Des nouvelles revendications au centre de rétention de Oissel !

A Oissel la lutte continue malgré la répression !

Le 12 janvier, de nouvelles revendications simples et claires ont été posée par les prisonniers en lutte. Nous relayons ici :

Nos revendications:

– Nous demandons la fermeture du CRA de Oissel parce que les conditions de détention y sont horrible

-Nous demandons que les policiers cessent de nous traiter comme des animaux

-Nous réclamons des repas corrects

-Le centre est sale: nous réclamons la proprété.

-Nous demandons que les personnes malades psychiatriques ne soient pas placées ici mais soient envoyées dans des lieux de soins

-Nous réclamons que les retenus qui ont la gale soient soignés au lieu de contaminer tout le monde.

-Nous demandons l’arrêt des fouilles intégrales

-Nous réclamons le respect de notre intimité durant les visites

-Nous réclamons le respect de la part des policiers

Nous allons porter plainte.

Les retenus de Oissel en grève de la faim, le 12 janvier 2019

 

 

Appel à soutien pour les prisonniers en lutte dans les centre de rétention ! Nous contacter: anticra@riseup.net

A bas les cra !

 

(Pour rappel: https://actualitedesluttes.info/?p=4012, des prisonniers de Oissel ont appelé en direct pour raconter leurs lutte et la répression).

 

Des nouvelles du Mesnil en lutte, une histoire parmi d’autre

Coups de fil du jeudi 11 janvier 2019, des copains veulent faire sortir des histoires. Alors on relaye.

D’abord je voudrai parler d’un gars qu’est devant moi.

Mon pote il est malade, il est cardiaque. Toute sa famille est en france, son seul problème c’est celui des papiers. Et ca c’est la préfecture qui lui refuse année après année.

Aujourd’hui il a demandé à aller à l’hôpital ils l’ont emmené, escorté et menotté. Ils se sont mis devant la porte de l’hôpital George Pompidou (Meaux). Comme un vrai terroriste. Même le médecin de l’hôpital, D., s’est plaint du traitement des policiers.

Ici, l’infirmerie elle donne juste des dolipranes, ou des trucs psy. Si il rate le rdv de 14h avec son fils, le gars en face de moi il a pas son traitement.

En plus le gars vient de me dire qu’on lui donne pas ses medocs, on lui donne pas les medocs prescrits par le docteur. On lui donne d’autres medocs. Il lui donne des génériques moins chers.

A cause des médicaments qu’ils lui ont donnés il a eu des problèmes. Mais du coup tous les jours son fils lui fait la visite et lui ramène des medocs mais l’infirmiere lui donne pas..

Puis pour parler de l’intérieur : ca fait deux jours que les toilettes sont bouchées. Quand je me suis plaint à la Police, on m’a dit « demande à tes amis d’arrêter de boucher les toilettes ». Les cellules sont crades, le ménage est pas fait tous les jours (une fois par semaine dans les chambres, couloirs tous les jours). La douche c’est dégueulasse.

Même la bouffe pour chien est meilleure que nous ce qu’on bouffe.

Au centre de rétention,même on a pas le droit de ramener de la bouffe dans les visites, on peut pas cantiner a l’offi, on peut pas acheter du shampoing. Si tu t’es pas fait arrêter avec du shampoing bah t’es dans la merde. Ici le shampoing du CRA il sert a rien. Même mon chien je le lave pas avec.

Nos vetements ils les lavent avec de l’eau. On les met à la laverie tous ensemble. Donc si un de nous a la gale.. on l’aura tous. Parce que quand nos vetements ils nous les rendent ils sentent toujours mauvais.

L’offi ils sont toujours en retard et ca finit toujours plus tôt que c’est annoncer -16h au lieu de 18h30.

Pour la cantine : normalement c’est à 7h, mais ca à jamais commencé a 7h pile y a toujours 10 ou 20m de retard. Mais 7H30 ensuite si t’as 5m de retard, on te dit là “c’est chaud ca va fermer, aller presse-toi et la prochaine fois tu viens à l’heure !”.

Une fois le gars en face de moi il a demandé un verre d’eau pour prendre ses medocs, on lui a refusé.

