About anticra

Posts by anticra

Turin : Expulsion de l’Asilo, Opération étincelle, la répression n’arrêtera pas les luttes !

Le matin du 7 février dernier, au cours d’une opération de police, les flics bouclent le quartier d’Aurora à Turin et forcent les barricades de l’Asilo Occupato.

Si ce n’est pas la première fois, celle-ci est différente des précédentes puisqu’il s’agit cette fois d’expulser le bâtiment occupé depuis 24 ans. Décidé-e-s à résister, les habitant-e-s présent-e-s à l’intérieur réussissent à monter sur le toit de l’ancienne école et à y rester 30 heures, soutenu-e-s par des rassemblements et manifestations de solidarité s’approchant du bâtiment aussi près que le permet l’impressionnant dispositif policier. Une semaine après, le quartier reste lourdement militarisé.

Les flics ne se sont par ailleurs pas présentés les mains vides, mais avec des mandats d’arrêts à l’encontre de sept personnes, six d’entre elles se trouvent actuellement en détention provisoire à la prison de Turin. Elles sont accusées d’« association de malfaiteurs à visée subversive », joker de l’arsenal répressif italien, fréquemment utilisé dans les dernières décennies contre des compagnon-ne-s. D’après les médias, il s’agirait de 21 attaques dans toute l’Italie entre 2015 et 2018 contre des entreprises qui collaborent à la machine à expulser, de la construction à la gestion des CIE/CPR (centres de rétention). Des informations plus précises de la part des compagnon-ne-s de Turin arriveront bientôt.

Dès le début de matinée, Chiara Appendino, maire de Turin, s’est félicitée de l’expulsion sur les réseaux sociaux. Son parti, le Mouvement 5 Étoiles, fondé en 2009 a dès ses débuts surfé sur la vague du populisme, se déclarant NoTav, prônant un revenu universel et la participation citoyenne, tout en proposant la fermeture des centres de rétention et l’expulsion immédiate des personnes sans papiers. Aujourd’hui au gouvernement en coalition avec la Ligue du Nord depuis mai dernier, il montre une nouvelle fois son vrai visage : celui des expulsions de sans-papiers, celui du décret Salvini, ramassis de mesures contre l’immigration et sur la sécurité, et enfin celui des expulsions des maisons occupées.

Occupé depuis 1995, l’Asilo est un lieu d’habitation mais surtout un lieu d’organisation pour les luttes qui agitent le quartier et même un peu plus loin : contre les expulsions de logement, contre les centres de rétention et les rafles, contre la taule, la construction du TAV, nombreuses ont été les occasions de s’y rencontrer, de discuter et d’y trouver des complices.

Son expulsion, bien loin de mettre fin à ces luttes, a donné lieu à de belles démonstrations de solidarité : derrière la banderole « Ils font la guerre aux pauvres et l’appellent rénovation urbaine », samedi 9 février, une manifestation de plus d’un millier de personnes part du centre de Turin et se dirige vers le quartier de l’Asilo. La manifestation est offensive et déterminée, mais les anti-émeutes bloquent tous les ponts qui séparent le quartier du centre et en interdisent ainsi l’accès. La manif se replie vers un autre quartier et continue son chemin derrière des barricades enflammées.

Dans différentes villes d’Italie, en Grèce ou encore au Mexique, des manifestations, rassemblements, banderoles et actions de solidarité se multiplient. En solidarité avec les personnes incarcérées, des rassemblements contre les centres de rétention et des actions contre les collabos de la machine à expulser ont lieu.

« Mais ça ne s’arrête pas là, la manif du 10 février est seulement un début, maintenant c’est le moment de commencer une lutte acharnée, qui, des cendres de cette opération répressive, fera naître une nouvelle fleur »

Que l’opération l’opération éteincelle allume les feux de la solidarité

Solidarité avec les compagnon-ne-s expulsé-e-s
Solidarité avec les compagnon-ne-s incarcérées
Contre toutes les expulsions

À bas CRAs, à bas la taule

 

(lu ici: https://paris-luttes.info/turin-expulsion-de-l-asilo-11678?lang=fr)

“Eh ya la Gale au CRA 1 (de Vincennes) !”

