnes restent donc enfermées au centre sans aucun jugement ou aucune explication (comme dans les autres CRA de France).

C’est, comme on le sait déjà, le règne total de l’arbitraire. Les gens se sentent vraiment traités comme des chiens et ont décidé de réagir par la grève de la faim.

Solidarité avec eux et toutes les personnes ENFERMÉES !

RE-CONFINEMENT, BLINDAGE DE CRA, CLUSTER ET GRÈVE DE LA FAIM : L’EXEMPLE DU CRA DE VINCENNES

Si on retourne un peu en arrière, on se souvient que les centres de rétention en France s’étaient presque tous progressivement désemplis pendant le premier confinement. Certains étaient même complètement vides (sans pour autant avoir fermé définitivement, ça aurait été trop beau). C‘était le cas notamment des CRA de Plaisir, Palaiseau, Bordeaux, Guadeloupe, Hendaye, Nice, Rennes et Strasbourg.
Alors que cette nouvelle vague de pandémie est encore plus violente et meurtrière que la première, les CRA se sont soudainement remplis au maximum juste avant le second confinement. Plusieurs témoignages nous sont parvenus des personnes enfermées pour nous expliquer la recrudescence des rafles mercredi 28 et jeudi 29 octobre et pendant les jours qui ont suivi :
« C’est comme sils savaient que ça serait plus dur de nous arrêter pendant le confinement, comme il y aurait moins de gens dans les rues. C’est comme sils faisaient le plein.« , nous a dit un retenu.
Les conditions sanitaires sont toujours désastreuses, et les clusters se multiplient. Ce n’est pas étonnant, vu que les CRA sont blindés. Les flics et les jugent continuent à jouer avec la vie des gens : les personnes qui sont testées positives sont parfois mises à l’isolement total et privées de soins, parfois enfermées avec des prisonnier.e.s non malades qui risquent donc de choper le virus. Les vols cachés continuent à destination de certains pays (surtout enEurope mais pas seulement), tandis que d’autres exigent que les personnes expulsées soient testées négatives. Mais si les prisonnier.e.s refusent le test pour résister à la déportation, ils.elles font généralement face à la garde à vue et à des peines de prison ferme – comme on le disait dans l’article précédent, https://abaslescra.noblogs.org/contre-le-confinement-et-lenfermement-appelons-les-cabines-des-cra/
Au CRA de Vincennes les autorités tentaient, jusqu‘à fin octobre, de mettre en place un semblant de protocole face au Covid-19. Les bâtiments 2A et 2B servaient de « bâtiments d’arrivée » où étaient placés les nouveaux arrivants qui faisaient immédiatement un test Covid. Sils étaient négatifs, ils étaient placés dans le bâtiment 1. Sils étaient positifs, ils étaient placés soit en hôtel, soit dans l’un des deux autres bâtiments qui servaient pour enfermer les personnes testées positives et/ou pour mettre en septaine les personnes ayant été en contact avec une personne porteuse du virus.
Cette organisation de façade a complètement été abandonnée depuis le reconfinement. Le bâtiment 1, déjà presque plein, est aujourd’hui plus que plein. Les personnes retenues nous informent que les chambres ne pouvant accueillir pas plus de quatre personnes sont dorénavant occupées par cinq à six personnes. Enfin, les bâtiments 2A et 2B se sont eux aussi remplis rapidement. Les tests d’arrivée ont été abandonnés. Résultat : 7 personnes ont été testées positives au Covid-19 la semaine dernière dans le bâtiment 2A (suite à la déclaration de symptômes chez plusieurs d’entre eux). Les personnes testées négatives ont été transférées dans le bâtiment 2B. Deux jours plus tard, dans ce même bâtiment 2B, on amenait une personne présentant de graves symptômes (les flics sont venus la récupérer 3 heures plus tard, on espère qu’elle est allée à l’hôpital). Le bâtiment est lui aussi en quarantaine, en attendant les résultats des tests. Actuellement, 138 personnes sont enfermées dans ce CRA !
On se fout de la santé des personnes sans-papiers, on se fout de mettre leur vie en danger. Aujourd’hui comme tous les jours, la seule solution c’est la destruction de tous les centres de rétention ! A bas les CRA et les frontières !

Continue reading « RE-CONFINEMENT, BLINDAGE DE CRA, CLUSTER ET GRÈVE DE LA FAIM : L’EXEMPLE DU CRA DE VINCENNES »

Contre le confinement et l’enfermement : appelons les cabines des CRA !

En période de confinement, les prisonnier-es dans les CRA se retrouvent encore plus isolé-es que d’habitude. Dans de nombreux centres, les visites sont interdites. Là où il y a encore de visites, les flics arrivent même à mettre des amendes de 135 € aux gens qui se rendent au CRA pour voir leurs proches emprisonné.e.s. Les conditions sanitaires sont encore pire que d’habitude : alors que la seule mesure acceptable face au Covid serait de libérer tout le monde, les arrestations massives continuent.

En mars-avril, lors du premier confinement, la plupart des CRA avaient été vidés, mais aujourd’hui les CRA sont blindés et les prisonnier-es sont entassé-es (jusqu’à 5 ou 6 par cellule comme à Vincennes en ce moment). Les flics et les juges continuent à jouer avec la vie des gens : les personnes qui sont testées positives sont parfois mises à l’isolement total et privées de soins, parfois enfermées avec de prisonnier-es non malades qui risquent donc de choper le virus. Les vols cachés continuent à destination de certains pays (surtout Europe mais pas que), tandis que d’autres exigent que les personnes expulsées soient testées négatives. Mais si les prisonnier-es refusent le test pour résister à la déportation, ils.elles font généralement face à la garde à vue et à des peines de prison ferme. 
Dans ces conditions, les résistances et les révoltes collectives se multiplient : incendie de cellules comme à Marseille, refus de test partout, grèves de la faim au Mesnil, à Vincennes, à Toulouse, à Lyon… Maintenant plus que jamais, il est particulièrement important de renforcer le lien entre l’intérieur et l’extérieur. Le but des CRA a toujours été d’enfermer et de punir celles et ceux qui n’ont pas le bon bout de papier, à l’abri des regards : quand les visites sont interdites, quand il est plus difficile d’organiser des manifs de soutien à l’extérieur, les préfectures et les keufs ont encore plus de pouvoir que d’habitude pour faire leur sale boulot.
En région parisienne comme dans d’autres villes en France, plusieurs copaines essaient d’appeler systématiquement les cabines des CRA les plus proches pour discuter avec les retenu-es, et faire sortir leur parole à l’extérieur. Mais il y a beaucoup de ces prisons où on a pas de contacts et on sait pas ce qui se passe à l’intérieur, si ce n’est via les keufs ou les assos qui interviennent à l’intérieur. Bien sûr, on leur fait aucune confiance, du coup voilà une liste des CRA avec les numéros des cabines : https://abaslescra.noblogs.org/appeler-les-retenu-e-s-numeros-des-cabines-en-cra/  Cassons l’isolement ! Appelons massivement les cabines et relayons la parole et les révoltes de l’intérieur !

Continue reading « Contre le confinement et l’enfermement : appelons les cabines des CRA ! »