Une fois, mon co il a commenca a pleuré tellement il a mal (crise de foie). Il voulait pas l’emmener à l’hôpital. Après le départ des infirmiers, on a du appeler les pompiers. Les pompiers au début voulaient pas trop venir ils ont proposé aux keufs de l’amener à l’hopital.

Avant de pouvoir partir il a du gueuler, taper au mur etc.. faire tout un film pour qu’il parte.

Et en plus, si on avait pas appelé les pompiers il serait jamais parti. Après, ils ont cherché à savoir qui avait appelé les pompiers.

“Qui a appelé ? Qui a appelé ?” On leur a dit personne, juste y a un malade, faut l’amener.

Moi j’avais une tubeuse, je l’ai ramené avec moi dès mon arrestation. Après la fouille, on m’a autorisé à la prendre avec moi. Après y a eu une fouille y a une semaine où ils ont tout retourné, tout démonté. Et là on me dit c’est interdit la tubeuse. D’où tu changes la loi en 3 semaines ?

Les policiers ” ils disent ouai ca pue ca pue”.

Ils lavent pas nos vetements leurs savons sert a R et apres ils disent on pue ?

Avant la grève de la faim ils fermaient la porte a 20h. Maintenant ils re-respectent la règle. Mardi soir on a manifesté et depuis c’est à nouveau 22H comme quand je suis arrivé.

Aujourd’hui ils ont ramener une meuf avec son fils de 3 mois… et son fils est malade.. ils l’ont mis en centre de rétention..Aujourd’hui je l’ai vu dans le couloir j’ai eu le coeur brisé. Je l’ai vu dans le couloir j’ai joué avec le petit..Qu’est ce qu’elle a fait ? Elle est pas humaine ? Elle est pas née en France c’est tout.Ils mettent un petit de trois mois en prison. Il va devenir quoi ? C’est sûr pas président..

Y a des choses qui font mal…

Ici, il font des vols cachés… ils attachent comme des chiens… ils scotchent.. j’ai vu des trucs ca choque. Je connais un gars, le 45e jour ils l’ont amené de force.. cagoulé, casqué scotché de la tête au pied…

Le copain il est grave malade… il peut pas prendre ses medocs au bled.. En plus ils l’ont amené de manière illégale..Normalement il a fait sa demande d’asile pour annuler le dernier vol, normalement ils doivent attendre.. la ils ont pas attendu la réponse ils l’ont emmene quand meme.

Sans parler bien sûr des flics, c’est pas tous, qui essayent de nous provoquer. Toujours. Tous les jours. Y en a des sympa mais y a des groupes. Ils te mettent une etoile sur ton nom. Genre dangereux à surveiller, genre comme si t’as une fiche S. Et ca ils les emmènent de force.

Le gars en face de moi.. ils l’ont ammené au juge menoté.. il a parler au juge menoté. C’est un père de famille.. sa fille est comptable mais ici ils s’en foutent.. genre il est extrêmement dangereux.

Y a aucune activité, t’as le droit à rien. Il te donne une nourriture, elle est pourrie. Et t’as pas le droit de faire sortir la nourriture. Tout reste à la cantine. Si t’as besoin de quelques chose va l’acheter mais ici tu peux rien faire rentrer.

Les infirmieres là je leur ai dit j’ai plus de lunettes elle me dit “tu peux prendre un rdv d’ici un mois,un mois et demi”Je portais mes lentilles quand je me suis fait arrêté.. forcément je les ais pas récupéré elles sont a l’hotel..

Ajd ils nous ont ramene de la purée sec.. on l’a jété. Tu sais qu’y ap leind e religion.. Nous on jette on mange rien on mange que des salades. Un plateau par personne, t’as pas le droit d’ajouter quoique ce soit. 2 petits pains.. Juste on te garde vivant..

Normalement ca continue..

Communiqué des prisonniers en lutte de Oissel (Rouen) !

La lutte dans les centres de rétention continue… et s’amplifie ! Aujourd’hui 11 janvier c’est au tour du centre de rétention de Oissel de partir en grève de la faim. Les keufs ont bien compris le danger d’une grève de la faim qui s’étend de CRA en CRA. Aujourd’hui celui qu’ils considéraient être un leader a été plusieurs fois convoqué par le chef du CRA pour lui mettre des coups de pression : interdiction de visites si les gars ne se remettent pas à manger, transfert punitif à Marseille loin de sa famille… Deux autres retenus ont été placés à l’isolement au CRA après avoir refusé le repas. Pour le moment on n’a pas de nouvelles d’eux.