Depuis 3 jours au CRA 1 de Vincennes tout le monde se gratte. La gale est de retour. Peu de réaction des keufs pendant cette semaine, des queues à rallonge à l’infimerie… Peu de réactions pour aider à soigner les prisonniers, par contre elles et eux se protègent : gants systématiquement quand ils rentrent dans le batiment, nettoyage au complet de leurs locaux.

Pendant ce temps là les prisonniers demandent aux keufs de renouveler leurs draps et de faire laver leurs vêtements. Ca va mettre du temps avant que certains (puis de plus en plus en fonction de l’arbitraire appel au micro…) voient leurs draps se faire renouveler.

Pour les premiers changement de draps il aura fallu pas mal gueuler à l’intérieur.

Un copain enfermé au CRA1 de Vincennes en a parlé aujourd’hui à la radio (sur l’émission l’actu des luttes, 106.3 de 12h30 a 13h30 du lundi au vendredi). On remet le lien pour le replay quand c’est dispo.

Bref la police n’a pas changé, l’état non plus et les copains galèrent toujours un peu plus.

A bas les cra!

 

Coup de fil au CRA de Oissel

Des prisonniers du CRA de Oissel parlent de leurs conditions toujours aussi horribles au téléphone …

En fait c’est la merde ici là. Y a rien. On peut rentrer rien du tout. Des vêtements. Du manger. Rien du tout. Tu peux faire rien du tout. Même une promenade. Tu peux pas sortir pour une promenade, t’es enfermé 24 sur 24. On te fait sortir juste pour le ménage. Sitôt après nous faire rentrer. C’est banal ici. Franchement c’est quelque chose pour nous. On est dans la merde.

Y a pas de promenade y a rien. Pas dans la chambre. Dans la cour. Y a un couloir t as vu, on reste dans le couloir. Même ma famille veut rentrer des trucs pour manger et elle peut rien rentrer.

Même le réseau y a pas t’as vu.

C’est la merde ici. On est 6 dans la chambre ou 7. On est 7 dans la chambre. En plus y a rien à manger. Ils mettent des trucs. Des fois on peut même pas manger. Des fois on meurt de faim. En fait pour acheter à manger, y a que des biscuits, des trucs bidons, pas des trucs biens.

Y a rien. Rien.

Récit de transferts arbitraires au CRA de Mesnil

Un prisonnier du Mesnil Amelot raconte comment lui et deux autres personnes ont été brusquement transférées sans avertissement et sans raison, alors que les mouvements se multiplient dans le CRA

En fait on était normal on était en train de jouer au foot. Moi et les autres gens avec moi. Ils (les flics) sont venus d’un coup. Et ils ont menotté trois personnes. Un ils l’ont amené à un autre centre dans le 91. Un ils l’ont ramené dans le 77, et moi ils m’ont ramené à Oissel dans le 76.

En fait ils sont venus. Ils m’ont menotté. Je leur ai dit pourquoi, ma famille elle est ici à Paris, ils habitent à Paris, ils sont là. Ils m’ont dit tu vas être transféré, j’ai demandé la raison et ils m’ont rien dit.

Un pote est allé récupérer mes affaires et ils m’ont amené jusqu’à la fouille. Pour prendre mes affaires.

Ils m’ont serré les menottes et ils m’ont monté dans la voiture menotté. On a fait 3 heures de route. Menotté, les menottes serrées. Ils m’ont dit parle pas ferme ta gueule. T’as un transfert comme ça, pour rien…

J’ai ma famille à Paris. Ca fait deux jours j’ai pas eu la visite. Là c’est le 3ème jour.

A mesnil les policiers ils ont des manières bizarres avec les gens là bas. Le CRA 3 en fait, si tu dors ils te laissent pas dormir. Si tu ramènes un truc sur toi important, pour la fouille, il s’en fout. On mange pas bien. On nous traite comme des animaux.

Donc quand je suis arrivé dans ce centre ici, à Oissel … ba ici à Oissel c’est comme la prison. Il y a rien qui rentre dans la visite comme à manger. T’as le droit de rien. Il est fermé. Je sais pas …

En fait sur mon histoire, même moi j’ai pas compris. Pour rien. J’ai jamais eu un rapport, rien. J’ai jamais eu un problème. Et ils m’ont viré trop loin de ma famille. En fait j’ai ma famille à Paris. Moi je suis trop loin, dans la montagne. Et ici, c’est comme la prison.

