Tentative de suicide au centre de Vincennes : l’enfermement et la justice poussent à bout

Posted by anticra on 2019/03/11

Des Coups de fils reçus aujourd’hui de Vincennes

Alors que plusieurs tentatives de suicide sont signalées à Coquelles ou à Mesnil, on nous a rapporté une autre tentative aujourd’hui à Vincennes. La personne a été sauvée à temps par les autres prisonniers.

On nous a aussi parlé de l’engrenage de la rétention et des passages successifs devant les juges qui ne laissent aucun répit.

Lui son tribunal c’était samedi dernier. Et il n’a pas eu la décision tout de suite. Comme il comprend pas le français, ils lui ont mal expliqué, ils lui ont mal transmis. Donc il a compris qu’il allait être libéré. Il était content pendant tout le week end.

Il a reçu un avis défavorable du tribunal, pour le retenir encore là au centre. Parce qu’il a déjà passé 28 jours, ils ont rajouté une trentaine de jours. Il l’a reçu cet après midi (lundi), sur les coups de 13h. Il m’a montré la décision. C’est un Afghan. J’essaie de connecter en anglais. Je lui parle un peu. Comme je lis le français, on essaie de lui transmettre l’information, enfin comme je peux. Voilà, il était vraiment dans un état dépressif après avoir reçu la décision du tribunal.

Il a demandé l’asile. Il avait une attestation de l’asile déjà. Ils ont pas voulu de l’attestation. Apparemment, c’est une attestation qui n’est plus valide, qui a expiré. Du coup elle n’était pas renouvelable. Enfin j’ai pas beaucoup de détails sur l’affaire.

Du coup aujourd’hui il a reçu la décision. Il a compris que c’était pas en sa faveur. On lui a dit que ça fait rien, que ça va aller. On était tous ensemble pour essayer de le consoler quoi.

Et du coup moi je suis rentré dans ma chambre tranquille, j’ai pensé il est allé dans sa chambre lui aussi.

Et là un mec, depuis la salle télé, l’a vu en train d’attacher la corde à son cou dehors. On est arrivé juste à temps pour le décrocher. En fait dans la cour y a une cage à l’extérieur. Vous voyez comme y a des cages là où on met des oiseaux. Ou bien les animaux voilà. C’est une cage, et il s’est pendu au niveau des barreaux extérieurs de la cage. Il a réussi à grimper. C’est fou quand même … à attacher le drap et à se pendre.

Avec un peu de chance on a réussi à grimper et à le descendre en bas. Après, ils l’ont emmené dans une ambulance et on sait plus rien du tout de lui. Ils l’ont amené à l’infirmerie puis dans l’ambulance. Et la police n’a même pas cherché comment ça s’est passé. Ils nous ont pas interrogé, qui l’a décroché, pourquoi et tout… Le minimum, une petite enquête.

Et dans la cour, aux deux extrémités, il y a deux cabines avec des policiers qui sont là en permanence jour et nuit, à ta droite et à ta gauche. Le temps que le mec il grimpe là-haut et accroche le drap, ils étaient où ? sur leur smartphone ? J sais pas. Ils ont rien vu du tout. C’est nous de l’intérieur qui avons réussi à le voir et nous sommes précipités vers lui. Pourtant, eux leur travail consiste à nous surveiller.

Pour moi j’ai remarqué le système judiciaire il est un peu compliqué.

Quand tu sors de la garde à vue, après 24 ou 48h. Donc la garde à vue, je vous raconte pas ce que c’est. Pas de sommeil, pas de rien du tout, on peut pas dormir. On est sur nos gardes et tout.

On arrive là au centre pratiquement le soir. Moi je suis arrivé à 20h30. Le lendemain tu dors pas. C’est la panique toute la nuit, tu sais pas comment ça se passe et tout. Le lendemain on t’apprend que tu vas au tribunal le sur lendemain, vous voyez? Donc t’arrives la nuit, tu passes la nuit, et le surlendemain, le jour d’après t’es au tribunal, complètement déphasé, vous savez pas où vous en êtes.

Et puis le tribunal j’ai pas l’habitude de ça. Et si vous n’avez pas les moyens vous n’avez pas le temps de contacter votre famille, vos avocats. Et c’est nécessaire.

Ils nous prennent à la hâte comme ça. Si t’es pas libéré, on te ramène au centre. Tu passes la nuit, c’est pareil tu dors pas et tout. Le lendemain, tu passes la journée. Le surlendemain tribunal, tribunal d’appel. Vous voyez ? Vous n’avez même pas le temps de respirer, de contacter, de rien.

En plus ici on nous enlève nos smartphones. Donc le temps de s’acheter un portable à l’ancienne comme nokia, les basiques là. Il faut demander l’OFII. Si t’as de l’argent. L’OFII tu donnes l’argent le matin, ils te ramènent le truc à partir de 15h. Et vous avez le droit d’utiliser votre carte SIM mais votre portable non. Donc si vous avez pas le bon mobile, vous pouvez pas l’allumer pour voir les numéros.

Donc t’as pas le temps de contacter les tiens ou un avocat. Voilà comment ça se passe le système juridique au début.

Après, quand t’es retenu, on te programme pour le vol. Assez rapidement. Après y a le tribunal administratif. Le recours. Puis si t’es pas libéré, pour avoir la décision, ça met minimum 10 jours. Donc c’est impossible. En attendant ils vous mettent un vol. Imaginez vous avez une décision, vous faîtes appel. L’appel bloque pas le vol.

Pour moi le tribunal administratif c’était samedi pas celui là celui de l’autre semaine. J’attends encore la décision. Le temps de faire un appel. Le temps de confirmer et d’accepter l’appel, ça va prendre une quinzaine de jours. Moi j’ai déjà eu un vol. j’ai refusé le vol. Mais très certainement je vais avoir un vol dans les prochains jours. Donc ils te prolongent cette durée exprès pour ne pas avoir le temps de faire appel.

Si vous avez la chance vous pouvez vous payer un avocat. Parce que les avocats d’office, pratiquement les gens qui sont libérés. Je vous dis peut être 90%, même 99%, ce sont les avocats de l’extérieur, ce sont pas les avocats d’office.

coups de téléphones le lundi 11 mars 2019

 

Filed under Paroles de l'intérieur

Tagged

Comments are closed.