Aujourd’hui un des prisonniers de Oissel a aussi raconté une violence qu’on passe souvent sous silence : les agressions sexuelles des policiers. Dans le communiqué de Mesnil aussi, les prisonniers témoignent pour une victime d’un viol policier qui depuis s’est fait déporter.

La parole des copains est écoutable pendant presqu’une heure dans cette émission: http://actualitedesluttes.info/?p=4012

Nous relayons ici le communiqué des copains:

 

Aujourd’hui 11 janvier, nous rejoignons nous aussi la lutte dans les centres de rétention contre les conditions d’enfermement et les violences policières quotidiennes. Nous sommes déjà presque 40 en grève de la faim.

Sur les conditions d’enfermement ici y a beaucoup à dire. Déjà la bouffe n’est pas bonne, rien n’est propre. Quand on mange, les policiers ils nous regardent et utilisent leurs smartphones. On a l’impression qu’ils nous snap, ce qui est sûr c’est qu’ils se moquent de nous.
Hier à un vieux gars d’ici qui mangeait lentement, les policiers lui ont mis la pression pour qu’il finisse plus vite: « Hé India ! Hé India ! Dégage ! Il te reste plus qu’une minute ! »
Ici on nous respecte pas.
Pour boire de l’eau c’est aux toilettes. Si tu tombes malade, c’est qui qui te soigne? Pas la police en tout cas!
On nous traite comme des animaux, et pendant les visites la porte continue d’être ouverte et les policiers continuent de nous écouter. Ils continuent de nous empêcher tout contact avec nos proches, même de faire la bise à ta femme.
Ici il y a eu des histoires de viols pendant la fouille.

On a décidé de pas tout casser. Parce qu’on veut pas se faire accuser « d’ancien taulard vener », pourtant y a de quoi ici. Ici tu peux même pas cantiner et la bouffe est vraiment dégueulasse.

Ici il y a plein de profils différents : travailleurs, ceux avec un titre de séjour d’un autre pays [européen] mais que l’État veut quand même déporter au pays. Puis y a plein de nationalité enfermées !
Chez les femmes aussi, là-bas c’est la galère.
Même quand t’as ton passeport et que tu veux rentrer… Bah il se passe rien et on te laisse a galérer. Nous ici on comprend rien.

Hier on a parlé avec Mesnil Amelot. La bas aussi c’est le système du bon et mauvais flic. Nous aussi on va lutter avec eux !

Ici, a Oissel, on nous a déjà gazé dans le bâtiment. Hier ils ont voulu prendre des contacts dans des smartphones en fouille… pour voir de quel pays on pouvait venir. C’est totalement illégal !

Ici il y a beaucoup de gens, ils se coupent les veines, on doit appeler nous-mêmes l’ambulance. Et quand elle arrive, la police, la seule chose qu’elle veut savoir c’est qui a appelé. Et les flics nous engueulent.

Y a un gars ici, il a des problèmes aux reins et il pisse du sang. Elle a fait quoi la police? Elle lui a donné un doliprane. De toute façon a l’infirmerie c’est soit doliprane soit drogue.

Pour la justice… Même quand y a des vices de procédure on nous libère pas. On nous donne des numéros pour connaître nos droits. Personne n’a jamais répondu.

Après le premier communiqué, on avait vu le chef du centre. On avait décidé d’être gentils mais ça sert à rien.

Ce qu’on vit c’est le néo-colonialisme. La France a colonisé nos pays avant et maintenant ça…

Nous on a toutes nos attaches ici : parents, copines, poto, famille.
On nous dit que si on nous libère on va s’enfuir. Mais on va s’enfuir où? Y en a ici ils sont venus pour demander la protection a l’État français… Et là c’est la protection qui t’enferme !
Y en a marre de tout ça !

Nous les enfermés on voit plus nos proches, les allers retours CRA-Prison-CRA empirent encore tout ça.
On va pas passer notre vie a être enfermés !

On appelle les autres centres de rétention a rentrer en grève de la faim avec nous et ceux de Vincennes et Mesnil en banlieue parisienne !