Même la visite il rentre rien. Même à mesnil la visite peut être à manger ça rentre. A Oissel ça rentre pas. Ni nourriture, ni shampoing, rien.

Ici c’est pire, t’as le droit de rien ici.

MANIF GILETS JAUNES DEDANS ET DEHORS SAMEDI A VINCENNES

Samedi 16 février, une soixantaine de personnes a manifesté pendant plusieurs heures devant le CRA de Vincennes en criant “Liberté” et en jouant de la musique. En réponse, les prisonniers à l’intérieur ont également manifesté!

 

Par un copain, on a su que des gens allaient venir manifester samedi. On s’est préparés et quand on a entendu le haut parleur et le tam tam et les gens qui criaient “liberté” on est aussi tous sortis et on a crié liberté. Puis après une heure et demi, on est rentrés, et un peu après les gens sont repartis.

Le lendemain, c’est-à-dire hier matin, ils m’ont mis un vol caché. Ils m’avaient mis un premier vol le dimanche d’avant que j’avais refusé. Je suis sûr c’est parce que j’ai poussé les autres à sortir et crier liberté.

Il y a que le CRA 1 qui est sorti. Les autres étaient pas au courant. Ou ils entendaient pas. Je sais pas trop. Ici la semaine dernière, dimanche, on a fait la grève de la faim. Quasiment tout le monde. Mais après deux trois jours la plupart des gens ont arrêtés la grève car on ne leur donnait rien. On a fait la grève contre les 90 jours. Parce que la nouvelle loi permet qu’on nous garde 90 jours ici. Et ici les gens sont contre ça.

Depuis mon vol caché dimanche je ne mange plus, je suis en grève de la faim.

 

 On  fait une manif dans la cours ! On entend la manifestation dehors. Même dans le centre y a une manifestation, avec des cris “LIBEREZ !”

C’est cool ! Les flics ils regardent c’est tout ! La cheffe des policiers a dit “pas de dégats et nous tranquille!”

 

Cantine en soutien aux luttes dans les CRA samedi 12H

Contre les centres de rétention et pour soutenir les luttes en CRA un repas de soutien est organisé Samedi 16 février à 12h à la cantine des Pyrénées, 77 rue de la Mare.

Manif contre les centres de rétention le 3 mars!

Des luttes ont lieu dans les centres de rétention d’Ile de France!

Pour les soutenir manifestation le 3 mars rendez-vous à 14h à Gare du Nord !

Contre les rafles et les expulsions, contre l’enfermement et les frontières!

Depuis début janvier, un mouvement de révolte se développe dans les centres de rétention. Si les résistances individuelles n’ont jamais cessé, des liens et une organisation collective se tissent aujourd’hui parmi les retenu.e.s pour lutter contre leur enfermement, contre les déportations et contre les violence policières :

• grèves de la faim coordonnées entre les CRA du Mesnil-Amelot, de Vincennes, d’Oissel et de Plaisir
• tentatives collectives d’empêcher les déportations a Vincennes
• émeutes à Rennes.

Les CRA (centre de rétention administrative) sont des prisons pour étranger.e.s dans lesquelles l’État entasse les personnes sans-papiers pour pouvoir les déporter. Avec les centres d’accueil et autres dispositifs de contrôle, les CRA font partie de la machine à expulser que l’État a mis en place depuis des dizaines d’années pour ficher, trier, enfermer et expulser toujours plus.

Pour remplir ces CRA, l’État et ses agents organisent de nombreuses rafles aux guichets des préfectures, dans les transports, dans les gares et dans les campements. À Paris, elles ont lieu quotidiennement à la Chapelle, Stalingrad et Gare du Nord.

Des gens s’organisent à l’extérieur en solidarité avec les prisonnier.ère.s en lutte, relaient leurs communiqués et font des parloirs sauvages et des rassemblements de soutien.

Alors que la durée de détention en CRA a été augmentée à trois mois, il est important d’être toujours plus présent.e en solidarité avec les personnes enfermées, jusqu’à la disparition des centres de rétention et l’arrêt des rafles.

