… ça bouge à Vincennes aussi !

Après le mouvement de révolte de la semaine dernière dans le CRA de Mesnil-Amelot, dans le CRA de Vincennes aussi plusieurs moments de lutte ont eu lieu ces derniers jours.

On a pas toutes les infos mais la semaine dernière pour résister à une expulsion un groupe de prisonniers tunisiens est arrivé à couper l’élec dans un bat du CRA ; ils ont quand même été renvoyés…

Avant hier, dans un autre batiment du centre, gros mouvement de solidarité suite au placement en isolement d’un retenu : les autres prisonniers ont refusé d’aller manger tant qu’il était pas libéré, puis quand ils ont appris qu’il était placé en GAV ils se sont dit qu’ils voulaient manger mais le réfectoire avait fermé, du coup ils sont allés se servir directement. Voici un témoignage :

/Des Tunisiens avaient un vol prévu, ils voulaient pas y aller. Ils ont coupé l’électricité, ils ont fait sauter le compteur, il y avait plus de lumière. Yavait un vol, c’était prévu pour 5 personnes, c’était un vol en groupe. Ils se sont entendus entre eux, ils ont foutu le bordel, yavait pas de lumière pendant 30mn, ils ont cassé des trucs dans le centre. Ils sont dans le bâtiment 2. Malgré tout ça, malgré le bordel on les a attachés, du renfort est venu et ils ont pris le vol. //
//
//Au bâtiment 1 hier dimanche il y a un tunisien qui est allé à l’accueil vers 18h, demander son ticket pour aller manger comme d’hab ; les policiers lui ont dit que c’était pas l’heure, alors qu’il était 18h10, le réfectoire s’ouvre à 18h. Ils ont commencé à s’échanger des mots, le policier est venu, ils se sont pris la tête et bagarrés, et ils ont ramené le tunisien à l’isolement. Nous on a dit « le mec il est malade il a un problème psychiatrique, si vous faites pas sortir le mec de l’isolement, personne ne mange ». Là tout le centre on était uni, le mec il est malade, ça fait 3 fois qu’il vient au centre, il alterne le psychiatrique et le CRA, il a pas vu le dehors depuis des mois. Moi c’est pareil depuis 2020 j’ai pas vu le dehors, prison CRA prison CRA. Jsuis allé en prison, j’ai purgé ma peine ; ensuite je suis arrivé au CRA, j’ai fait 90 jours, et ils m’ont ramené en GAV, pour refus de test. La juge elle m’a donné 3 mois de prison, j’ai fait 1 mois et demi. Je sors de prison ils me ramènent encore ici.//
//
//On a dit on mange pas, si le mec ne sort pas d’isolement on ne mange pas. Personne ne s’est pointé pour venir manger. On a eu le seum car il ne l’ont pas libéré, on a appris qu’il l’avaient ramené en GAV. ///On s’est dit qu’il allait pas revenir aujourd’hui/, on s’est dit qu’est ce qu’on fait ? on pouvait pas dormir sans manger, si c’est comme ça, on va chercher à manger. Quand on est allé à l’accueil, ils ont dit non vous pouvez pas manger le réfectoire il est fermé. Nous on a dit on a fait ça pour un frère. ///Le mec il allait juste prendre un ticket, il voulait juste manger et il s’est fait frapper. /On a dit ok, on est rentré dans le réfectoire, on a cassé les portes, chacun s’est servi, du pain et tout ça, on a cassé le réfectoire. On a cassé les caméras. Les gradés sont arrivés, le commandant voulait parler avec nous ; on a dit non nous on fait ça pour le mec en question. Ils ont rien fait contre nous après parce qu’il y avait plus de caméras, on a pété les caméras, il y a rien comme preuves. Parmi nous ya pas de balance, nous on est bien solidaires. Quand ya un truc qui ne va pas on essaye d’être ensemble. //Le gars est pas rentré de GAV pour l’instant je pense qu’on l’a changé de bâtiment./

Les luttes dans les CRA contre les expulsions, l’enfermement et les violences des keufs sont quotidiennes.
Ce qui manque le plus souvent c’est une réponse organisée depuis l’extérieur, pour soutenir rapidement et de manière efficace les résistances et les mouvements collectifs.
Appellons les cabines, faisons circuler leurs paroles, retrouvons-nous devant les CRA et dans la rue pour soutenir les révoltes, soyons solidaires avec les prisonniers-ères !