Les retenus du CRA de Oissel le 11/01/2019

 

A bas les centres de rétention ! Solidarité avec les enfermés en lutte !

Pour rappel samedi 12/01/2019 rendez-vous a 20h a l’Écharde (19 rue Garibaldi, métro Robespierre sur la ligne 9 à Montreuil).

 

Communiqué du CRA 2 de Mesnil Amelot: La lutte s’étend dans les centre de rétentions !

Alors qu’une grève de la faim a éclaté dans deux batiments a Vincennes depuis quelques jours. Que la répression des grévistes, leurs déportations ou leurs transferts vers d’autres CRA ont presque fait cesser la grève dans le batiment B2 de Vincennes. La grève au batiment A2 a Vincennes, tient bon et a même été rejointe par de nouvelles personnes au lendemain de la manifestation de solidarité de lundi soir !

Hier les prisonniers du CRA 2 de Mesnil-Amelot sont rentrés en contact avec nous, ils venaient de se mettre en grève de la faim presqu’à l’unanimité !

On relaie ici leurs communiqués et leurs appelle à solidarité:

Nous, retenus du centre de rétention administratif n°2 de Mesnil Amelot (près de l’aéroport Charles de Gaulles en ile de france), avons décidé avant le repas du soir du 08 janvier de nous mettre en grève de la faim pour au moins deux jours.

Nous avons appelé le CRA 3 et le bâtiment des femmes à faire pareil dès demain matin.

Ici les conditions d’enfermements sont désastreuses, la nourriture est immonde. Ici pour aller à l’infirmerie il faut faire la queue alors qu’il fait très froid à cause de l’hiver. Ici les infirmiers sont arrogants et généralement ils donnent que du doliprane, même quand t’as quelque chose de cassés ils te font pas de bandage… Ils te donnent juste de la crème.

Ici les policiers font la loi. Si tu te plains tu vas direct à l’isolement. Ici y a plein de gens qui ont subit ce qu’on appelle la double peine: condamnés à  de la prison et à leur sortie directement ramenés en centre de rétention.

En centre de rétention si tu refuses de donner tes empreintes ou d’aller voir le consul tu peux prendre 135 jours de centre presque d’affilés ou faire plusieurs mois de prison entre deux placements en CRA.

Au bâtiment des femmes une prisonnière a été violée par un policier avant les fêtes de fin d’années. Rien n’a été fait pour elle.

A Mesnil-Amelot, il y a souvent des vols cachés, tôt le matin. Il y a l’isolement où tu peux être enfermé avant le vol. Y a tous ces anciens retenus qui ont été renvoyés de forces, casqués et scotchés.

Récemment 4 guinéens ont été ramenés de force par une grosse escorte dans un charter a l’aéroport du Bourget. Ils sont partis cherché 5 autres guinéens à Bordeaux, et les ont déportés tous en Guinée.

On exige la fin des vols cachés, la fin des déportations violentes et l’interdiction d’utiliser des charter pour déporter.

Pendant toute ta durée de rétention on te change pas ta couverture. Même en prison c’est plus propre…c’est dire. Ici on peut pas cantiner ou attendre en esperant avoir une activité: y en a pas.

Ici le droit n’existe pas, encore moins qu’en taule et pourtant on parle bien de la prison.. Avant d’arriver ici tu peux pas savoir ce que c’est.

On en a marre du racisme quotidien de la police. Toutes ces pressions et humiliations sont là pour briser notre moral: celui des retenus.

On appelle les autres retenus de France à lutter avec nous contre l’enfermement pour 3 mois juste parce qu’on est sans papier ! On appelle à de la solidarité à l’extérieur !

Liberté pour tous !

Les retenus du centre de rétention n°2 de Mesnil-Amelot le 08 janvier au soir.

 

Demain jeudi 10 janvier, la solidarité continue de s’organiser a l’extérieur ! Rendez vous a 18h a l’Echarde, métro Robespierre au 19 rue Garibaldi !

A bas les centre de rétention ! Solidarité avec les prisonniers en lutte !

 

 

Pour rappel le dernier communiqué de Vincennes du 03 janvier:

Nouveau communiqué à la prison pour étrangers de Vincennes !

 

Appel à se rassemblement devant le CRA de Vincennes ce lundi 7 janvier !