Contre les rafles et les expulsions !
Contre l’enfermement et les frontières !
Liberté pour tous.tes !

Manif le 3 mars, rendez vous à 14h à Gare du Nord !

Et d’ici au 3 mars :

Samedi 16 février – 12h : repas de soutien à la cantine des Pyrénées (77 rue de la Mare)
Jeudi 21 février – 18h : réunion d’information et de discussion (21ter rue Voltaire)

https://paris-luttes.info/manifestation-contre-les-centres-11635?lang=fr

Evasion cette semaine a Mesnil 2 !

 

Des petites nouvelles de l’intérieur : cette semaine un copain du CRA2 de Mesnil-Amelot a profité d’un passage a l’hôpital pour se nachav !

Bien joué à lui, info à faire tourner ! Pas de murs sans évasions ! Pas de lieux d’enfermements sans solidarité à l’extérieur !

A bas les cra, soutien à tou.te.s les évadé.e.s !

Communiqué de prisonniers du 2A, des nouvelles de la lutte à l’intérieur !

Actuellement à l’heure à laquelle on est entrain de vous parler, on est toujours retenu au centre de rétention de Vincennes 2 bâtiment 2. Nous sommes pour certains des pères des familles, des travailleurs et d’autres avec des projets de mariages.
Ici au centre nous sommes tout le temps menottés lorsque nous avons une visite ou lorsque nous allons au coffre quand ils doivent nous convoyer chez le juge ou à l’ambassade nous sommes convoyés dans des véhicules dont on voit même pas l’extérieur. Même à l’intérieur du véhicule nous sommes dans des cages. Au niveau de la nourriture, nous ne mangeons que pour la pluapart du temps des légumes et des pates parfois nous ne connaissons même pas ce que nous mangeons. Concernant le médecin et les infirmières bon ils ne sont pas là en permanence. Le medecin ne fait que des consulations mais pas de traitements. Les seuls médicaments qu’ils donnent ici c’est dafalgan et un autre pour le sommeil. Il faut noter également que pour les personnes qui viennent nous visiter ils les font patienter 2 heures de temps. Et parfois les policiers ne sont même pas commodes avec eux. Nous ne méritons pas d’être ici. Nous exigeons notre liberté. C’est un peu ça.
On demande notre liberté. On a souvent des papiers qui attestent qu’on a de la famille ou un toit mais malheureusement on nous libère pas. D’autres dans le même cas on les libère donc on comprend pas.
Et on parle pas dans ce texte des vols cachés. L’isolement ça sert à punir. Quand y’avait les grèves de la faim ils utilisaient ça pour essayer de nous forcer à manger.
Y’a des gens on les envoie pas dans les bons pays. Y’a quelqu’un ils veulent le renvoyer au panama. C’est pas son pays et y a la guerre là-bas.
Communiqué écrit par des prisonniers du 2A le 09.02.19

Ca bouge toujours a Mesnil-Amelot: Communiqué d’un groupe de prisonniers !

Depuis le 8 janvier la lutte dans le centre de rétention de Mensil Amelot est devenue plus collective. D’abord au CRA2 avec une grève de la faim suivi par presque l’ensemble des batiments (plus de 80 personnes) pendant 3 jours. Avec aussi des communiqués régulièrement, des tentatives de lutter contre les déportations par vols cachés et les violences policières.

Au CRA3 aussi il y a eu des grèves de la faim, des communiqués.

Depuis le 8 janvier c’est au moins aussi 4 manifs/parloirs sauvages devant ou derrière le CRA du Mesnil-Amelot !

On relaye ici le communiqué des prisonniers du CRA3:

Nous sommes au centre de rétention de Mesnil Amelot. Nous sommes ici, nous sommes révoltés ! Nous voulons manifester pour que nos droits soient respectés. Pour cela nous avons certaines revendications qui sont les suivantes.

Ici nos droits ne sont pas respectés.

D’abord concernant les décisions de justice, parce que les décisions de justice nous sont toujours défavorables.