Ca bouge au CRA du Mesnil Amelot !

Depuis plusieurs mois, les prisonniers du Mesnil-Amelot ont initié de nombreuses révoltes et mouvements de protestation, dont nous essayons de rendre compte sur le blog. 

 

La semaine dernière, une grève de la faim a été entamée. Le même jour, les prisonniers se sont rassemblés dans la Cour pour accrocher une banderole sur les grilles du CRA et protester bruyamment en secouant les grilles, ce qui a valu l’intervention de plus d’une cinquantaine de flics. 

Continuer la lecture de « Ca bouge au CRA du Mesnil Amelot ! »

Contre le confinement et l’enfermement : appelons les cabines des CRA !

En période de confinement, les prisonnier-es dans les CRA se retrouvent encore plus isolé-es que d’habitude. Dans de nombreux centres, les visites sont interdites. Là où il y a encore de visites, les flics arrivent même à mettre des amendes de 135 € aux gens qui se rendent au CRA pour voir leurs proches emprisonné.e.s. Les conditions sanitaires sont encore pire que d’habitude : alors que la seule mesure acceptable face au Covid serait de libérer tout le monde, les arrestations massives continuent.

En mars-avril, lors du premier confinement, la plupart des CRA avaient été vidés, mais aujourd’hui les CRA sont blindés et les prisonnier-es sont entassé-es (jusqu’à 5 ou 6 par cellule comme à Vincennes en ce moment). Les flics et les juges continuent à jouer avec la vie des gens : les personnes qui sont testées positives sont parfois mises à l’isolement total et privées de soins, parfois enfermées avec de prisonnier-es non malades qui risquent donc de choper le virus. Les vols cachés continuent à destination de certains pays (surtout Europe mais pas que), tandis que d’autres exigent que les personnes expulsées soient testées négatives. Mais si les prisonnier-es refusent le test pour résister à la déportation, ils.elles font généralement face à la garde à vue et à des peines de prison ferme. 
Dans ces conditions, les résistances et les révoltes collectives se multiplient : incendie de cellules comme à Marseille, refus de test partout, grèves de la faim au Mesnil, à Vincennes, à Toulouse, à Lyon… Maintenant plus que jamais, il est particulièrement important de renforcer le lien entre l’intérieur et l’extérieur. Le but des CRA a toujours été d’enfermer et de punir celles et ceux qui n’ont pas le bon bout de papier, à l’abri des regards : quand les visites sont interdites, quand il est plus difficile d’organiser des manifs de soutien à l’extérieur, les préfectures et les keufs ont encore plus de pouvoir que d’habitude pour faire leur sale boulot.
En région parisienne comme dans d’autres villes en France, plusieurs copaines essaient d’appeler systématiquement les cabines des CRA les plus proches pour discuter avec les retenu-es, et faire sortir leur parole à l’extérieur. Mais il y a beaucoup de ces prisons où on a pas de contacts et on sait pas ce qui se passe à l’intérieur, si ce n’est via les keufs ou les assos qui interviennent à l’intérieur. Bien sûr, on leur fait aucune confiance, du coup voilà une liste des CRA avec les numéros des cabines : https://abaslescra.noblogs.org/appeler-les-retenu-e-s-numeros-des-cabines-en-cra/  Cassons l’isolement ! Appelons massivement les cabines et relayons la parole et les révoltes de l’intérieur !

Continuer la lecture de « Contre le confinement et l’enfermement : appelons les cabines des CRA ! »