Contre les violeces policières, en soutien aux grévistes de la faim du CRA de VINCENNES !

Depuis le jeudi 3 janvier 25 retenus du batiment 2A au centre de rétention de Vincennes sont en grève de la faim pour exiger la fin des violences policières et la libération de tous le monde tout de suite.

Ils ont décidé de continuer leurs grève de la faim jusqu’à dimanche. Lundi c’est de l’extérieur que la lutte continuera pour montrer notre solidarité ! A bas les centres de rétentions !

Nous relayons ici leur appel à solidarité :

Nous retenus du batiment 2 A, en grève de la faim allons continuer la grève de la faim jusqu’à dimanche. Lundi nous appelons un maximum de monde à venir en solidarité devant les portes du centre de rétention de Vincennes a partir de 18h !

Nous exigeons la libération de tous les prisonniers du centre et la fin des déportations violentes. Pour que notre grève de la faim ne reste pas entre nous et la police, pour que notre voix soit ENFIN entendue : venez nombreux nous soutenir !

Les copains de l’intérieur vous invitent à saturer toutes lignes de l’administration du centre de rétention !

Dans ce centre les violences policières sont quotidiennes, des équipes sont plus violentes que d’autres et ça dure depuis des années. Les retenus en ont marre de ces keufs qui font n’importe quoi et respectent personne, ils en ont marre des déportations qui peuvent être annoncé ou caché selon la volonté de la préfecture. Ils en ont marre que certains d’entre eux se fassent tabasser avant d’être déporté, quand c’est pas drogué.

Et quand ta résistance marche et que tu arrives a empêcher l’état de déporter, la machine judiciaire peut décider de faire de toi un exemple.

Dans le CRA 2B, des retenus se sont mis en grève contre les violences policières mais aussi contre ces allers retours cra-prisons-cra.. Parce qu’à la fin ca n’en finit plus. Pour avoir refusé d’aider l’état français à les déporter, les retenus risquent jusqu’à 3 ans de prisons. Et quand les préfectures décident de poursuivre, l’abatage de la justice en comparution immédiate fait son boulot : les peines de prisons hallucinantes se succèdent. Pour avoir refusé de voir un consul, un copain à pu être condamné à 5 mois de prisons avec mandat de dépôt, après avoir passé déjà 3 mois en CRA et avec de force de chance de retomber pour de nouveau 3 mois en centre de rétention.

Pour plus d’information, les prisonniers du CRA on fait sortit un communique ce jeudi 3 janvier : https://paris-luttes.info/greve-de-la-faim-en-cours-au-cra-11416?lang=fr

On rappelle que depuis le prem https:ier janvier la durée d’enfermement au CRA est passé de 45 jours a 90 jours .. et que les allers retours CRA/Prison risque de s’accélérer. Aller devant le CRA en ce mois de janvier c’est aussi soutenir tous ceux qui risquent de passer les trois prochains mois dans l’attente d’une possible déportation, dans le quotidien des violences policières !

On pense que c’est important de pas laisser la grève de la faim des retenus juste entre eux et les keufs !

RENDEZ VOUS LUNDI 7 JANVIER A 18H SORTIE 1 A JOINVILLE-LE PONT RER A dir. Boissy St léger !

Nouveau communiqué à la prison pour étrangers de Vincennes !

Ca continue de bouger au centre de rétention de Vincennes..  Mi décembre déjà des retenus du centre avaient entamé une grève de la faim réclamant la libération de tous les prisonniers. Ce communiqué est disponible ici:

Communiqué de prisonniers du centre de rétention de Vincennes !

Aujourd’hui, 3 janvier 2019, les prisonniers ont décidé de réagir face à une série de déportations violentes et cachés, face à la violence physique et psychologique quotidienne des policiers.

