Depuis le 3 janvier, une grève de la faim collective a éclaté au batiment A2 du centre de rétention de Vincennes. Le soir même un communiqué sortait, pour appeler a la solidarité dehorOn a lancé ce blog pour relayer les paroles et les luttes de l’intérieur !
s et dedans ! (voir ici:https://abaslescra.noblogs.org/post/2019/01/03/nouveau-communique-a-la-prison-pour-etrangers-de-vincennes/).

Le 7 janvier a 18h était organisé un rassemblement de solidarité depuis l’extérieur pour montrer aux grévistes qu’ils étaient pas tout seul ! Et rappeler a tous ces keufs que dehors aussi on est solidaire ! A l’intérieur au même moment dans le batiment A2 et B2 ca manifestait aussi !

On retranscrit ici des témoignages et des récits de la manifestation de dedans et de dehors.

 

S. Batiment B2. En grève de la faim depuis 6 jours suite à des violences policières.

 

J’ai entendu tout le monde crier mais la porte de ma cellule était bloquée. Alors je me suis mis a tapé dessus.
Quand les flics l’ont ouverte, la porte qui est blindée a cognée ma tête. Vu qu’ils m’avaient taper la tête la semaine dernière quand ils m’ont tabassé, j’ai eu peur que ce soit grave.
Eux ils me disaient ” y a pas de sang, c’est rien!”. Alors que pas besoin d’être médecin pour savoir que quand c’est une hémoragie interne y a pas de sang visible..
Alors j’ai taper a la porte encore et encore en demandant a aller a l’infirmerie.
Au bout d’un moment ils sont revenu et m’ont ramené devant l’infirmerie. Pendant 2h… RIEN ! Du coup je me remets a taper sur des portes et a faire du bruit.
Et là.. vie de ma mère, y a 5 flics qui me prennent et me mettent dans la cellule d’isolement.
La c’est comme d’hab, ils te provoquent… te cherchent..et se mettent a t’humilier.
Non mais vie de ma mère j’avais jamais ressenti ça comme humiliation ! Tu sais c’et la 3 fois qu’ils m’agressent commme ça ici. Et là ils m’ont tapé a plusieurs. J’ai la tête toute gonflée.. j’ai mal partout. Après ils m’ont ramené dans le batiment et j’ai toujours pas vu l’infirmière.

Par contre y avait beaucoup de bruit dans le batiment. Tout le monde était très content
S. le 07 au soir après la manif.

Pour mieux comprendre : ce copain était en grève de la faim depuis quelques jours, avec quelques autres ils avaient exiger devoir l’IGPN (“la police des polices”) por enregistrer leurs plaintes pour les violences policières subies au CRA et de pouvoir aller a l’hôpital pour se faire soigner.
Le jours de la manifestation il avait pu aller a l’hôpital, deux jours avant se plaindre a l’IGPN..
Le mardi 8 a 8h du matin, 6 flics sont venu le prendre pour le déporter de force.

Nous aussi on a fait du bruit ici. On a manifesté ici ! Y a eu beaucoup de monde qui ont refusé de manger.

Hier soir y avait un gars très malade qui a du aller a l’hôpital.

Hiers ils ont renvoyés deux gars, des européens de j’sais pas d’où.

Hé les gars… Faut s’occuper des ambassades aussi ! C’est eux qui font les laisser passer ! Y a pas que l’état français contre nous.

S. le 08 au matin du batiment A2.

 

De l’extérieur un message qui tournait après la manif:

“Des nouvelles de la manifestation d’hier: un cortège d’une soixantaine de personnes est allé crier sa solidarité avec les grévistes de la faim du CRA2. Des slogans apelant à la liberté de tou.te.s gueulé.e.s de l’intérieur et de l’extérieur en même temps !

Ca a pas mal bougé a l’intérieur et le 8 janvier le nombre de gréviste de la faim a encore augmenté !

A l’extérieur la solidarité une interpellation a eu lieu quand on repartait. On tient au courant pour organiser la solidarité pour le copain !

A l’intérieur, au moins un copain tabassé par les flics pendant que les prisonniers manifestaient. Ce copain a été déporté ce matin, 8 janvier a 8h.

Rendez vous a 18h, jeudi 10 janvier a l’Echarde, 19 rue garibaldi métro robespierre sur la ligne 9 à Montreuil ! Pour organiser tou.te.s ensemble la solidarité !