Nous n’avons jamais compris la raison pour laquelle c’est comme ça. Car il y a des jours où les retenus passent devant la juge, il y a parfois 20 retenus qui passent devant le tribunal et il n’y a pas une personne qui est libérée. Alors quand nous on voit les retenus revenir dans les centres, nous n’avons même pas un brin d’espoir de sortir d’ici.

Alors c’est pourquoi nous voulons que nos droits soient respectés concernant les décisions de la justice, qu’elles ne soient plus défavorables à notre égard.

Pour chaque retenu qui passe devant les juges, les requêtes sont toujours rejetées de manière systématique. Les dossiers ne sont pas étudiés avec du sérieux, tout est rejeté de manière systématique. Ils ne sont pas traités d’une manière sérieuse.

Vos intérêts requis ne sont pas appliqués.

C’est pourquoi toutes ces choses là, c’est un peu compliqué pour nous.

Et nous ne pouvons pas accepter cela. Car nos droits de défense sont massacrés. Nous pensons que les articles des droits de l’Homme ne devraient pas être massacrés de la sorte. Nous ne sommes pas en prison. Nous sommes en rétention, nous avons le droit à un minimum de confort. Selon la déclaration européenne des droits de l’Homme, nous faisons appel à l’article 6 qui énonce que toute personne a droit à ce que son cas soit entendu devant la justice de façon équitable et impartiale.

Ici nous n’avons pas le droit à des bons plats à manger. Ici la qualité elle est pas appréciable. Il y a un bon nombre de personnes qui sont couchées, qui ont la gastro, et ça nous pensons que c’est la provenance des aliments qui ne sont pas de bonne qualité.

Donc il s’agit de ça. Nous n’acceptons pas de vivre comme ça. Parce qu’en fait nous vivons dans une obligation et dans une contrainte, on nous laisse pas le choix des repas ou le choix de faire nous-même notre propre cuisine. C’est quand même contraire à la déclaration des droits de l’Homme. Nous n’avons pas commis de crime, nous sommes là dans un cas de non régularisation. Donc si on est pas régularisé, ce n’est pas un crime, ce n’est pas comme si on avait détruit le monde. C’est une situation administrative qui peut éventuellement se régler par un retour dans son pays ou par un suivi au quotidien d’une manière un peu correcte. Ça aussi nous n’acceptons pas.

S’agissant des conditions d’accueil dans le CRA, il est dit dans le règlement intérieur qu’une personne au CRA a droit à un lit tout seul et un matelas tout seul. Mais ici, durant leur séjour, il y a des retenus qui dorment par terre, il y a des retenus qui dorment dans le salon, dans la pièce où on regarde la télé normalement, mais ces personnes passent toute leur vie dans cette pièce, car les chambres sont blindées, 3,4,5 par chambre, alors que normalement c’est deux personnes par chambre pour pouvoir profiter de la superficie. C’est ça que nous vivons. Ça aussi nous n’acceptons pas.

Aussi ils ont mis à notre disposition une machine qui change de la monnaie, qui permet de nous rendre la monnaie pour acheter des trucs dans le centre. La machine est en panne depuis longtemps. Et ce n’est pas dans leur projet de la réparer. Ce n’est qu’une machine, c’est éphémère, mais c’est quelque chose en plus de tout le reste dont on a parlé.

Enfin le point des 90 jours. C’est lourd 90 jours, même pour la préfecture, même pour l’administration. C’est la nouvelle loi. Peut être certains et certaines à l’extérieur ne savent pas.

Nous voulons vraiment un changement total dans le CRA !

Aussi il y a les cas des santés de certaines personnes qui sont malades, vraiment malades car le stress, c’est une maladie, nous vivons avec, nous passons le temps avec, et pour les autres maladies, il n’y a pas de médicaments.

Les toilettes ne sont vraiment pas appréciables. Il y a un service de nettoyage, mais il ne passe pas tout le temps. Dans tout le centre, nous avons que deux toilettes donc faut attendre que l’autre soit sorti pour passer après l’autre.

Donc nous réclamons un changement total, au niveau administratif, au niveau de la justice, au niveau du centre, qu’on soit au moins bien traité, que ce soit pris en compte, on ne doit pas se servir de nos erreurs pour nous presser comme des citrons, pour nous faire vivre en cage, pour qu’on serve de cobayes.