Nous relayons leurs communiqués et leurs appels a soutien:

Nous sommes des retenus du centre de rétention administrative de Vincennes en banlieue Parisienne.
Nous demandons la libération de tous les prisonniers, l’application de l’égalité entre tous le monde: On est comme tous le monde.
Aujourd’hui 3 janvier 2019, nous, 27 retenus du centre de rétention (du batiment 2A) se sont mis en grève de la faim pour demander la libération tout de suite de tout le monde.
Nous savons que d’autres enfermés dans au moins un autre batiment sont eux aussi en grève de la faim (il parait au moins une quinzaine).
On a tous une histoire différente, qu’on soit travailleur, étudiant depuis peu en france ou vivant ici depuis presque 20 ans.. Et on a tous le droit de vivre ici, où on a nos attaches. Mais nous sommes enfermés dans ce centre de rétention.
Si on s’est mis aujourd’hui en grève de la faim c’est aussi pour dénoncer tout ce qui se passe dans cette prison.
Ces derniers jours il y a eu beaucoup de vols cachés et violents. Des anciens d’ici nous on raconté qu’il y a plusieurs années la police, ici, était déjà violente.
Il y a eu des copains tabassés puis déportés en étant casqué, bailloné et scotché. Il y a eu des copains drogués qui se sont reveillés de retour dans un pays où ils ne connaissaient plus grand monde.
Les policiers ne respectent la loi que quand c’est contre nous, même quand légalement on devrait être libéré souvent le juge n’en a rien a foutre et la police te déporte quand même.
La police comme toujours elle s’en fout, et l’etat français aide. Si l’etat n’était pas d’accord et si les biznesman faisaient pas d’argent tout ca ne marcherait pas.
Ce centre de rétention, il est sale, les toilettes et les douches elles sont dégueulasse. La bouffe, elle est immonde.

Nous revendiquons:
– La libération de tous les prisonniers
– Etre respecte et traiter dignement, on est pas des chiens.
– La fermeture de ce CRA, qui a des gros problèmes d’hygiènes.
– Le respect de l’égalité entre tous le monde
– La fin des violences policières
– La fin des vols cachés et violents
– De la bonne nourriture
– Un véritable accès au soin

Si on s’est mis en grève de la faim, c’est parce que quand on est allé voir les assos pour se plaindre on nous a dit qu’y avait rien a faire.
Nous allons continuer notre grève demain et les prochains jours nous appelons un maximum de monde a nous soutenir dehors. On en a marre d’être traiter comme des chiens !

Les retenus du batiment 2 A
03/01/2019

 

 

Montrons notre solidarité pour les prisonniers de Vincennes !

On donnera vite des nouvelles des copains en lutte !

Paroles de l’intérieur décembre 2018

Témoignage d’H. le 14 décembre, un copain enfermé depuis le 9 septembre 2018.

Après 45 jours de CRA, H. ne sort pas mais est placé directement en garde à vue qui débouchera sur un nouvel enfermement en CRA. Cette année il a déjà fait 3 mois et 6 jours de prison.

Il nous raconte les galères qu’il connait avec la Cimade, et les galères à l’intérieur en général. La façon dont tout est mit en place pour empêcher la solidarité. La façon dont les droits de base ne sont pas respectés – avec l’absence d’interprètes notamment. La façon dont l’Offi gère la monnaie, et laisse à l’abandon tout ce qui est hyper important à l’intérieur comme les machines à café.

Aujourd’hui, H. est de nouveau enfermé, pas en CRA mais en prison pour avoir refusé de voir le consul. Il a été condamné à 5 mois ferme.

Soutiens à tou.te.s les copain.e.s

Communiqué des prisonniers du centre de Oissel !

Dans tous les lieux d’enfermement la violence est quotidienne. La prison pour étrangèr.e.s de Oissel près de Rouen, est un de ces laboratoires d’expérimentation de la répression.

On y laisse une équipe de keufs -celle de jours- y faire n’importe quoi pour faire régner l’ordre. Cette équipe rappelle à tou.te.s les enfermé.e.s l’autre objectif de ces prisons: si on te déporte pas, quand tu es dehors ferme ta gueule et baisse les yeux !

Là-bas ça fait longtemps qu’on utilise l’isolement pour briser le moral et faire peur. Récemment un copain y est resté 6 jours, provoquant un mouvement de solidarité -une grève de la faim- de la part d’autres enfermés du CRA.

Des copains passés par là il y a quelques années nous ont déjà racontés les mêmes histoires: une cellule d’isolement où on peut t’attacher les mains et les jambes, habillé.e ou pas, et te mettre un casque sur la tête… tout ça pendant des heures !

Des prisonniers du centre de rétention de Oissel ont décidé d’écrire un texte collectif, dénonçant leurs conditions d’enfermements et expliquant leurs revendications !

Nous le relayons ici:

 Nous, retenus du centre administratif de Oissel.

Nous sommes enfermés dans un centre qui n’est pas en état d’accueillir dignement des gens.

Ici les policiers nous cassent le moral, ici les 45 jours nous paraissent être 45 ans.

C’est encore pire que la prison, la nourriture est encore plus immonde. Même les yaourts sont mauvais ici.

Le centre devrait être fermé, tellement il est en mauvais état. On en a marre de cet endroit où les actes racistes sont quotidiens.

Quand on résiste, comme certains, les conséquences peuvent être 6 jours d’isolement, qui sont une véritable torture physique et moral.

Même quand tu sors, tu sais que tu risques de revenir ici. On espère, donc obtenir des améliorations concrètes.

Ici c’est pas humain, on pousse les gens à bout. On te montre que tu n’as plus de vie devant toi.

Nous revendiquons:

  • La fermeture de ce centre de rétention qui n’est plus en état d’accueillir des humains dignement.
  • Le changement de l’équipe de policiers de jours, présente depuis trop longtemps et qui se comporte comme une mafia.
  • La fin des violences policières au centre de rétention et pendant les déportations.
  • La fin des condamnations inutiles a de la prison, comme quand on est condamné pour avoir refusé d’aller voir le consul.
  • Un véritable accès aux soins.
  • Respect de l’intimité des parloirs, et des parloirs qui durent plus longtemps pour respecter le besoin de voir ses proches.
  • Un accès permanent à la cour.
  • La fin de l’isolement, qui est un moyen de pression à l’intérieur. C’est un endroit où on nous torture moralement et physiquement.
  • La fin des actes racistes de l’administration ou de la police.

Des retenus du centre d’Oissel, le 27/12/2018

 

Pour plus d’information, une émission récente de l’Envolée une radio contre toutes les prison où un copain d’Oissel appelle et raconte l’isolement la bas.

 

ÉMISSION DU 21 DÉCEMBRE 2018

 

Solidarité avec tou.te.s les copain.e.s enfermé.e.s !

Communiqué de prisonniers du centre de rétention de Vincennes !

Ce vendredi 14 décembre des prisonniers du centre de rétention de Vincennes ont décidé de faire sortir leurs parole de l’intérieur et leurs revendications.

Dans les prisons pour étrangèr.e.s il y a toujours eu des révoltes individuelles ou collective, des grève de la faim, des résistances contre les déportations, des actes et des pensées de solidarités..

Au quotidien ces luttes restent invisible, et quand ils et elles essayent de se révolter en face d’eux y a que les keufs et l’état.. Soutenons les ! Montrons leurs notre solidarité !

Nous relayons ici le communiqué des copains de vincenne:

Nous sommes des prisonniers en centre de rétention administrative de Vincennes,en banlieue parisienne.
Nous demandons l’application du droit pour ceux et celles qui veulent partir au pays, un vrai accès au soin quand c’est nécessaire et la poursuite des traitements pour celles et ceux qui en ont besoin. Nous demandons surtout la libération de tous les enfermés.
Nous ne sommes pas enfermé pour ce que nous avons fait mais pour ce que l’état a décidé que nous serons: des sans papiers.
A la prison de Vincennes, et même avant pendant les arrestations ou au commissariat, la violence qu’elle soit physique ou morale est quotidienne.
Nous refusons la manière dont les gens sont déportés de force, souvent très violemment. Récemment encore un prisonnier a été tabassé avant que la police tente de le déporter.
Quand quelqu’un n’a plus aucune solution sauf celle de se faire du mal pour être libéré, il n’a accès a aucun soin, n’est pas emmené a l’hôpital.
Ici tous les jours, on nous rappelle qu’on est rien pour l’état français.
Contre l’enfermement parce qu’on est sans papiers, un enfermement qui détruit nos vies et enferme aussi nos familles et nos proches avec nous.

Des prisonniers du CRA de Vincennes le 14/12/2018

Extrait radio d’octobre contre les CRA !

Témoignage d’A., un copain enfermé au CRA qui raconte sa lutte et les techniques utilisés face a la pref et l’état pour éviter la déportation.

Solidarité avec tou.te.s les copain.e.s enfermé.e.s !